Lemire Verville, ou quand l’humour a de la classe...
Lemire Verville, ou quand l’humour a de la classe...

Publié par Daniel Raymond le Lun. 23 avril 2018 à 17h15 - Contenu original
Humour, Lemire Verville, Place des Arts, Suggestions de sortie, Théâtre Maisonneuve

Crédit photos: Site internet de SMAC Communications

Ce samedi 21 avril, pour un soir seulement, le Théâtre Maisonneuve a résonné au son des nombreux rires générés par le duo Lemire-Verville. Les deux comparses et complices aguerris ont encore une fois fait étalage de leur redoutable efficacité.


Ainsi, ils nous ont aisément démontré que les mots « humour,propre, fin et intelligent » ne sont ni incompatibles, ni antinomiques.

Daniel et Pierre ont clairement prouvé qu’un humoriste n’a pas nécessairement besoin de ridiculiser un handicapé, de générer de la controverse, de se complaire dans le scabreux, ou de s’exprimer comme un charretier ou un illettré pour être divertissant.

Ils peuvent parfaitement faire rire sans sombrer dans le scatologique et sans systématiquement recourir aux sacres pour ponctuer leurs blagues.

À mon humble avis, ces deux vétérans font encore et toujours souffler un vent de fraîcheur et de renouveau sur leur métier, bien qu’ils aient depuis belle lurette dépassé le stade de la relève en humour. Ils ont même acquis le statut de modèle ou de référence.

Ayant dû m’habituer, malgré moi, au fait que 9 spectacles sur 10 commencent désormais en retard, j’ai été agréablement surpris de constater que la levée du rideau a eu lieu pile à l’heure.

Le coup d’envoi a été donné par une présentation vidéo de photos d’enfance de nos deux héros, évidemment accompagnées de commentaires humoristiques préenregistrés par Pierre Verville.

Dès leur entrée sur scène, c’est l’incontournable tour de l’actualité qui a monopolisé notre attention, nos rires et nos fous-rires.

Par la suite, et pas nécessairement dans l’ordre suivant, Daniel Lemire nous a tour à tour offert ses personnages d’Yvon Travaillé, Gripette Tremblay, Ronnie, oncle Georges, le gars hyper, le biker, le crooner quétaine, etc., presque toujours en interaction avec une personnalité imitée par son partenaire de scène.

Quant à ce dernier, il s’est métamorphosé en Pierre Bruneau, Justin Trudeau, Claude Poirier, Michel Therrien, Eddy Savoie (propriétaire des Résidences Soleil), Charles Aznavour, Claude Dubois, Robert Charlebois, Richard Desjardins, Sting, Luc Plamondon, André Sauvé, Rambo Gauthier, etc.

Je sollicite votre indulgence pour les quelques « divulgâcheurs » qui suivent et qui m’ont particulièrement fait rigoler.

Dans son personnage d’interviewer de M. Eddy Savoie (personnifié par Pierre), Daniel a demandé pourquoi ça s’appelait« Les Résidences Soleil ». Prenant la parole au lieu de laisser M. Savoie répondre, il nous a révélé que c’est parce que tout le monde dit : « Il va faire beau avant que je vienne rester ici! »

Durant un de ses monologues, Daniel Lemire a été interrompu par l’arrivée de Pierre « André Sauvé » Verville qui y est allé d’un de ses habituels discours confus et décousus avant de s’éclipser; ce qui a inspiré à Daniel la remarque suivante : « Finalement, je ne suis pas si mal que ça dans ma peau! »

Autre perle lancée (par Daniel) durant la soirée : « Je suis ouvert d’esprit, mais je ferme de bonne heure! »

Les innombrables mots d’esprit ont été régulièrement accueillis par de nombreux rires et de généreux applaudissements.

La durée totale du spectacle, excluant l’entracte, est d’une heure trente-cinq minutes. On s’y amuse tellement qu’on ne voit tout simplement pas le temps passer.

Malgré le décor minimaliste, le peu d’accessoires et la sobre – mais efficace – mise en scène de Denis Bouchard, les deux magiciens des mots réussissent tout de même à nous fasciner et à nous faire tordre de rire sur nos fauteuils, ce qui en dit long sur leur talent.

À la tombée du rideau, malgré les ovations debout et les applaudissements nourris, la tradition en humour n’est pas aux rappels mais plutôt aux mercis et aux au revoir. Nous sommes donc restés sur notre appétit – on en aurait repris bien volontiers – mais sommes néanmoins repartis heureux d’avoir été si bien divertis.

Je suis les carrières de Daniel Lemire et de Pierre Verville depuis maintenant quelques décennies, et je ne cesse d’être impressionné par la qualité et le haut niveau de leurs prestations. Je leur souhaite sincèrement longue vie et fructueuse collaboration.

Leur tournée se poursuit dans plusieurs villes du Québec. Vous pouvez consulter leur agenda et vous procurer des billets en cliquant simplement ici pour accéder à leur site internet. Gâtez-vous! Ça vaut le déplacement.