Littérature jeunesse | 3 livres, 1 thème: le mal-être chez les jeunes
Littérature jeunesse | 3 livres, 1 thème: le mal-être chez les jeunes

Publié par Sabrina Asselin-Latulippe le Jeu. 23 novembre 2017 à 19h00 - Contenu original
Anna Llenas, Brigitte Marleau, Jeune public, Jeunesse, Le mal-être chez les enfants, Littérature, Littérature jeunesse, Stéphanie Deslauriers, Suggestions de lecture

Crédit photos: Pixabay / Sites officiels des maisons d'édition

Les trois livres dont je vous parle aujourd’hui m’ont particulièrement émue. Bien qu’ils ne soient ni tristes, ni lourds, ils m’ont touchée par le sujet qu’ils abordent, tout en nuances et en simplicité: le mal-être chez les enfants. Je trouve ça beau que les auteurs, les illustrateurs et les éditeurs accordent de plus en plus de place à la santé mentale dans leurs publications. Ça peut parfois être délicat de parler de tristesse, de déprime et de maladie mentale avec les enfants et les adolescents, alors l’idée de savoir que des livres permettent d’ouvrir le dialogue me réjouit. Dans les ouvrages suivants, les émotions des personnages sont au cœur des histoires, et permettent aux lecteurs d’à leur tour mieux comprendre et mieux nommer leurs propres sentiments. Je pense que c’est à coup de petits gestes que les adultes de demain seront plus ouverts et plus à l’aise avec leurs émotions, et que la santé mentale cessera une fois pour toutes d’être abordée avec censure et malaise… Le vide, Plus envie de rien ! et Éli sont un grand pas vers cette direction.


Le vide
Anna Llenas, Les 400 coups

Déjà au premier regard, j’ai été attirée vers cet album d’Anna Llenas pour les illustrations uniques qu’il propose, mais plus ma lecture avançait, plus mon coup de cœur s’intensifiait. Maniant aussi bien ses crayons à colorier que sa plume, l’auteure offre aux enfants un livre où les images et le texte concordent parfaitement. À travers un visuel où collage, textures et couleurs se côtoient, l’histoire de la petite Julia est racontée. Sans raison particulière, Julia ressent un grand trou à l’intérieur d’elle qui laisse passer le froid et qui fait naître les monstres. Elle tente par tous les moyens de le remplir et de trouver un bouchon qui lui permettrait de redevenir celle qu’elle était, mais elle finit par comprendre que la clé est à l’intérieur d’elle et que plutôt que de combler son vide, elle doit simplement apprendre à l’apprivoiser. Le sentiment de vide prend toute la place, dans ce récit, et on comprend que la petite fille ressent un certain mal-être, mais jamais ce mal n’est nommé par autre chose que « le vide ». Ce livre est donc un incontournable pour aborder le thème des sentiments avec les enfants, puisqu’il permet une première approche sans entrer dans les grandes théories et qu’il permet de leur apprendre à apprivoiser ce trou qu’ils sentent parfois au creux de leur âme.








Plus envie de rien !
Brigitte Marleau, Éditions Boomerang

Comme son titre l’indique, Enzo, 9 ans, n’a plus envie de rien. Il ne veut plus manger, il ne veut plus faire de sport, il n’arrive pas à dormir, il a mal partout, et il a peur de tout. Pourtant, il n’était pas comme ça, peu de temps avant. La boule qu’il sent au fond de son ventre ne cesse de grandir et de miner son quotidien. Un jour, il se confie à sa mère: « Je ne sais pas ce que j’ai, maman, j’ai le cœur qui bat. J’ai peur et je ne comprends pas pourquoi. J’ai mal en dedans. Je ne sais plus quoi faire. Je ne sais pas ce qui m’arrive. » Celle-ci décide alors de l’amener rencontrer un médecin qui lui apprend qu’il souffre de trouble d’anxiété généralisée. Avec la psychologue de l’école, il fait des liens et comprend d’où part son sentiment d’angoisse constant. Cette courte histoire, publiée dans la série Au cœur des différences, aborde sans détour et avec des mots simples ce qu’est l’anxiété. Par l’entremise du récit d’Enzo, le lecteur peut mieux se figurer jusqu’où peut mener le sentiment d’angoisse, et il peut comprendre l’importance d’en parler et de bien s’entourer.








Éli (12 ans et +)
Stéphanie Deslauriers, Éditions Midi trente


Du haut de ses 15 ans, Éli reçoit un diagnostic qui bouleverse sa vie: elle est atteinte de dépression. Malgré que le terme « dépression » puisse sembler effrayant, Éli décide de créer un blogue pour briser les tabous reliés à sa maladie et parler directement aux autres adolescents de son mal-être. À travers de courts articles, elle explique sans censure, sans jugement et sans côté moralisateur ce qui lui est arrivé pour qu’elle se réveille, du jour au lendemain, avec un tel mal de vivre, alors qu’elle n’affrontait aucun problème particulier. En abordant sa propre expérience, Éli exprime bien la différence entre une crise d’adolescence ordinaire et un véritable diagnostic de dépression; et à travers ses confidences, elle prend bien soin de glisser plusieurs informations sur sa maladie. Elle donne des pistes de réflexion, propose des solutions pour aller mieux, et explique les facteurs qui peuvent avoir un impact direct sur l’humeur. Ce livre est l’idéal pour permettre aux adolescents qui ne se sentent pas bien de comprendre qu’une visite chez le médecin peut s’avérer nécessaire, et que leur santé mentale mérite qu’on s’y attarde davantage. Pour son côté documentaire, sa façon d’aborder la dépression avec réalisme, et pour les ressources qu’il comprend, ce roman est un véritable coup de cœur.