Daniel Boucher revient « À grands coups de tounes » à la Place des Arts!
Daniel Boucher revient « À grands coups de tounes » à la Place des Arts!

Publié par Clara Bich le Ven. 2 novembre 2018 à 11h00 - Contenu sponsorisé
Musique, A Grands Coups de Tounes, Chanson francophone, Chanson francophone québécoise, Cinquième salle, Daniel Boucher, Entrevue, Musique pop, Musique québécoise, Place des Arts, Suggestions de sortie

Crédit photos: Facebook Officiel de Daniel Boucher

Daniel Boucher revient sur scène avec deux dates exceptionnelles à la Place des Arts, les 9 et 10 novembre 2018! Cet auteur-compositeur-interprète présentera son spectacle À grands coups de tounes à la Cinquième salle. Avec cinq albums à son actif et plusieurs singles sortis depuis 2017, Daniel Boucher a marqué l’imaginaire collectif avec des chansons phares, poétiques et sincères. Pour l'occasion, atuvu.ca s'est entretenu avec l'artiste qui s'est livré sur cinq titre importants de sa carrière. Alors, prêts à découvrir et redécouvrir ses chansons, des plus récentes aux plus connues?


Avec cette sélection, Daniel Boucher nous a livré ses anecdotes de création en toute franchise. Bien que l'on s’en doutait déjà, de par l'image véhiculée au fil de ses différents albums, cette entrevue a montré un homme authentique, franc, passionné et dompté par ses émotions.


« La désise » – issue de l’album Dix mille matins (1999)

« Un soir en 1996, je suis allé à Montréal. Je venais visiter mon meilleur ami Étienne. Ce soir-là, j’étais sorti et quand je suis revenu à son appartement, j’ai trouvé une pile de post-it sur sa table de cuisine. Je me suis assis et j’ai écrit le texte de "La désise" en une demi-heure. J’ai collé tous les post-it ensemble et je suis allé me coucher. Le lendemain quand on s’est levés, Étienne et moi, on a trouvé ça bien bon ! » nous dit-il en riant. Il reprend: « Par la suite, on a travaillé la structure musicale en studio, mais l’essentiel de la toune était déjà sorti. La chanson est arrivée comme une livraison express. À cette époque-là, je n’habitais pas chez nous, je vivais chez mes chums, je n’avais pas d’argent et j’ai utilisé mon vécu pour créer. Je me rends compte que j’ai été chanceux que ça m’arrive. » Aujourd’hui, « La désise » est une chanson intemporelle qui reste l’un des tubes de sa carrière !




« Les gâteaux de fête » – 2017

Pour « Les gâteaux de fête », Daniel Boucher se livre sur la soirée où il a appris qu’il allait devenir papa. Il nous en dit plus sur cette chanson émouvante: « On est en janvier 2017 et je suis en semaine d’écriture avec Gilles Vigneault dans un chalet au bord d’un lac. On a un devoir pour le soir, qui est d'écrire un six pieds. On finit notre journée et je reçois un texto de ma blonde qui m’apprend que son test de grossesse est positif. Je m'assieds sur le bord du lac et là, ça arrive tout seul : "Je regarde le lac / Il est calme, il est bien / Il me mène à penser / Au cadeau qui s’en vient / Comme un nouveau matin / Il vient de s’annoncer / Petit germe d’humain / Bien au chaud dans son sac". Avec ça, une partie du refrain est également arrivée spontanément. La fin du refrain et les autres couplets ont été travaillés un peu plus tard, mais encore là, l’essentiel était déjà créé. »




« Embarques-tu ? » – issue de l’album Toutte est temporaire (2014)

« Embarques-tu ? » semble encore une fois s’être crée très rapidement. Daniel Boucher revient sur l’invention de cette chanson, qui vous surprendra : « J’aime écouter des vinyles. Quand je trouve quelque chose à mon goût, je prends des extraits. En tombant sur un vinyle du groupe Les Karrik (un groupe de la fin des années 1960), il y avait une chanson qui s’appelait "Je n’ai pas de roses pour ta fête" et ça m’inspirait le voyage. J’ai samplé ça, l’ai un peu accélérée à 120 BPM, je l’ai fait jouer en loop, puis la mélodie et le refrain sont venus directement avant que je la travaille davantage. Encore une fois, l’essence de la toune est arrivée comme ça ! Ça a été extrêmement spontané. »




« Le vent soufflait mes pellicules » – issue de l’album La patente (2004)

Pour sa chanson « Le vent soufflait mes pellicules », il nous dit : « Elle a quasiment été composée en temps réel ! Elle décrit l’état dans lequel j’étais, le lieu, l’odeur, l’heure, un soir de 1997 ou de 1998 où je marchais tard dans Montréal en sortant du Verre Bouteille. À cette époque-là, je n’avais pas de job, pas de maison, pas de voiture, pas de blonde, pas d’enfant. Tout ce que j’avais à faire pour me sortir de ma situation, c’était d’écrire des chansons. J’étais terriblement heureux, je vivais mon rêve en espérant qu’il se réalise. À ce moment-là, j’avais 25-26 ans, j’étais célibataire, auteur-compositeur en devenir : je vivais mon rock! », s’exclame-t-il.




« Je te cherche encore » – 2017

Bien que cette chanson de Daniel Boucher soit sortie récemment, il faut savoir qu’aujourd’hui, l'artiste est un heureux papa qui a fondé sa famille il y a maintenant quelques années. « Je te cherche encore » a été écrite bien avant cette période de sa vie. Il nous précise : « Encore là, il y a toujours une section qui apparaît spontanément. Ici, le premier couplet et la première partie du refrain : "Mais j’tai pas trouvée, pas encore / Je ne t’ai pas encore trouvée / Non, non, non / Est-ce que t’es cachée?" sont arrivés seuls. À ce moment-là, on est fin 2014 et je sortais d’une relation. Entre temps, j’ai rencontré Isabelle et quand j’ai enregistré la chanson, ma fille était déjà née ! C’était un peu particulier à vivre, mais je me disais : "C'est une chanson, elle est bonne, il faut qu’elle sorte!" »




Daniel Boucher est donc un artiste qui aime jouer et utiliser la spontanéité de ses idées : « J’essaye de me mettre dans un état où je ne force pas, où je ne provoque rien, où je ne parle pas d’un sujet en particulier, je me mets dans un état de réception mais aussi d’action : c’est comme de la pleine conscience. Dans ce temps-là alors, la spontanéité arrive. » Les deux concerts qu'il s'apprête à donner à la Place des Arts de Montréal représentent un événement exceptionnel à ne pas manquer: cet homme passionné et passionnant vous fera vivre une soirée de musique, mais surtout d’amour et de partage grâce à son analyse juste et sans filtre des émotions.


Pour vous procurer vos billets, le 9 ou le 10 novembre à la Cinquième salle de la Place des Arts, cliquez ici. Et pour suivre de près l'actualité de Daniel Boucher, suivez sa page Facebook en suivant ce lien!