Phil Roy, monsieur « l'adulescent »
Phil Roy, monsieur « l'adulescent »

Publié par Roxane Labonté le Lun. 22 janvier 2018 à 14h30 - Contenu original
Humour, Edgar Fruitier, Guillaume Pineault, L'Olympia, Monsieur, Phil Roy, Suggestions de sortie

Crédit photos: Site quebecregion.com

Phil Roy en a mis plein la gueule à l'Olympia de Montréal, hier soir vendredi 19 janvier. L'humoriste a soulevé d'ultimes questionnements, devant un public attentif et hilare... Le passage à l'âge adulte est-il obligatoire? Quand devient-on réellement un « grand »? Est-ce que l'adolescence se termine réellement à 18 ans? Phil Roy a ficelé un superbe spectacle, basé sur des prémisses solides, avec des thèmes bien structurés. Et Guillaume Pineault a d'ailleurs très bien assuré la première partie. Petit résumé d'une soirée fort plaisante, réconfortante, et même... thérapeutique!

Monsieur, en tournée depuis un an

Pour ceux qui auraient vécu sous une roche depuis quelques temps, Phil Roy est un humoriste qu'on qualifie « de la relève » (quand peut-on cesser d'utiliser ce terme?), qui a d'abord fait partie de l'équipe de l'émission SNL Québec, diffusée à Télé-Québec. En 2015, il a animé Les enfants Roy et ALT à Vrak.tv, et a aussi fait partie de l'émission Code G en 2016. Son premier spectacle solo, Monsieur, a été rodé en 2016, et a été présenté en première en janvier 2017. Depuis, il se taille une place de choix en cumulant les représentations.

D'abord, en première partie, Guillaume Pineault (qui est aussi... ostéopathe!) a très bien préparé l'audience pour Phil Roy, même si certaines farces sentaient le réchauffé. Tout de même, le public a ri à gorge déployé! Ensuite, on pouvait voir une projection d'Edgar Fruitier, dans laquelle il présente le spectacle à travers un petit « lexique » puisé à même les expressions de Phil Roy. L'effet est tordant. Phil Roy est enfin arrivé, et les spectateurs étaient plus que prêts!

Être adulte? Pffft!...

Premièrement, le nom du one-man show est judicieux. Ça semble toujours un peu péjoratif, quand on dit de quelqu'un qu'il est un « monsieur »: petites habitudes, vieillesse, platitude... On est à des années-lumières de tout ça, avec l'humoriste! Il mentionne, entre autres, ne pas se sentir comme un adulte parce qu'il conduit un scooter au lieu d'une voiture, et qu'il est devenu propriétaire tardivement. Il se compare à ses frères, qui sont respectivement architecte et concepteur de jeux vidéos, en sous-estimant la réelle fonction d'un humoriste dans la société...

Phil Roy, c'est aussi une « marque de commerce » – et cela se veut très positif. Il possède sa propre identité, bien travaillée, avec notamment des produits dérivés et un logo qui apparaît parfois sur l'écran derrière lui. Cela est assez rare chez les humoristes, et ça lui confère une crédibilité sans équivoque. L'humoriste est par ailleurs un improvisateur chevronné. Il surfe sur les rires avec aisance, gardant toujours l'équilibre entre laisser-aller et contrôle. Il interagit constamment avec son public, par exemple avec un enfant (après une blague grivoise!), avec un spectateur portant un sac-banane, et aussi avec un adolescent nonchalant... D'ailleurs, il invective à plusieurs reprises une femme qui rit tellement fort qu'elle crie! Phil Roy, même lorsqu'il perd un peu le fil et semble déconcentré, trouve toujours quelque chose de drôle à dire.

Comme un grand frère inspirant

Avec Monsieur, Phil Roy aborde plusieurs thèmes qui, même s'ils semblent banaux de prime abord, sont amenés de façon rafraîchissante. Par exemple, ses relations avec ses parents, la solitude, le secondaire et l'adolescence, la drogue, les premières fois (ça nous rappelle un peu trop Louis-José Houde, ici)... On aurait aimé qu'il parle un peu plus de l'âge adulte, mais on comprend aisément que c'est parce qu'il est un éternel « adulescent »! L'humoriste dénonce aussi la malbouffe en fin de spectacle, et se révèle sensible, vulnérable et courageux. C'est quelqu'un de résilient, ayant beaucoup souffert, mais dont le talent, le courage et la détermination sont à l'épreuve de tout.

Aller voir Phil Roy, c'est comme retrouver son meilleur ami du secondaire, ou admirer son grand frère, contempler un modèle. Sa bouille sympathique est un point de connexion là où des solitudes se rencontrent de façon impromptue. Plus qu'une inspiration pour ceux qui en arrachent, il est un exemple pour ceux qui veulent vivre de leur passion.

Le clown-guérisseur

Somme toute, à travers la découverte de son histoire personnelle parsemée d'anecdotes à la fois très crues et très touchantes, on découvre que Phil Roy est un teddy bear un peu destroy, à qui il manquerait un bras, car la vie l'a un peu « magané »... Malgré tout, on voit clairement son membre fantôme qui rôde encore à proximité, et cela lui confère une aura magnétique – celle d'un guérisseur. Le créateur d'une thérapie par le rire... En effet, Phil Roy dit avoir raconté sa première blague pour se sortir d'une situation qu'il jugeait gênante, lors de son adolescence, pendant un cours de piscine. Il mentionne avoir utilisé « l'auto-intimidation », pour éviter que les gens ne rient de lui en premier... À travers ces situations difficiles, il a construit ses propres remèdes, qu'il nous livre savamment pour apaiser nos maux, telle une infusion. Phil Roy nous tend la main, et on veut le suivre dans toutes ses anecdotes rocambolesques. On a ce besoin viscéral de comprendre l'Autre, à travers lui.

Bref, son style bien défini, ses expressions à lui seul, et ses imitations hilarantes le distinguent des autres humoristes. Si une course au divertissement existe, Phil Roy arrive facilement parmi les premiers. Il érige son monument patiemment, brique par brique, sourire après sourire. Comme une grue colossale, qui déploie toutes ses forces sur un chantier bien organisé. Un clown d'une rare profondeur!

L'humoriste poursuit sa tournée du Québec avec son spectacle solo. Pour les billets, c'est juste ici!