Avec Le mentor et l'apprenti!, la relève s’illustre… spectaculairement!
Avec Le mentor et l'apprenti!, la relève s’illustre… spectaculairement!

Publié par Daniel Raymond le Mar. 22 mai 2018 à 21h15 - Contenu original
Musique, Festival de musique de chambre de Montréal, Hôtel Ritz-Carlton, Le mentor et l'apprenti!, Musique classique, Petit déjeuner et concert, Richard Raymond, Sarah Oulousian

Crédit photos: Site internet du pianiste Richard Raymond

Le dimanche 20 mai, le pianiste Richard Raymond ainsi que son élève, Sarah Oulousian, nous en ont mis plein la vue et les oreilles dans un récital marqué du sceau de la virtuosité. L’événement « Petit déjeuner et concert », réunissant mentor et apprentie, a eu lieu au magnifique Salon Ovale du chic hôtel Ritz-Carlton, dans le cadre de la série pré-festival du Festival de Musique de Chambre de Montréal.


Ce troisième et dernier concert de la série « Le mentor et l'apprenti! » a débuté avec la prestation de la jeune Sarah Oulousian – âgée de 14 ans seulement – qui a enchainé les quatre impressionnantes œuvres suivantes :

  • « Prélude et Fugue en sol dièse mineur, vol 1. BWV863 » de Johan Sebastian Bach
  • « Sonate no 27 en mi mineur, op. 90 » de Ludwig van Beethoven
  • « Étude op. 25, no 12 » de Frédéric Chopin
  • « Rhapsodie hongroise no 12 en do dièse mineur, S 244/12 » de Franz Liszt

Elle nous a – de manière très convaincante – démontré que la valeur n’attend effectivement pas le nombre des années. Ces pièces contrastées lui ont donné l’occasion de déployer toute l’étendue de son talent. Jouant le tout par cœur, elle a tour à tour démontré de la fougue, de la retenue, de la précision, de l’expressivité et une grande sensibilité.

Sarah, qui étudie le piano depuis l’âge de 5 ans, a fait son début au Carnegie Hall de New York, en 2012, alors qu’elle n’était âgée que de huit ans. Et depuis, elle accumule prix et distinctions.

D’ailleurs, le dimanche 13 mai, elle a remporté le deuxième grand prix lors de la Grande Finale Desjardins de la 16e édition du Festival-concours de musique classique de Pierre-de Saurel, tenu à la Salle Georges-Codling de Sorel-Tracy.

La photo ci-dessous nous la montre posant fièrement, dans sa robe marine à pois blancs, parmi les autres gagnants. Cette jeune pianiste est promise à un très brillant avenir.

Crédit photo : Yanick Lefebvre

La 2e partie du « Petit déjeuner et concert » a été assumée par le pianiste émérite Richard Raymond, qui a fait vibrer le Salon Ovale grâce à la « Sonate no 9 en mi majeur, op. 14 no 1 » de Ludwig van Beethoven. L’exécution m’a semblée être impeccable et à la hauteur vertigineuse de son talent.

Depuis 2010, Monsieur Raymond est professeur de piano au Conservatoire de musique de Montréal. Antérieurement, il a occupé un poste de professeur agréé à l’École de Musique Schulich de l’Université McGill, pendant 9 ans.

En sa qualité de pianiste soliste virtuose, son impressionnante feuille de route est parsemée de prix et de distinctions. Vous pouvez en apprendre davantage à son sujet en consultant le site internet du Conservatoire de musique.

Incidemment, mentionnons qu’Emily Oulousian, sœur ainée de Sarah et également élève de Richard Raymond au Conservatoire de musique de Montréal, a participé à l’émission Virtuose en 2016. Elle en a d’ailleurs remporté la finale. Comme quoi, le talent inné se porte apparemment très bien dans la famille Oulousian.

La troisième et dernière partie de ce récital charmant a réuni le mentor et son apprentie sur un même clavier, dans une époustouflante exécution – à quatre mains – de Rhapsody in Blue de George Gershwin. Environ quinze minutes d’intense bonheur ont été offertes, permettant de se laisser transporter par une musique planante, exécutée de mains de maîtres par deux artistes tout aussi inspirants qu’inspirés.

Nous avons spontanément exprimé notre appréciation en position debout et à grand renfort de chaleureux applaudissements.

Le maître de cérémonie de l’événement nous a laissé savoir que la demande ayant excédé l’offre, le nombre de sièges du Salon Ovale sera porté de 100 à 140, et possiblement plus, pour la prochaine saison.

Je souhaite longue vie à cette série de déjeuners-concerts de grande qualité, réunissant maîtres renommés et disciples prometteurs sur une même scène.


Pour en savoir plus sur le Festival de musique de chambre de Montréal, cliquez ici.