Le théâtre scandinave expliqué par Peder Bjurman
Le théâtre scandinave expliqué par Peder Bjurman

Publié par Roxane Labonté le Ven. 30 mars 2018 à 17h15 - Contenu sponsorisé
Théâtre, August Strindberg, Doktor Glas, Dramaten, Entrevue, Hjalmar Söderberg, La Sonate des spectres, Le Songe, Peder Bjurman, Place des Arts, Printemps nordique, Suggestions de sortie, Théâtre royal dramatique de Suède

Crédit photos: José Figureoa

Nous avons tous, de près ou de loin, entendu parler du théâtre scandinave, surtout grâce à Peer Gynt de l'auteur norvégien Henrik Ibsen. Cette pièce a contribué à mieux faire connaître cette littérature dans notre pays. Mais les mésaventures de cet anti-héros ne résument pas à elles seules la richesse de l'imaginaire foisonnant dont font preuve les habitants des terres nordiques européennes. atuvu.ca vous présente son entrevue avec Peder Bjurman, dans laquelle il explique les grandes lignes du théâtre scandinave et parle également du Dramaten, le Théâtre royal dramatique de Suède. Le Printemps nordique présentera d'ailleurs la pièce Doktor Glas, dont il est le metteur en scène. Bouclez vos ceintures... Direction : les vastes pays du froid, pour un voyage dédié au théâtre!

Le théâtre scandinave : voir au-delà de la pointe de l'iceberg


Si vous deviez résumer le théâtre scandinave en quelques pièces, lesquelles seraient-elles?

Je crois que Les Revenants et Peer Gynt d'Henrik Ibsen, ainsi que Le Songe et La Sonate des Spectres d'August Strindberg, représentent les fondements du théâtre scandinave. Ils relient le familier à l'étrange, et explorent le confinement de la sphère privée à travers les notions de la « maison » ou du « domicile ». De nos jours, les deux auteurs sont suivis par Jon Fosse et Lars Norén. Ces derniers sont aussi obsédés par la famille, et la relient parfois à quelque chose de surnaturel, ou de superstitieux. Jonas Hassen Khemiri a continué d'explorer ces thèmes dans ses pièces contemporaines, mais avec un rythme brisé et une narration sur plusieurs niveaux.

Qu'est-ce qui distingue la dramaturgie qui provient de la Scandinavie?

Le naturalisme et le réalisme psychologique ont toujours été au coeur de notre théâtre, et il semble très difficile de s'en détacher. Ces aspects règnent toujours dans la plupart des troupes, particulièrement le Dramaten à Stockholm. Je trouve cela un peu limitant, de parler de la famille et de toutes ses complications... Il y a beaucoup d'autres choses intéressantes.

(Crédit photo: Sten Jansin)


Peder Bjurman, grand écrivain et metteur en scène suédois


Peder Bjurman a créé les pièces Doktor Glas, Slapstick, Enter Numan et Sisyfos – Back on top! ainsi que The Andersen Project. Il collabore régulièrement avec le réalisateur Robert Lepage (Ex Machina), avec qui il a notamment réalisé les projets The Far Side of the Moon et Playing Cards.

Quels sont vos principaux sujets d'écriture et de création pour le théâtre?

J'aime chercher à comprendre quels facteurs nous ont rendus là où nous sommes maintenant. Également, la perception de la réalité et la façon dont l'esprit fonctionne m'inspirent.

Qu'est-ce qui vous passionne le plus dans votre travail?

Je suis très curieux de comprendre comment les sens fonctionnent, et comment ils entrent en jeu dans le théâtre qui est le lieu suprême des sensations. La fiction est une invention fantastique, car on peut créer quelque chose de puissant avec très peu. J'essaie de travailler avec un minimum d'outils dans mes spectacles, où les spectateurs sont complices et co-créateurs. J'aime le moment où ils sont emportés dans le récit, où ils s'engagent en voulant comprendre l'oeuvre.


