Sylvia | L'amour d’un « pitou » cause parfois un grand dérangement!
Sylvia | L'amour d’un « pitou » cause parfois un grand dérangement!

Publié par Ève Christian le Jeu. 27 juillet 2017 à 13h39 - Contenu original
Théâtre, Albert R. Gurney, Maison des arts de Drummondville, Marcel Leboeuf, Sonia Cordeau, Suggestions de sortie, Sylvia, Théâtre d'été

Crédit photos: Martin Ouellet

Je vous le dis d'emblée, préparez vos côtes et vos joues, car elles seront sollicitées pendant presque la totalité des deux heures trente que durent la pièce.

Le texte original de Sylvia a été écrit par Albert R. Gurney. Cette pièce a été, pour la première fois, mise en scène « off-Broadway » en 1995 avec l'actrice Sarah Jessica Parker dans le rôle principal. D'après ce que raconte l'auteur américain, maintes fois le scénario a été refusé par des producteurs pensant que d'offrir un tel premier rôle à une femme était sexiste et misogyne. Loin de là, se défendait Gurney.

Mais après avoir été présentée sur différentes scènes américaines, Sylvia a finalement abouti sur Broadway en 2015. C’est là que les producteurs des Projets de la Meute ont été séduits et qu’ils ont eu l'idée de la présenter chez nous, mais en lui donnant une tournure plus québécoise grâce au travail d'un habitué du théâtre, Normand Chouinard.



C’est qui, Sylvia?

Voici un peu de mise en contexte : Grégory (Marcel Leboeuf), blasé de son travail, prend une pause en après-midi dans le parc du Mont-Royal. Il y rencontre un jeune chiot qui semble abandonné. Selon son collier, la bête s'appelle Sylvia.

Séduit par son attitude adorable et ses grands yeux qui l'attendrissent sur le champ, Grégory ramène Sylvia à l'appartement dans le but de l'adopter. Mais son épouse Catherine (Pierrette Robitaille) rejette l'idée qui n'a aucun sens, selon elle.





Leurs grands enfants ont quitté la maison, ils travaillent plusieurs heures par jour et, comme le rappelle sa femme, ils ont l'intention de voyager souvent. Donc, ce n'est vraiment pas un bon moment pour s'occuper d'un chien.

Greg est extrêmement déçu. À ce moment précis de sa vie, il sent que ce chien comblerait un vide... Il insiste vivement auprès de Catherine. De son côté, Sylvia fera tout ce qu'elle peut pour plaire à sa nouvelle maitresse... Cette dernière, sur les supplications incessantes de son époux, accepte de « faire un essai » de quelques jours.

À ce point-ci de la lecture de mon texte, vous devez vous demander s'il y a un vrai chien sur scène...




La comédienne Sonia Cordeau qui joue Sylvia est incroyable de réalisme! Elle a dû passer plusieurs heures à observer son chien tellement ses attitudes sont identiques! Je peux vous le garantir, je cohabite avec des chiens depuis ma naissance.

J'ai retrouvé dans le jeu de Sonia Cordeau, les mêmes comportements dans des situations bien précises du quotidien d'un être canin : le jeu avec la balle, le grignotage non permis d'objets de la maison, l'excitation à la vue de la laisse avant d'aller prendre la marche, la fatigue au retour, l’heure du repas...

Lors de leurs marches au parc, Grégory fait la connaissance du maitre d'un beau mâle qui semble vraiment plaire à Sylvia; il faut dire qu'elle entre dans ses premières chaleurs... Les échanges entre Grégory et cet homme (Claude Prégent) sont profonds. Ce dernier le conseille sur la façon de s'occuper adéquatement d'un jeune chien et le prévient que sa relation avec Catherine pourrait changer, car Grégory s'occupe tellement bien de sa petite protégée qu'il en devient obnubilé. Catherine devra-t-elle rivaliser avec Sylvia pour attirer l’attention de son mari?

(Je dois ici faire une mention spéciale à Claude Prégent qui joue trois rôles, totalement différents. Belle prestation du comédien!)





Un mélange d'émotions

Si vous avez un animal de compagnie, vous savez à quel point il fait partie de la famille. Vous comprenez qu'on doit parfois faire des sacrifices parce qu'on est responsable d'un être vivant. Mais quelles joies et quels rires, ils peuvent nous apporter; et quelle tristesse assombrit notre vie quand la leur, bien courte, s'achève...

Tous les comédiens de Sylvia sont propriétaires de chien. Le metteur en scène André Robitaille, aussi, ce qui transparait dans la façon dont il a monté la pièce. Il remercie d'ailleurs particulièrement son Charlot qui l'a fortement inspiré dans son travail. Et on pourrait aussi donner une bonne main d’applaudissement pour Daphnée, Boubou, Bonnie et Louve qui sont les amis chéris des quatre comédiens.

Oh, j'y pense : ne clignez pas des yeux quand Sylvia croisera un chat pendant sa marche avec son maitre. D’une part, il aura toutes les misères du monde à la retenir au bout de sa laisse et d’autre part, on pourra enfin entendre ce qui se passe dans la tête d'un chien quand il voit un félin au loin! (Vous pensiez que votre petite bête était douce, gentille, aimante et surtout… bien élevée?)




Et si vous n’avez pas de chiens ou que vous n’avez pas une sympathie naturelle pour cette espèce, ne boudez pas votre plaisir, car cette pièce vous fera malgré tout, rire à vous décrocher la mâchoire!


Sylvia est présentée jusqu'au 26 août à la Maison des arts de Drummondville, pour en savoir plus cliquez ici.
Forfaits disponibles pour les groupes, et aussi avec des commerces et activités de la région.