EXTRÉMISS | Une 2e édition d'un spectacle nécessaire par des humoristes intelligents
EXTRÉMISS | Une 2e édition d'un spectacle nécessaire par des humoristes intelligents

Publié par Clara Bich le Mar. 18 septembre 2018 à 15h15 - Contenu original
Humour, Anas Hassouna, Eddy King, EXTREMISS, Fary, Improvisation, Jeremy Ferrari, Louis T, Mariana Mazza, Mehdi Bousaidan, Neev, Olympia de Montréal, Rachid Badouri, Reda Sahoui, Roman Frayssinet, Suggestions de sortie, Thomas Wiesel

Crédit photos: Page Facebook de l'événement EXTRÉMISS du 11 septembre 2018

Ce 11 septembre à L'Olympia, Anas Hassouna, humoriste de la relève montréalaise, présentait la 2e édition de son spectacle EXTRÉMISS. Avec l’envie de parler de la minorité qui « pose problème » dans chaque communauté, Anas Hassouna a livré un débat humoristique de plus de 3 heures avec 11 invités !


Avec l'opinion et le parti pris que chacun peut partager tant que c’est avec modération, le discours d’entrée d’Anas lui a valu une ovation debout à l’Olympia qui affichait complet ! Il a su représenter la diversité en invitant les humoristes Roman Frayssinet, Mariana Mazza, Thomas Wiesel, Louis T., Mehdi Bousaidan ou encore Fary ! Réunis par la francophonie et l’envie de faire rire sur des situations délicates jusqu’à la date du spectacle (le 11 septembre), le public a ri aux éclats tout au long de la soirée !

Neev était le premier humoriste à donner le ton du spectacle : « L’Halloween depuis qu’un Arabe c’est plus Aladin mais Oussama, les gens ont peur ! » En passant par les actes de Barack Obama, les discours LGBTQ+ et féministes, Neev a dénoncé ce qui est trop rarement dit en faisant rire. Il a terminé son sketch avec la phrase phare des extrémistes québécois : « Si t’aimes pas le porc, la bière et les tétons, retourne en Islamie ! » Reda Saoui a été le deuxième à entrer sur scène. À l’unanimité, il a été l’un des plus appréciés par le public avec son numéro sur le terrorisme à Granby, la phrase : « Je vais tellement te gifler que ça va te civiliser ! », le crossfit ou encore la révolution tranquille !

Par la suite, bien que l’humoriste Eddie King nous ait un peu déçu, Rachid Badouri a marqué les esprits français en précisant : « Paris la ville du parfum, ça sent la pisse, la ville de l’amour, personne ne se parle ! » et en rappelant l’histoire du BIXI qui a voyagé jusqu’au Maroc ! Fous rires garantis ! Puis, le Suisse Thomas Wiesel a rappelé la gentillesse du Québec : « Ici vos méchants c’est le gang du sirop d’érable, nous en Europe c’est Daesh ! » avant de citer des éléments récents dans son sketch tels que la pub Nike avec Kaepernick ou bien l’assassinat d’un homme noir chez lui par une policière texane.




L’unique bémol, peut-être, serait que Mariana Mazza était la seule femme sur scène pour clôturer cette première partie de plus d’une heure et demie. Elle a, comme à son habitude, fait rire avec des sujets qui peuvent encore paraître tabous : orgasmes, poils et orientations sexuelles. Avec une belle morale, elle a terminé son numéro en lisant de réels messages reçus sur son téléphone – une démarche commencée dans son one-woman show Femme ta Gueule – ce qui a mis en avant la liberté d’expression, parfois sans gêne, des internautes sur les réseaux sociaux.

La deuxième partie a su nous faire rire aux larmes ! Oussama Fares s’est lancé sur la scène de l’Olympia pour sa troisième fois devant un public ! En s’appelant Oussama, il a précisé qu’il était devenu le « Adolf des temps modernes qui n’a pas le droit d’oublier son sac dans le métro ou bien d’étudier en biochimie ! »

Louis T. a fait rire aux éclats avec un sketch sur les mononcles radicaux qui ont des piscines hors-terre, les norvégiens et les musulmans !



L’humoriste français Fary a fourni un numéro sur les Parisiens, les croyants et les athées. Populaire et avec un spectacle complet sur la plateforme Netflix, n’hésitez pas à aller voir son travail de plus près !



Par la suite, Anas a refait une apparition sur scène pour rappeler rapidement que les Parisiens expatriés à Montréal apprenaient en effet de nouveaux mots ici tels que « tabarnak, s’il-vous-plaît et merci ! » Enfin, Roman Frayssinet, en spectacle entre la France et le Québec avec son seul en scène Alors (présenté d’ailleurs à l’Olympia de Montréal ce samedi 15 septembre 2018) était attendu par un public chaud-bouillant. Il a livré un numéro sur les attentats du 11 septembre en précisant : « Je me souviens, petit, je voulais voir un autre film mais c’était la même chose sur toutes les chaînes de télévision, je me disais que les Américains avaient vraiment beaucoup plus de budget pour leurs films ! » En continuant son sketch sur des thématiques telles que la mort et l’alcool, Roman a donné un avant-goût prometteur pour les futurs seuls en scène qu’il livrera !



Enfin, après plus de 3 heures de sketches, Mehdi Bousaidan a clôturé le spectacle en faisant le show ! Il est passé à travers différents sujets tels que Martin l'élève modèle qu’on a tous déjà eu dans notre classe de primaire ou de secondaire, les préjugés sur les Arabes ou le choix de Trump de donner des armes aux enseignants. Mehdi a livré l’une des quelques phrases phares du spectacle : « Quand les États-Unis sont malades, le Québec tousse » avant de terminer sur une improvisation d’un clip de reggaeton ! Danse, chant, mise en scène : si toute la salle n’était pas en larmes (de rire), en tout cas, nous oui !


Un grand merci aux humoristes d’EXTRÉMISS d’avoir permis une si belle soirée, riche en humour, diversité, acceptation et ouverture d’esprit ! Il est beau de voir ces initiatives prises en 2018 où l’art nous rapproche, au-delà des préjugés. Si EXTRÉMISS vous intéresse, en attendant la 3e édition, courez voir Jeremy Ferrari qui jouera pour la deuxième fois son spectacle Vends Deux Pièces à Beyrouth à l’Olympia le 16 novembre prochain. Pour plus d’information, cliquez ici.