(Crédit photo: Roger Stenberg)


Le Théâtre dramatique royal de Suède


Le Kungliga Dramatiska Teatern, abrégé Dramaten en suédois, a été fondé en 1788. De quelle façon celui-ci a-t-il fait connaître la culture suédoise à l'international?

Pendant les années où Ingmar Bergman dirigeait le théâtre, on a beaucoup tourné en Europe, en Asie et aux États-Unis. Cela a donné une renommée internationale au théâtre suédois, et a aussi rendu celui-ci attrayant pour d'autres metteurs en scène qui ont pu travailler en compagnie d'acteurs fantastiques. Ça s'est perdu pendant un certain temps, mais ça revient lentement. Le festival semestriel Ingmar Bergman fait partie de cet intérêt renouvelé et cette ouverture envers la scène internationale.

Le Théâtre dramatique royal de Suède est la propriété de la Suède. Le gouvernement lui donne la mission de montrer des performances de théâtre traditionnel ou contemporain suédois, mais aussi international, ainsi que du théâtre pour les plus jeunes. À votre avis, est-ce que la culture suédoise aurait été différente, si l'état n'en avait pas autant fait la promotion?

Oui, mais cela nous a rendu un peu prétentieux... On ne faisait pas trop d'efforts pour se faire connaître à l'étranger, tourner et être en contact avec les paysages et sujets internationaux. Dans les années 1980, le théâtre plus marginal a explosé, mais très peu de troupes ont gagné une réputation internationale ou ont continué à tourner. De nos jours, principalement, le théâtre pour enfants fait cela. Nous avons besoin de nous ouvrir et d'exporter davantage notre art.

(Crédit photo: Site de la Place des Arts)


Doktor Glas à Montréal : suspense, poésie et humour noir


Doktor Glas, c'est l'histoire d'un médecin de Stockholm qui affronte ses regrets et choix de vie. Cette pièce hybride a été créée initialement en 2006. Y a-t-il eu beaucoup de changements depuis les premières représentations, plus de dix ans plus tard?

Nous avions décidé de ne plus jamais la jouer, après une longue série de concerts dans le West End de Londres en 2013... Nous avions jeté tous les décors et tous les accessoires, pour ne pas être tentés de continuer. Mais après environ un an, Krister m'a demandé : « Pourrait-on la rejouer, juste un peu? » ; et nous voilà, avec un tout nouveau spectacle comprenant un décor, de la musique et des éclairages, tous renouvelés. C'est une version plus claire, complètement mise à jour.

De quelle façon le roman de Hjalmar Söderberg, Doktor Glas, a créé un impact lors de sa sortie en 1905?

Un scandale a éclaté lorsque Doktor Glas a été publié, car beaucoup de gens ont pris par inadvertance le protagoniste pour Söderberg lui-même, comme si c'était son autobiographie. C'est encore un peu controversé, dû à la moralité douteuse de l'histoire... Un médecin décide de tuer un prêtre, en prétextant que c'est pour l'amour de sa femme, mais il agit peut-être plutôt selon ses propres motifs personnels. Doktor Glas proclame avoir le droit de le faire, et aussi, d'être un être supérieur... Cet aspect du surhomme (übermensch) fait toujours l'objet de discussions, surtout parce que le personnage principal est quelqu'un de bien, au fond ; il est triste et isolé, mais tout de même sympathique.

Succombez à l'appel de la nordicité!


Somme toute, venez approfondir votre connaissance du théâtre scandinave en voyant Doktor Glass, présenté au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, les 27 et 28 avril prochains. Pour les billets, c'est par ici! À noter que le spectacle est présenté en suédois, avec des sous-titres en français et en anglais.

D'ailleurs, des spectacles très variés vous feront découvrir de nouveaux horizons dans le cadre du Printemps nordique! Par exemple, voyez le théâtre de marionnettes (pour tous âges!) Papper, présenté par Marionnetteatern Kulturhuset Stadsteatern. Allez aussi contempler l'opéra contemporain NeoArctic, qui traite des impacts du changement climatique... Les possibilités sont multiples et merveilleuses!