« Sudbin interprète le 2e concerto de Rachmaninov » et… triomphe!
« Sudbin interprète le 2e concerto de Rachmaninov » et… triomphe!

Publié par Daniel Raymond le Mer. 10 janvier 2018 à 19h00 - Contenu original
Musique, Andrew Wan, Brian Manker, Conrad Van Alphen, Musique classique, Orchestre symphonique de Montréal, Philip Chiu, Sergueï Rachmaninov, Suggestions de sortie, Yevgeny Sudbin

Crédit photos: Site internet de l’Orchestre Symphonique de Montréal

En cette soirée du mardi 9 janvier, à la Maison Symphonique, la musique du célébrissime compositeur Sergueï Rachmaninov (1873-1943) a été magistralement interprétée par un orchestre survolté. Ce dernier était dirigé par le dynamique et inspirant maestro Conrad Van Alphen, et composé d’interprètes inspirés qui ont conjugué leurs talents pour soulever, conquérir et transporter une salle comble.

À la lecture du titre du concert – « Sudbin interprète le 2e concerto de Rachmaninov », on pourrait croire que le programme en entier a été consacré à cette seule œuvre interprétée par le soliste au talent unique. Au contraire seul Rachmaninov a monopolisé la soirée, durant laquelle trois de ses chefs-d’œuvre nous ont été proposés. Les voici dans l’ordre de leur présentation :

  • « Trio élégiaque no 1 en sol mineur pour violon, violoncelle et piano », d’une – trop courte durée de 15 minutes. Cette œuvre a mis en vedette le pianiste Philip Chiu, le violoniste Andrew Wan et le violoncelliste Brian Manker. Il s’agit d’une conversation à trois instruments qui se répondent, s’épaulent, s’unissent et s’épanchent en de mélodieux accents de nostalgie et de fatalité tristement belles. C’est du moins ce que mon oreille en a compris.

  • « Concerto pour piano no 2 en do mineur, op. 18 », 33 minutes de pur lyrisme et d’enchantement rehaussé par l’étalage de grande virtuosité de Yevgeny Sudbin, pianiste soliste en résidence à l’Orchestre Symphonique de Montréal. L’artiste a d’ailleurs été très solidement appuyé par celui-ci. Soit dit en passant, la chanson « All by myself » a été inspirée d’un mouvement de cette œuvre. Pour entendre ce magnifique concerto, interprété par Arthur Rubinstein, cliquez ici.

  • « Symphonie no 2 en mi mineur, op.27 » : cette pièce d’anthologie monumentale consiste en 60 minutes bien comptées d’inventivité, de surprises et de régal musical, malgré le fait que l’on n’en ressorte pas nécessairement avec un ou plusieurs vers d’oreille. Vous voulez l’écouter? Alors vous n’êtes qu’à un clic près de vous gâter, ici.

Tous les musiciens qui ont contribué à l’indéniable succès de ce concert ont une feuille de route plutôt impressionnante.

En effet, les notes biographiques du programme nous apprennent que le chef Conrad Van Alphen, natif d’Afrique du Sud, « est reconnu tant pour son sens de l’initiative et sa solide préparation que pour ses interprétations visionnaires, rafraîchissantes et d’une exquise sensibilité. » L’OSM était donc entre de très bonnes mains.

The Telegraph voit en Yevgeny Sudbin « un pianiste susceptible de devenir le plus éminent du XXIe siècle. » Tandis que l’International Record Review « déclarait, au sujet de ses disques d’œuvres de Rachmaninov, qu’ils confirment sa présence dans les rangs des plus importants talents pianistiques de notre temps. » Rien de moins!

Quant à la réputation d’excellence de l’OSM, elle n’est certes plus à faire.

Un programme tout Rachmaninov est généralement gage de succès, tout spécialement avec des interprètes de si grand talent. Tous ces surdoués musiciens de haute-voltige se sont donc unis pour nous offrir une mémorable et planante expérience.

Je savais, avant même de m’y rendre, que cette soirée aurait du punch parce que je fréquente ce compositeur depuis belle lurette et que j’apprécie grandement son style flamboyant. Je l’ai découvert et apprivoisé en écoutant mon ténor favori, Nicolai Gedda, chanter du Rachmaninov accompagné au piano par Alexis Weissenberg. La pièce « Vocalise » m’avait alors particulièrement impressionné. Vous pouvez la découvrir ou la redécouvrir en cliquant tout simplement ici.

J’ai aussi souvent assisté, grâce à la Maison de la Culture de mon quartier, à des récitals de piano offerts par des étudiants doués et franchement prometteurs, durant lesquels des pièces de Rachmaninov ont été interprétées. Invariablement, ce sont celles-ci qui se sont démarquées et ont recueilli le plus d’applaudissements, à cause de leur lyrisme, bien sûr, mais surtout à cause de l’énergie et de la virtuosité qu’elles exigent.

Hier soir, l’ensemble de la production s’est mérité de très longs, chaleureux et légitimes applaudissements avec ovations debout spontanées.

Ne ratez pas la prochaine occasion de vous plonger dans l’univers envoûtant de Sergueï Rachmaninov. Le concert sera repris le samedi 13 janvier; vous pouvez obtenir plus d’informations sur le site internet de l’OSM en cliquant ici.