Chloé Sabourin | Splendide exposition au Carré des artistes!
Chloé Sabourin | Splendide exposition au Carré des artistes!

Publié par Roxane Labonté le Mar. 12 décembre 2017 à 18h00 - Contenu original
Exposition, And when these clothes slide off, But the breath disappearing, Café Lali, Carré des artistes, Chloé Sabourin, Darling don't you worry, Don't ever say, you'll never tell, Griffintown, Leaving on my own, Peinture, Suggestions de sortie

Crédit photos: sabourinchloe.com

La jeune peintre Chloé Sabourin expose ses toiles au café-galerie Carré des artistes, depuis début septembre. atuvu.ca les a découvertes un peu par hasard, au gré d'une promenade dans Griffintown... Des oeuvres splendides, qui piquent la curiosité! Pourquoi devez-vous connaître cette artiste? On vous présente son parcours, ainsi qu'un compte-rendu de l'exposition. Montez à bord!


Chloé Sabourin, cueilleuse d'instants pastel fugitifs

Chloé Sabourin est née à Montréal, mais a grandi à New York. Elle revient ensuite au Québec pour entamer un DEC en arts, lettres et communications. Pendant ses études, elle continue à créer, de façon constante. Elle révèle au monde ses créations pour la première fois en 2014, dans l'exposition Believe in art. Puis, en 2016, elle gradue en droit à l'Université de Sherbrooke.

Parmi ses influences, on compte notamment la peintre québécoise Corno, Damien Hirst (qui crée des oeuvres troublantes, en immergeant des cadavres d'animaux dans du formol coloré...), ainsi que l'artiste d'avant-garde Basquiat. Chloé Sabourin a développé son propre style, apportant une imposante pierre au mur des créations montréalaises. Elle embellit la culture à sa propre façon, en fournissant une matière à explorer, solide et majestueuse.

Les oeuvres de Chloé Sabourin sont donc exposées depuis le 8 septembre, dans un bel endroit à double vocation comprenant le Café Lali, ainsi que la galerie d'art Carré des artistes! Il s'agit du projet d'une mère et de sa fille, qui ont allié leurs vocations respectives pour culminer en ce projet unique. L'endroit est lumineux, et tout à fait charmant avec son escalier en spirale qui aboutit sur une petite mezzanine!

(Crédit photo: Roxane Labonté)

Métamorphoses de la vision...

La jeune artiste crée des oeuvres romantiques, aux couleurs pastel, mais qui sont déroutantes. Inspirée par les regards croisés au hasard dans la vie de tous les jours, ses oeuvres font penser à des vers de Baudelaire, de son poème À une passante... « Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beauté / Dont le regard m'a fait soudainement renaître, / Ne te verrai-je plus que dans l'éternité ? ». Ces regards furtifs, croisés en l'espace d'une seconde, font parfois rêver, sont parfois traumatisants, et d'autres fois, ils font tout simplement mal... L'artiste a su capter avec justesse ces moments volatiles, éphémères, perdus à jamais dans un entre-deux.

D'ailleurs, le concept du regard est absent de toutes ses toiles. Les yeux ne sont jamais représentés. Ils sont plutôt remplacés par des fleurs, des papillons, ou des lignes un peu plus abstraites, effacées, ou des formes diffuses. On dirait qu'ils ont été apposés finement sur les toiles, tellement ils ressortent de celles-ci. Ces éléments pastel sont étrangement saisissants et éclatants, et rappellent la légèreté de l'instant qui passe... La douceur exquise du moment présent, où on a pu jeter l'ancre. Se poser un instant. Ces couleurs pastel contrastent avec le fond des toiles. Les arrière-plans sont constitués majoritairement de visages en noir et blanc, aux traits parfois souples, parfois saccadés. Ceux-ci amènent un côté austère, mais incroyablement élégant aux oeuvres. Ils font penser aux millions de trajectoires parallèles du milieu urbain, qui ne se croisent jamais réellement.

Bref, des toiles joviales, mais destructrices, à la fois... Sensuelles et charmantes, leurs textures invitantes nous plongent dans l'univers de Chloé Sabourin, et on se surprend à imaginer sa vie. Qu'a-t-elle vécu, pour pondre des oeuvres d'une telle sensibilité?

(Crédit photo: Roxane Labonté)

Des textes concis qui font rêvasser!

Par ailleurs, les titres des oeuvres invitent à la rêvasserie: But the breath disappearing, And when these clothes slide off, Don't ever say, you'll never tell, Darling don't you worry, et Leaving on my own... On monte dans un train surréel avec l'artiste. Sa présence réconfortante et chaleureuse nous assure que tout ira bien...
En bonus — car les oeuvres sont déjà complètes en elles-mêmes —, des poèmes ornent les toiles. De courts textes, simples et efficaces, qui approfondissent les brèches énigmatiques que Chloé Sabourin a déjà ouvertes dans notre inconscient. Un des textes est particulièrement magnifique et consolateur: « We don't really know what's next, Where to go / But it's okay / You know / It's even good, I think / To get them butterflies / In the stomach »

(Crédit photo: Roxane Labonté)

Les tableaux de Chloé Sabourin sont toujours en exposition, à la galerie d'art et café Carré des artistes, sise au 1850, rue Notre-Dame Ouest, dans Griffintown. Allez vivre un moment de pure contemplation, devant ses toiles intrigantes et magnifiques, café à la main... Histoire d'allier deux plaisirs de la vie! Et ensuite, méditez un peu, fermez les yeux, pour tenter de comprendre ce qu'a voulu dire l'artiste... Au final, posez-vous la question suivante: qu'est-ce que sont les couleurs, pour un aveugle?

Vous pouvez suivre l'artiste sur Instagram, et également visiter son site officiel pour être au courant de ses expositions. Chloé Sabourin, un nom à retenir!