Un nouveau printemps, des nouveaux humoristes !
Un nouveau printemps, des nouveaux humoristes !

Publié par Maxime Hébert-Lévesque le Mar. 29 mai 2018 à 16h15 - Contenu original
Humour, Club Soda, École nationale de l'humour, Humoriste absurde, Humoriste de la relève, Suggestions de sortie, Tournée des finissants

Crédit photos: École nationale de l'humour

Eh oui ! Déjà 30 ans que l’École nationale de l’humour s’évertue à former les humoristes de demain. Cette année, les étudiants et étudiantes ayant passé 2 ans à l’école du rire présenteront leur savoir-faire lors d'une tournée à travers le Québec. Depuis le mois de mars, les blagueurs en herbe rodent leur spectacle de 90 minutes, qui sera présenté en première médiatique le 30 mai au Club Soda.


Du nouveau dans le milieu

Traditionnellement masculin, le visage de l’humour présente de plus en plus de traits féminins et cela est pour le mieux ! Nous sentions un certain essoufflement des blagues qui commençaient par : « Moi, je ne vous comprends pas les filles… » ou encore « Les filles sont toutes… » L’arrivée d’humoristes telle que Mariana Mazza, Katherine Levac ou encore Marie-Lyne Joncas révèle un véritable changement dans le ton de l’humour au Québec. Au contraire de leurs prédécesseurs, les femmes humoristes d’aujourd’hui sont affirmées et elles ne mâchent pas leurs mots. Il suffit d’écouter un numéro de Mazza pour s’apercevoir que l’époque a bel et bien évolué.

L’École nationale de l’humour suit progressivement cette tendance en diplômant trois nouvelles humoristes de leur formation Création humoristique. Les filles sont déjà actives dans les soirées d’humour en ville et si vous êtes un « comédie fan », gageons que vous avez déjà aperçu la jeune Marylène Gendron au Bordel Comédie Club.

L’École de l’humour, c’est quoi ?

L’idée de concevoir une école du rire est une blague en soi. C’est comme si l’on prenait tous les comiques de chaque classe et qu’on les rassemblait ensemble dans la même bâtisse. Bonjour la procrastination et le manque de sérieux ! Pourtant en 1988, cela a été l’idée du siècle ! Consciente de la montée en popularité de l’humour au Québec, Madame Louise Richer et ses collaborateurs ont su se placer au cœur de l’industrie culturelle la plus profitable de la province. Aujourd’hui, l’ENH est un passage pratiquement obligé pour tous ceux qui rêvent un jour de fouler les planches du St-Denis armés d’un microphone et d’une bouteille d’eau. Cette année, l’école a passé le cap des 500 diplômés, et parmi ceux-ci, près de 81% sont actifs dans le milieu de l’humour.

La tournée !

La tournée des finissants est l’occasion de voir une nouvelle approche de l’humour. Les treize finissants qui se produiront le 30 mai au Club Soda, bien que peu connus, ne sont pas des amateurs. Après deux ans de formation et une centaine de numéros réalisés, les diplômés sont très loin de l’humoriste du dimanche que l’on croise dans un « open mic ». Leur première à Montréal est le résultat d’une quinzaine de spectacles de préparation. De la Rive-Sud de Montréal à la côte Nord, en passant par le Lac-Saint-Jean, les finissants ont eu le plaisir de roder parfaitement leurs numéros. Le spectacle présenté au Club Soda ce mercredi 30 mai est donc une œuvre professionnelle et bien travaillée.


Pour plus d’information sur la tournée des finissants et finissantes, consultez le site de l’école nationale de l’humour.