« La Comète » de Yaël Lipsyc: quand le talent n'attend pas les années...
« La Comète » de Yaël Lipsyc: quand le talent n'attend pas les années...

Publié par Rédaction atuvu.ca le Ven. 24 novembre 2017 à 11h25 - Contenu original
Bayard jeunesse, Jeunesse, La Comète, Littérature, Roman dystopique, Suggestions de lecture, Yaël Lipsyc

Crédit photos: Site de Bayard Jeunesse

Amoureuse des mots, Yaël Lipsyc a été appelée à l’écriture à 14 ans lorsqu’elle a entrepris la rédaction du premier tome de La comète. Elle reprend avec adresse les thèmes favoris des récits dystopiques. Un premier roman qui compte plus de 90 000 mots !


Isis, 16 ans, évolue dans une société contrôlée par la censure et la rectitude. Étudiante à l’école de sauvetage, elle rêve de sauver des vies, mais aussi d’une société plus ouverte. Passionnée par les étoiles, elle aimerait tout apprendre de l’univers qui l’entoure. Sa curiosité ne fait toutefois pas l’affaire des dirigeants qui la voient comme un élément dangereux au maintien de l’ordre établi. Avec l’aide du beau et mystérieux Ethan, Isis tentera de lever le voile sur le passé et de comprendre la raison qui a poussé le gouvernement à instaurer le système dans lequel ils vivent.


Critique 1

La Comète : une histoire à ne pas laisser filer ! Dès la première page du roman, on se retrouve plongés dans un univers futuriste où amitié, complot et amour s’entremêlent. Yaël Lipsyc, jeune auteure, nous fait découvrir un monde différent du nôtre où la curiosité du passé n’a pas sa place. C’est dans un quartier de la Ville, au sein de l’école de Sauvetage qu'Isis, passionnée par les étoiles, tente d’en apprendre plus sur l’histoire de la société dans laquelle elle vit. Attachante, intelligente et avide de savoir, elle nous entraîne dans des aventures rocambolesques à couper le souffle. De nombreux individus croisent son chemin et lui permettent de vivre de nouvelles expériences qui l’aident à évoluer et à percevoir le monde d’une autre façon. Des personnages dans lesquels chaque personne peut s’identifier et une histoire écrite avec passion constituent les ingrédients parfaits pour créer un roman destiné aux adolescents qui nous tient en haleine du début à la fin.


Texte écrit par Tonine Ghantous, 14 ans, secondaire 3



Critique 2

La comète, Matricule A390G7 est un roman dystopique de Yaël Lipsyc, illustrant en 536 pages le quotidien d’une adolescente, Isis, à la vie quelque peu mouvementée. À l’âge de seize ans, la jeune fille au nom particulier doit choisir le domaine dans lequel elle devra travailler pour le restant de ses jours. Issue d’une famille de constructeurs et d’architectes, elle devrait suivre cette voie, mais Isis va faire comprendre à ses parents et à son grand frère que les bâtiments ne l’intéressent pas autant que le sentiment procuré par le fait d’aider les gens dans le besoin. Dans cette société où tout est contrôlé par le Président, quelque chose de louche se trame, et Isis essaye de mettre le doigt dessus. Passionnée d’astronomie, notre héroïne rêve d’une société plus ouverte et créative. Elle poursuit donc ses rêves, son pendentif en forme d’étoile au cou et ses amis à ses côtés.

L’aspect dystopique de la société d’Isis est abordé de façon très originale. La Comète se démarque beaucoup des autres romans de ce type tout d’abord par son style d’écriture. Ensuite, il y a aussi le fait que chaque relation qu’entretiennent les différents protagonistes évolue au fil du roman. Ce que j’apprécie énormément de ce livre est que, malgré les nombreux auteurs dont Yaël Lipsyc s’est inspirée, on ne peut voir aucune trace de J.K Rowling, de Veronica Roth, de Suzanne Collins, ni d’aucun autre auteur. En effet, les fondements de l’histoire sont très originaux et surtout, aucun autre livre n’aborde les thèmes de La comète de la même façon que la jeune auteure. Le style moderne d’écriture de Yaël Lipsyc ne laissera sûrement pas les grands lecteurs indifférents. C’est sans doute son jeune âge qui la rapproche le plus de ses lecteurs.


Noha Benharira, 14 ans, secondaire 3



En vente chez votre libraire préféré, et sur le site de Bayard Jeunesse en cliquant ici.