L’odyssée des illusions; l’avenir ne pourra s’inspirer du passé.
L’odyssée des illusions; l’avenir ne pourra s’inspirer du passé.

Publié par Élizabeth Bigras-Ouimet le Dim. 7 janvier 2018 à 15h00 - Contenu original
Environnement, Jean Lemire, Littérature, Photographie, Suggestions de lecture

Crédit photos: Éditions La Presse

«Au commencement, on croyait qu'on allait changer le monde, qu'on pourrait apporter certaines solutions. Mais les désillusions ont commencé à s'infiltrer.» Le cinéaste, biologiste, auteur et photographe Jean Lemire et son équipe parcourent notre planète depuis plus de 25 ans et nous reviennent chaque fois avec d’incroyables photos de notre magnifique Terre, mais également avec des données désarmantes et alarmantes. Certes, la Terre est magnifique et riche naturellement, mais les derniers constats de l’équipage témoignent de la précarité de notre écosystème, de notre environnement et donc, de notre vie.

« Il nous reste très peu de temps, il faut agir rapidement. Le plus grand constat en ce moment, c’est que la planète est en train de se transformer (…) alors ce qu’il faut faire, c’est mettre les gens face aux défis qu’on a (…) on a besoin de faire un grand travail d’union, une grande famille solidaire devant les grands défis auxquels on fait face. »

Jean Lemire a parcouru notre planète en cumulant des centaines de photos afin de nous partager le fruit de ses expériences à bord de son voilier. Le résultat de ses réflexions sur les enjeux environnementaux fait face à l’inconcevable; la beauté et la richesse de notre planète se meurent et nous ne sommes pas impuissants face à cela.

Ébranlé par ces enjeux, Jean Lemire a, depuis plus de 25 ans, offert au public livres, documentaires et films afin de le sensibiliser à la fragilité et précarité de son avenir. Son dernier livre paru en 2016, L’odyssée des illusions, publié aux éditions La Presse, retrace ses grandes expéditions, depuis l'Antarctique jusqu'à l'Arctique, en faisant le tour du monde en 1000 jours pour la planète!

L’auteur nous partage ses réflexions, ses questionnements et ses doutes durant son dernier périple dans un album largement étoffé de photos. Bien plus qu’un journal de bord ou d’un guide environnemental, L’odyssée des illusions est le puissant témoignage d’un homme et son équipage face à l’état de notre planète.


L’effondrement des illusions

Jean Lemire a très tôt ressenti l’appel du large :
« La première fois que j’ai vu la mer, j’ai été happé par un sentiment indescriptible, une sensation si puissante que cette rencontre avec la nature allait transformer à tout jamais ce que j’allais devenir. J’avais 19 ans! (…) En une vague, je venais de voir et de comprendre l’infini. (…) mon existence venait de basculer, et je l’imaginais déjà houleuse, avec ses hauts et ses bas, inévitable cycle quand on s’abandonne à la mystérieuse vastitude de toute une planète. »

L’odyssée des illusions demeure un point marquant pour Jean Lemire. Ce qui ne devait d’abord qu’être un simple livre de photos se révélera beaucoup plus intime et introspectif que prévu.

La puissance de la beauté du monde a certes toujours capté Jean Lemire, mais cette fois-ci, l’homme sera bousculé par un souci de vérité, un souci de respect envers les conséquences atroces de nos actions sur l’environnement. Chaque photo révèle un appel à l’aide, l’imploration d’une nature qui désire survivre.

« Pour cet ouvrage, j’ai accepté de revivre les grandes escales de cette étrange odyssée, celle d’une vie, où j’ai souvent sombré en dérives et tangué sous le poids des réflexions sur l’avenir de l’humanité. Sur les différents continents de cette planète, j’ai sondé les grandes problématiques environnementales mondiales et cherché des réponses devant l’inconcevable et l’inexplicable. Confronté au constat douloureux et funeste de ce que nous infligeons à la nature, je me suis interrogé longuement sur les raisons profondes de notre insouciance, sur les motifs réels de notre indolence, sur notre insensibilité et notre désaffection au code de l’humanité. »

