Planétarium | Des collisions cosmiques et des exoplanètes à explorer
Planétarium | Des collisions cosmiques et des exoplanètes à explorer

Publié par Ségolène Marcel le Dim. 22 avril 2018 à 15h00 - Contenu original
Cinéma, Collisions cosmiques, Exo, Planétarium, Planétarium Rio Tinto Alcan, Stade Olympique, Suggestions de sortie

Crédit photos: American Museum of Natural History

Pour son cinquième anniversaire, le Planétarium vous convie à découvrir sa nouvelle programmation, avec deux nouveaux films projetés sous le dôme. Ce programme double comprend Collisions cosmiques, produit par l'American Museum of Natural History (en collaboration avec GOTO Inc., le Shanghai Science and Technology Museum et le Denver Museum of Nature & Science), ainsi que Exo, réalisé par Sébastien Gauthier.

Le big-bang, la formation de notre univers, de notre galaxie – la voie lactée, la formation de la Terre, tout serait le fruit de collisions cosmiques.

Si certaines sont d’une violence extrême et ont conduit à un profond changement de notre environnement, comme la disparition des dinosaures, d’autres sont à l’origine de phénomènes naturels de toute beauté. On pense aux pluies d’étoiles filantes, causées par les débris de comètes qui se consomment en entrant dans l’atmosphère, ou encore les célèbres aurores boréales, ces particules de matières expulsées violemment et poussées par le vent solaire qui, en embrasant les poches de gaz de la stratosphère, illuminent le ciel au-dessus des pôles de couleurs majestueuses, et offrent un des plus beaux spectacles lumineux naturels.

Les saisons et les marées sont elles aussi le résultat d’une collision entre la Terre et un astéroïde, celui-ci ayant, sous l’extraordinaire force de l’impact, non seulement changé l’axe terrestre, mais aussi entraîné la formation de la Lune, par l’agglomération des blocs de roche restés prisonniers de la gravité et de l’attraction terrestre.

Composé d’images de synthèse ainsi que de visuels provenant directement des centres d’observations spatiaux dont se servent les scientifiques pour scruter et analyser notre univers, ce premier film nous fait voyager à travers le passé et le futur de notre galaxie, et nous amène à nous demander si le mystère de l’origine de la première forme de vie ne serait pas elle aussi liée à une collision cosmique.


Exo

Après une présentation de la carte du ciel actuel de Montréal, pour nous aider à identifier les quelques étoiles visibles à travers l’épaisse couche de pollution lumineuse de l’Amérique du Nord, le second film se concentre sur les exoplanètes.

Wikipedia définit une exoplanète comme étant une planète en dehors de notre système solaire. Si les hommes s’intéressent depuis la nuit des temps à la découverte et l’authentification de ces planètes, l’évolution des moyens scientifiques joue un rôle plus que déterminant. Car si on estime que toutes les étoiles visibles ont potentiellement une exoplanète, encore faut-il être en mesure de l’observer de façon indiscutable.

Si les chercheurs ont plusieurs techniques, comme celle de l’observation d'une baisse d’intensité lumineuse lorsqu’une exoplanète passe devant son étoile, les moyens à disposition ne permettent pas encore de déterminer si les conditions sont réunies pour l’existence de la vie. Les scientifiques doivent encore se contenter d’évaluer si la planète se trouve dans une zone potentiellement propice, en fonction de la puissance lumineuse de son étoile et de leur proximité.

Même si les découvertes d’exoplanètes de sont de plus en plus fréquentes ces dernières décennies, il reste encore à découvrir, dans la façon de s’y rendre. En attendant, le Planétarium fait voyager votre tête.

Pour planifier votre visite de l’espace et vous sortir de l’attraction terrestre pendant quelques instants, toutes les informations ainsi que les horaires des séances sont disponibles sur le site du Planétarium, et les billets pour ce programme double sont disponibles juste ici.