Orchestre Métropolitain de Montréal | Encore une raison d'aimer Mozart
Orchestre Métropolitain de Montréal | Encore une raison d'aimer Mozart

Publié par Alice Boccara le Lun. 26 février 2018 à 14h15 - Contenu original
Musique, Frank Martin, Maison Symphonique, Marina Thibeault, Mozart, Musique classique, Orchestre Métropolitain, Tchaïkovski, Yukari Cousineau

Crédit photos: François Goupil

Jeudi 22 février, l’Orchestre Métropolitain de Montréal a donné pour la deuxième fois son programme Passion Mozart, dans le nouveau hall de la Maison Symphonique. L’orchestre montréalais s’est donné un objectif : faire découvrir le compositeur autrement, en jouant ses œuvres aux côtés de celles que d’autres lui ont dédié. En somme, jouer Mozart et ses admirateurs (Piotr Ilitch Tchaïkosky et Frank Martin), pour donner au public de nouvelles raisons d’aimer et de redécouvrir la musique du prodige viennois.




Le concert a débuté avec Ouverture en hommage à Mozart, du compositeur suisse du XXe siècle Frank Martin. Cette pièce rend hommage à l’orchestre mozartien tout en subtilité. En effet, Mozart fut le premier compositeur à faire de chaque membre de l’orchestre un potentiel soliste, ce qui a ouvert la voie à toute une nouvelle écriture orchestrale. La création hommage de Frank Martin a ainsi permis au public de percevoir l’incroyable modernité de l’orchestre selon la vision de Mozart, qui continue d’inspirer les compositeurs d’aujourd’hui.




C’est justement l’oeuvre symphonique la plus novatrice de l'artiste en vedette qui a suivi : sa Symphonie concertante pour violon, alto et orchestre où, pour la première fois dans l’histoire de la musique classique, l’alto a un rôle aussi important que celui du violon ; et l’orchestre tout entier devient un seul et unique instrument. Les solistes Marina Thibeault à l’alto et Yukari Cousineau au violon, ainsi que l’Orchestre Métropolitain ont offert un bel exemple de dialogue musical. Cette pièce a été l’occasion d’offrir un des moments forts du concert et ce, à la fin du deuxième mouvement (Andante), alors que l’orchestre se tait un court instant pour laisser place aux deux solistes avant de revenir plus grandiose que jamais.

L’autre pièce hommage à Mozart que l’OMM a choisi de présenter était la Mozartiana du Russe Tchaïkovsky. Construite d’après plusieurs thèmes empruntés aux œuvres de Mozart, cette pièce est autant un hommage à Mozart qu’à l’orchestre lui-même. Les instrumentistes de l’OMM en ont donné une belle prestation ; particulièrement les vents qui n’ont cessé d’alterner entre galanterie, gravité, espièglerie et tragique. Finalement, le concert s’est achevé sur la Symphonie n° 35 « Haffner » de Mozart. Le chef d’orchestre Daniele Callegari a porté la pièce de bout en bout avec une passion si palpable que, alors que jusque là l'atmosphère du concert avait été intimiste, le public s'est levé comme un seul homme dès la dernière note, pour applaudir à tout rompre l'orchestre et son chef.




L’Orchestre Métropolitain est de nouveau en concert dès le 2 mars avec le pianiste Serhyi Salov. N'hésitez surtout pas à jeter un coup d’œil à leur saison, et à vous procurer vos places ici.