N’allez pas croire que L’odyssée des illusions est un recueil de photos déprimantes ou d’écrits moralisateurs; Jean Lemire nous lègue une vérité qui choque, mais une vérité bien réelle qui regroupe des endroits paradisiaques, des étendues magnifiques et des paysages aux couleurs pures, mais aussi la chasse aux dauphins et aux baleines, les glaciers disparus et les animaux sujets aux attaques insensés d’êtres humains qui les battent sans motif, à coup de mitraillettes ou de bâtons pour les vendre au marché noir. Car les lois ne protègent ni les animaux ni les espaces naturels. Oh, il y en a quelques-unes! Mais elles ne sont pas respectées par les humains.

Réconcilier l'écologie et l'économie

«J'en suis arrivé à la conclusion qu'il faut réconcilier les deux "écos", l'écologie et l'économie. Aucune solution n'est possible sans plus de justice sociale. Les parents dont la priorité est de s'assurer que leurs enfants vont manger pendant la journée ne peuvent pas avoir la même conscience environnementale. Les acteurs du monde financier doivent se mobiliser (…) J’espère toujours le triomphe des valeurs de respect sur l’appât du gain qui sacrifie les ressources naturelles. »

À travers ses films et livres, Jean Lemire espère aussi insuffler un vent de changement sur les générations futures et une responsabilisation des êtres déjà là, témoins d’une terre qui se meurt, mais qui demande à vivre.

« Pendant que nous, Occidentaux, écrivons des thèses théoriques sur le développement durable, d’autres, comme les habitants d’Anuta, n’ont d’autre choix que d’appliquer des principes d’harmonie avec une nature qui leur fournit tous les ingrédients pour vire, simplement, en prélevant l’essentiel des ressources de la mer et de la terre, sans abus. Oui, leur exemple est probant. Il était possible de consommer les fruits de la planète en conservant cet équilibre que la nature avait mis des millions d’années à peaufiner. »

Jean Lemire a toujours été cité par les médias comme un modèle activiste, un modèle de persévérance et de déterminisme. Dans l’iris de ses yeux, on perçoit toujours l’étincelle d’espoir, d’amour et de rêve pour sa planète, notre terre.

Les mots et les images de Jean Lemire dépassent largement la critique que je pourrais vous offrir en termes littéraires et photographiques. On ne peut parler de L’odyssée des illusions qu’avec compassion, le cœur repentant et impuissant, les larmes aux yeux de se savoir si peu coopératif dans le changement. Les mots qui terminent l’album suffisent à eux seuls à comprendre le véritable sens des escales de Jean Lemire et son équipe.

« D’un tempérament optimiste, j’aurais voulu un livre à la conclusion belle et porteuse d’espoir. Je désirais tellement être un prophète de bonheur, une preuve tangible que tout est en voie de s’améliorer. Mais j’ai un devoir de vérité. La mienne, qui, je le souhaite, sera balayée par un vent de changement. Si la simple beauté du monde et l’engagement des jeunes pour demain constituent de formidables baumes d’espoir, le grand bilan de cette odyssée demeure parfois sombre et pessimiste.

Je tiens à m’en excuser, sincèrement. Car après toutes ces années, après avoir pu constater l’ampleur de la tâche à accomplir et comparé les niveaux de réforme des différents pays, je sais aujourd’hui que le rêve fou de changer le monde ne se produira pas. Que la terre nouvelle convoitée, améliorée, nourrie par le désir réel de l’humanité de faire le grand ménage de sa maison, n’arrivera pas avant le crépuscule de mes jours.

Que les efforts de sensibilisation de tous les artisans du changement n’auront pas réussi à percer la forteresse économique et politique des dirigeants de cette planète. Que nos petites victoires pour préserver la simple beauté du monde ne sont que de minuscules diachylons appliqués sur une nature meurtrie, blessée, mutilée, estropiée, battue et écorchée par nos mauvais traitements. L’espoir est in ingrédient du bonheur, mais il se fait rare dans les recettes pour garantir l’avenir de cette nature qui souffre en silence. »

Je vous invite à regarder les diverses vidéos de Jean Lemire sur youtube ainsi qu’à consulter ses nombreux ouvrages et films.