Odysseo : la splendeur du cheval, de l’homme et de leur relation
Odysseo : la splendeur du cheval, de l’homme et de leur relation

Publié par Gabrielle Lebeau le Lun. 17 septembre 2018 à 15h45 - Contenu original
Cirque, Cavalia, Grand Chapiteau Blanc, Montréal, l'été..., Odysseo, Spectacle équestre, Suggestions de sortie

Crédit photos: Site officiel de Cavalia

Avec son spectacle Odysseo présenté sous le Grand Chapiteau Blanc à l’entrée du pont Jacques-Cartier, Cavalia atteint de nouveaux sommets. Cette production qui parcourt actuellement le globe mêle arts équestres, acrobaties, cirque aérien et théâtre, le tout soutenu par une scénographie éblouissante.


Le Grand Chapiteau Blanc, d’une hauteur de 38 m et abritant une scène de 1626 m2, peut accueillir plus de 2000 spectateurs. Sous cette tente d’envergure, Odysseo nous présente 70 chevaux et 50 artistes pour une durée de deux heures. Entre rythmes africains et airs flamenco, c’est un voyage autour du monde que nous propose cette fois Cavalia.

Dans Odysseo, l’interaction avec le public est instaurée dès l’ouverture du spectacle : le public s’esclaffe en tentant de répondre à un jeu-questionnaire sur la compagnie et les chevaux. Plus tard, dans Appel d’Afrique, ils répètent en chœur des chants africains : en tapant des mains, tous encouragent les artistes, hommes et chevaux.

Les scènes sont à couper le souffle. Les Fées apparaissent dans une forêt bleutée, vêtues de longues robes blanches et guidant d’une main deux chevaux sur le dos desquels elles se tiennent debout, un pied sur chaque selle. Pendant la Fête du village, des hommes en échasses sautent des obstacles, dépassant même les capacités des chevaux! Dans Liberté, Élise Verdoncq fait danser une dizaine de bêtes autour d’elle, orchestrant la chorégraphie par le geste et la voix. Pour Carosello, c’est un véritable carrousel qui apparaît sur scène comme par magie, animé de danseurs dont la précision et l’élégance ajoutent à l’ambiance onirique. Les Anges, un numéro de tissu aérien, est d’une beauté inouïe. Enfin, pour clore le spectacle, un lac apparaît sur scène. Durant de longues minutes, on se demande s’il est l’effet des éclairages qui créent, depuis le début, des décors phénoménaux sur le sable. On hésite encore lorsque le cheval piétine sur la rive, et jusqu’à ce qu’il y dépose un sabot : éclaboussures ou pas?

Cavalia joue avec notre tête et nos émotions. Surtout, Cavalia nous rappelle la splendeur de notre nature d’homme, celle du cheval et l’étrange relation qui subsiste entre nous depuis la nuit des temps.


Le spectacle Odysseo est présenté à Montréal jusqu'à la fin septembre 2018. C’est à ne pas manquer, rendez-vous ici pour plus d’information.