«  Déplaire » de Laurent Paquin | Un show qui a du mordant!
« Déplaire » de Laurent Paquin | Un show qui a du mordant!

Publié par Micheline St-Onge le Mer. 20 juin 2018 à 15h15 - Contenu original
Humour, Déplaire, Laurent Paquin, Le petit Laurent Illustré, Suggestions de sortie, Zénith de St-Eustache


Avec la tête qu’il a et son air pour le moins neurasthénique, on pourrait croire que Laurent Paquin a vraiment tout pour Déplaire… Il en est pourtant déjà à son quatrième spectacle solo, et j’ai eu la chance d’y assister au Zénith de St-Eustache, ce 17 juin, pour constater qu’il est plus en forme que jamais.


À 47 ans, Laurent Paquin est en pleine possession de ses moyens et l’a montré de façon magistrale au cours de la soirée en offrant une performance sans faille et sans entracte. Tout au long de la soirée, il a abordé plusieurs thèmes touchant au quotidien et qui nous sont familiers, comme l’éducation des enfants, la politesse, les phobies et la mort… de laquelle on peut aussi parfois rire.

Parlant de phobie, il nous a décrit avec précision celle qui s’appelle « nomophobie » et qui consiste à avoir une peur excessive d’être séparé de son cellulaire. Comparant l’utilisateur à un véritable drogué qui quémande un fil pour être certain de ne pas manquer de batterie, cela donne un numéro à littéralement se tordre de rire dans nos fauteuils…

Une autre pièce d’anthologie est celle où il raconte un voyage en auto avec ses enfants, au cours duquel sa fille pleure pendant deux heures et demie… jusqu’à épuisement total, pour s’effondrer ensuite comme une poupée de chiffon devant ses yeux alors qu’il s’apprêtait à commettre l’irréparable, soit un infanticide…

Je voyais cet humoriste pour la toute première fois et je peux affirmer que j’ai passé la soirée à rire sans presque jamais m’arrêter, tellement les gags s’enchaînaient aisément comme en rafales.

Laurent Paquin manie aussi les mots comme pas un… à partir du mot « siège », il peut faire toute une déclinaison de phrases s’y rapportant, qu’il balance aux spectateurs comme un poème… Ce numéro lui a d’ailleurs valu de chaleureux applaudissements amplement mérités.

Laurent Paquin a déjà 21 ans de carrière à son actif. Cette quatrième mouture fait suite à ses trois premières tournées : Première impression (2001), Tout est relatif (2006) et L’ereure est humaine (2013) avec plus de 150 000 billets vendus.

Il a battu le record du plus grand nombre d’animations de galas Juste Pour Rire et sera l’animateur de sa 15e soirée en carrière, le 19 juillet prochain à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.

Avant le début du spectacle, j’ai eu l’occasion d’acheter son livre Le petit Laurent illustré que j’ai eu le temps de lire avant le début du show. Je me suis rendu compte après coup qu’il contenait les bases de ses numéros. Un canevas du show en quelque sorte.

Laurent Paquin a terminé la soirée avec son fameux ukulélé… et son répertoire de « chansons de rupture », comme il les appelle. Très courtes mais efficaces, des petits bijoux de sarcasme… sur la vie de couple, entre autres.

Bref, une soirée réussie haut la main pour cet humoriste chevronné. Mon « compagnon dans le crime » et moi avons ri à pleurer presque tout le long, au point où j’aurais dû m’abstenir de me maquiller…

Alors si vous voulez mon avis, faites-vous plaisir en allant voir ce show hilarant, cru, intelligent, pas « pipi-caca » pour deux sous. Laurent Paquin, c’est une véritable force tranquille de l’humour…

Avertissement : L’extrait qui suit peut contenir des traces de naïveté.

« J’ai couché avec une actrice porno sans avoir quelle était sa profession. C’est sûr que j’aurais dû m’en douter quand ils ont crié : "ACTION!" »

*Extrait du livre Le petit Laurent illustré

Pour connaître les dates de la tournée de Laurent Paquin et avoir plus d’information sur l’humoriste, rendez-vous sur son site ici.