Les moments « velours » de la vie de Katherine Levac | Un spectacle riche, drôle et émouvant
Les moments « velours » de la vie de Katherine Levac | Un spectacle riche, drôle et émouvant

Publié par Clara Bich le Mer. 24 octobre 2018 à 16h00 - Contenu original
Humour, Féminisme, Humoristes de la relève, Katherine Levac, Olympia de Montréal, Paidge Beaulieu, Portrait, Sam Boisvert, SNL Québec, Suggestions de sortie, Velours

Crédit photos: Facebook Officiel de Katherine Levac

Katherine Levac jouait ces vendredi 19 et samedi 20 octobre son nouveau one-woman-show intitulé Velours à l’Olympia de Montréal. Vendredi, c’était dans une salle comble que Sam Boisvert a animé la première partie avant de laisser la scène à Katherine Levac pour une heure et demie de sketchs ! Avec un spectacle à tendance autobiographique, les spectateurs étaient conquis ! En tournée jusqu’en novembre 2019, c’est une humoriste à voir absolument.


Une carrière en plein essor

Diplômée de l’École nationale de l’humour en 2013, elle remporte en 2014 la finale d’En route vers mon premier gala Juste pour Rire où elle était en compétition avec Mehdi Bousaidan, Sam Breton et Didier Lambert. En 2015, tout s’accélère dans sa carrière: elle fait partie de l’émission Les 5 prochains, un documentaire qui suit chaque année cinq humoristes de la relève, puis elle gagne l’Olivier de la « Découverte de l’année ». Elle devient alors la première femme à gagner un prix dans cette catégorie. Après plusieurs passages télévisés et des animations d’émissions, Katherine Levac participe également aux festivals du Grand Comédie Fest et du Zoofest 2018 avant de monter sur scène avec son spectacle Velours.

Velours, un spectacle entre douceur et caractère

Vendredi soir, c’est Sam Boisvert qui nous accueillait avec une première partie efficace. Habitué des scènes du Medley Simple Malt, du Brouhaha ou encore de la Distillerie No.3, Sam fréquente très souvent les soirées d’humour organisées en ville. Pour cette première partie de Katherine Levac, Sam Boisvert a fait rire avec des sujets actuels : le pot avec des imitations de Snoop Dog à couper le souffle, la vieillesse, l’amour et un aparté sur Occupation double, le jeu de téléréalité québécois animé par Jay du Temple (qui, d'ailleurs, est le meilleur ami de Katherine Levac). On a pu noter les efforts scénographiques qui donnaient un esprit music-hall à ses sketchs, avec un éclairage circulaire en avant du rideau rouge. Enfin, l’une de ses phrases avant de sortir de scène: « Pour que la société fonctionne, on a besoin de gens qui échoue », nous a bien fait rire !

Très sobre, Katherine Levac est ensuite entrée sur scène avec un pantalon noir et un chemisier blanc. Elle a commencé son spectacle en parlant de ses interventions télévisuelles et de son âge : elle fait partie de la génération Y, c’est-à-dire celle où « on n’a pas de diplôme, pas de famille, pas d’argent et on nous dit que tout est facile. On est des gens de bonne humeur, uniquement sur les réseaux sociaux », a-t-elle dit en faisant rire son public. Elle nous a raconté un peu plus sa jeunesse en tant que franco-ontarienne à l’éducation catholique, et ses différentes visites à l’église et au camp pastoral qu’elle définit comme une « secte ». La salle a explosé de rire et applaudi à plusieurs reprises.

Elle a continué avec des anecdotes biographiques telles que son obsession pour l’assiduité et la perfection, bien qu’elle ait été dans une école de rang ! Katherine nous a fait rire presqu’aux larmes en précisant que « les gardes forestiers font la même job qu’un hibou ». Elle a parlé de ses deux frères, d’anciens joueurs de hockey qui travaillent maintenant sur sa tournée et nous a expliqué qu’elle passait sa jeunesse à l’aréna pour les regarder jouer. C’est en précisant « Dave Morissette, c’est mon patronus » que nous avons noté les aficionados de la saga Harry Potter présents dans la salle – et nous n’étions pas nombreux! Le milieu du spectacle a été rythmé par une chanson sur les femmes de 64 ans, qui est très grinçante mais qui se termine sur de belles notes et qui a su nous émouvoir!

La deuxième partie du show s’est orientée sur son immigration au Québec en tant que Franco-ontarienne pour venir y faire ses études: obtenir sa nouvelle carte soleil où « l’on voit le soleil tout autant que l’espoir dans une salle d’attente d’hôpital », rentrer dans sa vie de grande, payer son Hydro-Québec et arrêter sa maîtrise ... pour suivre une formation en jeux vidéo à Montréal? Non... pour aller à l’École nationale de l’humour. Elle est également revenue sur son personnage de Paidge Beaulieu qu’elle a incarné dans SNL Québec avant de terminer sur des notes plus féministes en rappelant le problème de l’égalité salariale. Katherine Levac a alors quitté la scène après une heure et demie de spectacle sans interruption en précisant: « Dans la vie, c’est quand tu ne sais pas ce qui arrive et tu ne sais pas ce que tu fais que ça devient excitant, que tu sors de ton velours! »

Cette humoriste est une belle surprise, toute douce mais également avec un caractère bien trempé. Finalement, elle est comme du velours selon le sens dans lequel vous le caressez! Son seule-en-scène vous fera passer un bon moment et convient à toutes les générations, de quoi organiser une belle soirée familiale!


Katherine Levac est en tournée avec Velours jusqu’en novembre 2019. Avec des dates supplémentaires dans toutes les grandes villes du Québec et de l’Ontario, n’hésitez pas à vous déplacer pour la voir! Pour le détail des dates de la tournée, cliquez ici. Ce spectacle autobiographique est efficace et met en avant la fraîcheur de cette artiste de 29 ans.