Le fruit de mon imagination; provoquer ce que l’on craint
Le fruit de mon imagination; provoquer ce que l’on craint

Publié par Élizabeth Bigras-Ouimet le Jeu. 5 octobre 2017 à 16h00 - Contenu original
Éditions Druide, François Leblanc, Infidélité, Le fruit de mon imagination, Littérature, Suggestions de lecture


L’auteur François Leblanc a l’habitude de nous surprendre avec ses romans écrits d’une main de maître et… de psychologue. Ses personnages, touchants et déstabilisants, nous emportent toujours dans une direction qu’on n’avait pas soupçonnée, une issue difficilement envisagée et surtout des situations qui s’imbriquent bien dans la réalité de tous les lecteurs. L’environnement des personnages n’a jamais rien d’extraordinaire, eux qui vivent une vie bien banale de monsieur-madame-tout-le-monde. Mais dans une vie « ordinaire », bien des choses peuvent arriver… qu’elles soient planifiées ou non.


Vous n’êtes sûrement pas étrangers à la loi de l’attraction, à ce que nos pensées influencent notre réalité et à ce qu’on attire à soi ce que l’on croit être la vérité. Le sujet est donc plus qu’actuel, en ce qui concerne notre mode de pensée et jusqu’où notre imagination peut nous jouer des tours.

Le fruit de mon imagination, de l’auteur romancier, nouvelliste et psychologue François Leblanc, est l’histoire de Marianne Portelance, la trentaine, libraire, en couple avec Vincent, la trentaine, dentiste. Ils sont en couple depuis six ans et Marianne espère être enceinte à tous les mois. Chaque fois qu’elle essuie un test de grossesse négatif, il lui propose un voyage. Et elle en a marre.

« Il n’était pas comme ça au début de notre relation, il était beaucoup plus attentionné. Il ne vient plus jamais me chercher à la librairie lorsqu’il termine le boulot avant moi et ne me propose plus de massages quand je me plains d’une migraine. Il ne me dit plus qu’il m’aime ou que je suis belle, sauf sur demande. »

Elle ne demande pourtant rien de compliqué; avoir une belle et longue relation avec son amoureux Vincent et fonder une famille. Elle veut du vrai, de l’authentique, pas de mensonge, pas de doute. N’est-ce pas ce que toutes les femmes dans la trentaine souhaitent? Oui? Non?


Et s’il cachait quelque chose?

Marianne tente plusieurs fois de raviver la flamme dans son couple, de changer leur quotidien, de renouveler leur union. Mais arrive un temps où elle perd tout espoir, où son cœur et son corps n’ont plus d’énergie. Laissée à elle-même, son imagination s’emballe. Les blessures refont surface, les souvenirs d’infidélité passés, ses précédentes relations où elle fut une femme trompée, la trahison, les cachotteries: tout lui revient en tête.

« Durant quelques jours, ma visite chez le psychologue produisit ses effets anesthésiants. Je cessai d’imaginer Vincent dans les bras d’une autre femme. Les rares fois où ces obsessions remontèrent à la surface de ma conscience, je réussis à les repousser sans trop de difficulté. Je me disais que j’étais quelqu’un de bien, une femme authentique, honnête, généreuse, belle à l’intérieur comme à l’extérieur, et que c’est à lui qu’il ferait le plus de mal s’il me trompait. Des conneries, tout ça. Il a suffi d’un appel pour me ramener à la case départ. »

Intuition féminine. Les allées et venues de Vincent seront alors scrutées à la loupe. Marianne épie, analyse l’horaire de Vincent. Avec humour, l’auteur François Leblanc nous entraîne dans une « chasse à l’homme » digne…des femmes!

« Tout le monde croit que c’est la chose la plus facile et la plus naturelle qui soit pour une femme de se faire baiser par un homme. Ils n’attendent que ça, pense-t-on généralement, ce sont des mendiants prêts à se battre pour les miettes que nous leur jetons (…) Eh bien, non, croyez-moi, ce ne sont que des histoires que les femmes se racontent entre elles pour se rassurer. Les hommes nous échappent, constamment, et l’âge, surtout le nôtre, n’arrange rien au contraire. »

Marianne Portelance devient dingue. Impossible de ne pas sourire à ses réflexions qui, disons-le franchement, passent dans la tête de TOUTES les femmes.


Savoir la vérité à n’importe quel prix

Dans ses recherches folles, Marianne trouve un allié en un chauffeur de taxi aussi drôle que direct dans ses propos. Jérôme Cherenfant s’offre pour conduire Marianne où elle voudra, le temps qu’elle veut. À la fois loufoques et bizarres, les échanges entre les deux finissent par devenir de tendres moments de confiance.

Si le sujet du roman Le fruit de mon imagination est délicat, l’auteur ne met pas tant d’emphase sur l’infidélité en tant que telle, mais surtout sur jusqu’où nous pouvons nous rendre fous à trop vouloir trouver réponse à nos doutes.

Sans vous dévoiler si oui ou non Vincent trompe Marianne, le dévouement de celle-ci pour non seulement savoir la vérité, mais aussi pour tenter une dernière fois de redonner un souffle à son couple est touchant et pousse sincèrement à la réflexion.

Jusqu’où aller pour plaire à l’autre, comment renouveler une relation sans en faire trop ou pas assez, comment ne pas se perdre entre doute et distorsion cognitive?

L’auteur François Leblanc a déjà abordé les sujets délicats de l’infidélité, l’impression d’avoir raté sa vie et la routine à laquelle on s’attache quand tout n’a plus rien de stable, dans son livre Quelques jours à vivre. Dans son quatrième ouvrage, Sors de ce corps, il nous ramenait également quelques moments de vie qui changent tout, ces moments où notre chemin est complètement différent de ce à quoi on s’attendait.

L’ironie de l’auteur s’allie merveilleuse bien à ses personnages tourmentés et « ordinaires » qui nous ressemblent tout bonnement. On se retrouve facilement attiré par la réalité dépeinte de Marianne et les bouleversements intérieurs qu’elle vit.

La beauté du livre Le fruit de mon imagination ne tient pas tant à l’histoire, mais à comment l’auteur la raconte. Merveilleuse façon de traiter un sujet qui aurait très bien pu demeurer banal et redondant, les relations homme-femme au sein du couple.


Le fruit de mon imagination
François Leblanc
Éditions Druide