Laurent Weil | Portrait du « Monsieur Cinéma » français
Laurent Weil | Portrait du « Monsieur Cinéma » français

Publié par Clara Bich le Jeu. 15 novembre 2018 à 17h00 - Contenu original
Cinéma, Alfonso Cuaron, Andréa Bescond, Canal +, Cinéma français, Cinemania, Entrevue, Eric Métayer, Festival, France, Gilles Lellouche, Guilhem Caillard, Jacques Audiard, Journalisme, Laurent Weil, Le Grand Bain, Les Chatouilles, Les Frères Sisters, Portrait, Studio Canal

Crédit photos: Page Facebook officielle de Cinéma - Canal+

Le journaliste français Laurent Weil était présent la semaine dernière à Montréal dans le cadre du festival Cinemania. Invité en tant qu’ambassadeur Canal+, Laurent Weil venait lancer la chaîne StudioCanal qui permettra la diffusion de plus de 250 films français chaque année dans les foyers québécois et canadiens. Laurent Weil est également connu dans toute la francophonie comme étant « Monsieur Cinéma » en couvrant les Oscars et les Césars et en ayant une émission hebdomadaire de cinéma diffusée sur Canal+. atuvu.ca a eu la chance de parler cinéma, série télé et nouvelles plateformes de diffusion avec ce journaliste hors pair!


Laurent Weil était également présent pendant Cinemania pour animer une conversation avec différents invités dont l’acteur Laurent Lafitte, le producteur Dominique Besnehard et la réalisatrice Eva Husson. Il nous revient sur son passage à Montréal : « C’est mon premier Cinemania et ça fait une vingtaine d’années que je n’étais pas revenu à Montréal, donc je suis très content d’être là! Je discutais hier avec Guilhem Caillard, le directeur général du festival, et je lui disais que je trouvais la qualité de la programmation exceptionnelle. Elle est très variée, très éclectique, avec des films de qualité et la présence de beaucoup de comédiens. Je trouve que c’est un très beau festival et j’avais très envie d’être là. »

Laurent Weil est aujourd’hui un journaliste radio, presse écrite et télé connu en France. Travaillant à Canal+ depuis l’an 2000, il nous revient sur son parcours : « En 1981 en France, c’est François Mitterrand qui a été président de la République et c’est la gauche qui est passée au pouvoir. De nouvelles chaînes de télé – dont Canal+ et de radio ont été créées, ce qui m’a permis d’apprendre mon métier sur le tas. Je suis rentré à M6 en 1987 quand la chaîne s’est créée, jusqu’en 2000 où je suis passé dans le groupe Canal+ et j’y suis encore aujourd’hui. »

Passionné par son travail, Laurent Weil est une référence en matière de cinéma. En voyant 8 à 10 films par semaine, il nous précise qu’il privilégie toujours la salle : « J’essaye de voir le plus de films possible, mais l’offre est très large donc c’est difficile. Dans tous les cas, je tiens surtout à les voir en salle, c’est important pour moi. Je n’aime pas regarder des films sur mon ordinateur et je regarde rarement des DVD, donc je prends le temps d’aller les voir au cinéma. »

Alors que depuis quelques années les séries télévisées sont en concurrence avec le cinéma, Laurent Weil anime une émission hebdomadaire intitulée « Rencontre de Cinéma » sur Canal+. Il nous semble alors intéressant de relever que, malgré l’essor des séries, elles sont moins présentes dans son émission. Il nous précise : « Il y a une "Rencontre de Série" sur Hippocrate qui passe la semaine prochaine sur Canal+, une série adaptée du film éponyme de Thomas Lilti sorti en 2014. J’ai également fait une rencontre avec Paolo Sorrentino pour sa série The Young Pope. Donc je le fais de temps en temps. Après, on a souvent l’impression que les gens découvrent le boum des séries, mais ça a toujours existé. Je me souviens enfant, je regardais Happy Days, Au Nom de la Loi, Amicalement Vôtre, la liste est très longue ! Aujourd’hui, comme il y a de plus en plus de chaînes de télé, il y a beaucoup plus de séries, mais les passerelles ont toujours existé. Tous les acteurs américains qui sont des stars aujourd’hui ont commencé par des séries télé ou en ont fait une fois dans leur vie, de Meryl Streep qui jouait dans Holocauste à Clint Eastwood dans Rawhide. Personnellement, bien sûr que je regarde des séries, mais je passe tellement de temps au cinéma que j’ai un peu moins de temps pour les voir, et même si elles sont très souvent de qualité, il y a très vite un côté répétitif qui me lasse. Je dois vous avouer que je reste très films et très cinéma! »

Alors que le nouveau film d’Alfonso Cuaron ROMA produit par Netflix aurait une permission de trois uniques projections en France, Laurent Weil revient sur la problématique des films Netflix et leurs sorties en salle: « Il y a eu une polémique à Cannes il y a 2 ans, avec les films Netflix qui étaient en compétition et qui n’ont pas eu de sorties en salle. Je trouve ça un peu dommage. J’espère que tout ça va changer, car il va falloir trouver des solutions sans dénaturer les films mais essayer de les diffuser dans les meilleures conditions possibles. Je pars du principe que si ça doit marcher, ça marche. Que les films soient tournés en 16mm, en 35mm ou par un smartphone et qu’ils soient diffusés en salle ou sur une plateforme, ils finissent toujours par marcher et par trouver leur public. Le cinéma permet l’accès à la culture pour tous. Ça fait 35 ans que je fais ce métier et que j’entends dire que le cinéma va mourir car la VHS, puis le DVD et le piratage arrivent. Finalement, le cinéma existe toujours et je pense que la meilleure façon de le voir c’est, dans un premier temps, en salle et dans un deuxième temps sur Canal+ ! »

Enfin, Laurent Weil nous fait part de ses coups de cœur de l’année qui sont, évidemment, des films à ne pas manquer :
  • Le grand bain de Gilles Lellouche (en salle au Québec depuis le 9 novembre)
  • Les Frères Sisters de Jacques Audiard (en salle au Québec depuis le 5 octobre)
  • Les chatouilles d’Andréa Bescond et Eric Métayer (qu’on espère voir arriver en salle en 2019 !)


Laurent Weil a marqué le lancement de StudioCanal après l’arrivée de Canal+ International il y a un an au Canada. Avec l’accès à tous les films cultes de 1930 à aujourd’hui, StudioCanal pourra toucher jusqu’à trois millions de foyers francophones au Canada. Weil spécifie, comme mot de fin : « Il y a tellement de choses qui nous unissent entre les Français et les Canadiens! Au-delà de la langue, il y a la culture aussi, et la culture est dans l’ADN de Canal+. Du coup, il y a une vraie légitimité à être présent aujourd’hui et à essayer que les Canadiens voient de plus en plus Canal+ ! »