Roman Frayssinet : prodige de la scène à seulement 24 ans
Roman Frayssinet : prodige de la scène à seulement 24 ans

Publié par Clara Bich le Mer. 19 septembre 2018 à 14h45 - Contenu original
Humour, Alors, Anas Hassouna, Improvisation, Olympia de Montréal, Roman Frayssinet

Crédit photos: Facebook Officiel de Roman Frayssinet

Ce samedi 15 septembre 2018, l’Olympia de Montréal était complet pour le spectacle Alors de Roman Frayssinet, humoriste fraîchement diplômé en 2015 de l’École nationale de l’humour. À seulement 24 ans, il a su faire rire l’auditoire pendant plus d’une heure et demie avec son acolyte Anas Hassouna qui animait la première partie.


C’est avec un jogging en velours grenat et un t-shirt « PFAFF » que Roman est entré en scène sur une musique de Michael Jackson : tout un style ! Acclamé, il s'est lancé dans des thématiques déjà vues certes, mais avec son jeune âge, son point de vue frais et novateur était apprécié par l’auditoire.

Tout y est passé :
  • Le rapport au corps (que ce soit le sien, celui d’Adam, d’Ève, des femmes ou des hommes qu’ils soient jeunes ou vieux), aux testicules, à l’accouchement ou encore au fait de voir flou. Roman a fait un point sans gêne sur le physique.
  • L’alcool, en précisant d'ailleurs :« Je suis allé dans une soirée à 18 ans, elle n’a jamais vraiment fini » !
  • L’amour, où il a semblé préférer être riche qu’amoureux, car être amoureux c’est finalement « accepter qu’une femme nous parle mal en public » !

Roman a partagé le fait qu’il devient adulte en regardant davantage les apparts que les femmes dans la rue. La salle a ri aux éclats alors qu’il terminait très justement cette première partie de spectacle en ajoutant « Comment tu peux être sûr de ce que tu ressens, alors qu’on n’est même pas toujours sûr de ce qu'on voit ? »

Roman aimerait être vieux, avoir 70 ou 80 ans. Il a précisé ses envies avec un sketch sur les idées qui lui passent par la tête : « Parfois les idées, elles viennent dans ma tête, c’est pas une bonne idée du tout ! J’irais voir une boulangère et je lui commanderais des huîtres, à tous les jours. » Dit comme ça, cela peut simplement vous faire sourire mais c’était très, très drôle.

Bien qu’il ait étudié à Montréal, Roman est Français. Son point de vue sur Paris a fait exploser la salle de rire, alors qu'il disait : « Juste au son des portes de métro qui se ferment à Paris », on sait que les parisiens sont détestables ! Histoire d’une « croustillance », il s'est lancé dans l’analyse des expatriés en Australie : les milléniaux présents dans la salle ainsi que les âmes voyageuses ont su réagir !

Il a continué avec des anecdotes un peu farfelues sur différents thèmes, du lasergame où « tu as un fusil, tu clignotes et tu te bats contre des enfants juifs » aux sextos en passant par les orgasmes, les escapades campagnardes pour se ressourcer et les documentaires animaliers. C’est en terminant avec un dernier sketch sur le temps qui est « évident et qui coule de source » que Roman a clairement montré son talent.

C’est finalement avec un spectacle sur la peur du temps qui passe et le fait de devenir adulte que Roman a tenu en haleine ses spectateurs. Même s’il y avait trop de grossièretés à notre goût, Roman nous a fait sourire, rire et pleurer de rire. L’expression « dégueulasse » est à prendre comme une onomatopée de son propre langage, une petite marque de fabrique, tout autant que le rythme de ses phrases qu’il saccade et qu’il est le seul à si bien faire.


Alors est un one-man show sur le fait de devenir adulte en 2018 dans une société occidentale. En plus de son talent, le rythme et la ponctuation constituant la diction de Roman Frayssinet lui ont donné beaucoup de charme ! Alors n’hésitez pas à le suivre de plus près sur ses réseaux sociaux en cliquant ici, car il va aller loin !