Pour les amoureux des paysages
Pour les amoureux des paysages

Publié par Ève Christian le Jeu. 7 septembre 2017 à 15h00 - Contenu original
Cinéma, Amérique Sauvage 3D, Centre des sciences de Montréal, Film 3D, Imax, Nouvelles, Suggestions de sortie


Les montagnes, le Grand Canyon, les grands fleuves, les plaines; des paysages qui se retrouvent en Amérique du Nord, plus ou moins loin de la maison. Mais grâce au Centre des Sciences de Montréal, qui présente le spectacle Amérique sauvage 3D, on peut voyager sans avoir à défrayer des montants faramineux pour se déplacer d’un endroit à l’autre à travers le continent!


Un nouveau système de projection au laser

Depuis quelques mois, le cinéma Imax du Centre des Sciences, installé dans le Vieux-Port de Montréal, offre aux spectateurs une nouvelle technologie afin de bonifier ses projections.

Les images sont maintenant d’une intensité telle qu’on a l’impression de faire partie d’elles. Plus claires et plus précises, leurs couleurs sont aussi rehaussées. Et que dire du son: il complète parfaitement cet environnement. On fait vraiment partie intégrante du film!

Et ça tombe bien, car avec Amérique Sauvage 3D, présenté pour la première fois au Québec, on est très content de faire partie du film. On se promène dans plus de 30 parcs nationaux américains à la découverte de territoires spectaculaires.


Belle façon de souligner un 100e anniversaire

En 2016, le Service des parcs nationaux américains fêtait son centenaire. C’était le prétexte tout choisi pour le cinéaste Greg MacGillivray. Avec son équipe, ils soulignent les beautés naturelles et les mystères de ces endroits fabuleux.




Cette équipe s’est entourée de ces trois aventuriers:

  • Conrad Anker. Il escalade n’importe quoi, des roches à la glace. Aucune montagne ne l’arrête. Il est reconnu mondialement pour avoir grimpé sur toutes les parois inimaginables du monde, de l’Antarctique à l’Alaska, de la Patagonie au Pakistan.
  • Rachel Poh. Skieuse, elle escalade les parois et fait de la bicyclette de montagne en plus d’être diplômée en art. Sa tablette et ses crayons en main, elle s’assoit sur une grosse roche au sommet d’une montagne qu’elle a vaincue, et dessine ce qu’elle voit et ressent.
  • Max Lowe. Né dans les montagnes du Montana, il a été initié par ses parents à l’escalade et aux sports d’extérieur… Il se retrouve pour le film avec un grand ami de la famille: Conrad Anker, aussi devenu son beau-père après le décès de son père. Max est un conteur et un photographe hors pair.



Ce trio nous en fait voir de toutes les couleurs. Ces athlètes ont foulé des endroits merveilleux qu’ils partagent. Ils ont marché sur des routes presque impossibles à franchir, ont escaladé des parois rocheuses, écarquillé les membres au maximum de leur possibilité, ont fait de la bicyclette de montagne (attendez de voir: vous resterez bouche bée en les voyant sauter d’un rocher à un autre!), ont gravi des chutes d’eau glacées…





De magnifiques parcs

Je ne veux pas vous dévoiler tout de ce film d’une quarantaine de minutes, mais juste vous mettre l’eau à la bouche. Attachez votre casque…

On descend en rafting sur le fleuve Colorado qui est à l’origine du creusement du Grand Canyon il y a 1,7 milliard d’années.

On survole la caldera colorée du gigantesque volcan d’Yellowstone. C’est là que sont plus de la moitié des geysers du monde. Plusieurs fleuves partent de cette région pour serpenter à travers les États-Unis.

Au Montana, on visite le parc national des glaciers qui jouxte celui de la paix situé en Alberta. Ils ont été inscrits comme patrimoine mondial naturel.

On reste ébahi devant le lac Powell qui s’étend sur deux états : l’Arizona et l’Utah.

On apprend qu’à lui seul, l’Utah englobe 13 parcs nationaux dont le majestueux Brice Canyon, où s’en donnent à cœur joie nos trois aventuriers.

On découvre le parc Acadia situé au Maine et les Everglades de la Floride, milieu si fragile.

On est impressionné devant la Tour du diable (Devils Tower) située dans le nord-est du Wyoming. D’après les Amérindiens, les traits gravés dans la roche de ce monolithe auraient été faits par les griffes d’un ours géant. Évidemment, malgré l’angle abrupt des parois, les alpinistes l’ont grimpé!





Les séquoias du parc national Redwood en Californie m’ont rappelé mon court séjour dans la région de San Francisco cet été. On avait visité cette forêt aux arbres géants qui sont maintenant protégés. Imaginez-vous qu’il y a 150 ans, 95 % de ces arbres étaient abattus pour en faire du bois d’œuvre. C’est un peu grâce à l’écrivain américain John Muir, tombé en amour avec la région de Yosemite, que cette nature gigantesque qui risquait de disparaitre est maintenant protégée.

Ces parcs nationaux, c’est probablement une des bonnes idées qu'ont eues les Américains.

Aux humains qui explorent ce continent, se joignent des animaux qui l’habitent et qui étaient là probablement bien avant nous. Vous sourirez assurément à l’attitude des chiens de prairie qui regardent ces hommes marcher sur leur territoire ou devant ces ours bruns qui tentent de chasser le saumon.





La trame sonore est agréable et met les images en valeur. Voir ces merveilles de la nature sur l'« Hallelujah » de Leonard Cohen est magistral et émouvant.

L’écrivain John Muir disait : « Tout ce que le Soleil fait briller est beau, tant que ça reste à l’état sauvage. »

Il n’avait pas tort. En tout cas, on comprend en voyant ce film que la nature peut guérir et donner de sa force au corps et à l'âme.


Ne manquez pas de faire ce cadeau à vos yeux. Faites vite car il ne reste pas grand temps : jusqu’au 24 septembre seulement pour vous délecter de ces incroyables images permettant de découvrir ou de redécouvrir des lieux légendaires du pays voisin. Pour en savoir plus, visitez le site du Centre des sciences de Montréal.