Poésie du quotidien: Mairesse
Poésie du quotidien: Mairesse

Publié par Charles Moquin le Mer. 7 février 2018 à 0h00 - Contenu original
Humour, Poésie du quotidien



La série de textes Poésie du quotidien présente des sujets prosaïques avec une teinte poétique.






On préfère la nouvelle mairesse à Coderre mais l’ancien maire à Valérie Plante. Il ne faut pas trop louvoyer, car on devient un pigeon d’argile. Surtout si on change de message. J’espère que notre nouvelle mairesse aux allures de travailleuse sociale, guillerette à la soeur sourire, qui se déplace en bus, ne commence pas sa journée par une sieste en entrant au boulot, suivi d’une tisane et d’une barre tendre. Car on risque de s’ennuyer de l’ancien maire, que ses proches surnommaient, le gros hibou, qui se commandait un club-sandwich extra frites à minuit, pour se coucher à deux heures et du coup se lever à cinq heures avec quatre oeufs bacon et toujours en tête sa devise: « tant que c’est plus facile de me lever que de me coucher, c’est qu’il reste du feu dans le foyer ».