Le Quatuor Molinari revisite la musique tchèque lors de son prochain concert à Montréal !
Le Quatuor Molinari revisite la musique tchèque lors de son prochain concert à Montréal !

Publié par Clara Bich le Mar. 27 novembre 2018 à 17h00 - Contenu sponsorisé
Musique, Bohuslav Martinů, Conservatoire de musique de Montréal, Ensemble de cordes, Entrevue, Exposition, Leoš Janáček, Musique contemporaine, Musique tchèque, Olga Ranzenhofer, Pavel Haas, Portrait, Quatuor Molinari, Suggestions de sortie

Crédit photos: Elizabeth Delage

Le Quatuor Molinari, fondé en 1997, se consacre au répertoire pour quatuor à cordes des XXe et XXIe siècles. Qualifié comme un ensemble « essentiel et prodigieux de la musique classique » par la critique, le groupe a été primé plus d’une vingtaine de fois ces dernières années. Le 7 décembre 2018, ils joueront trois quatuors tchèques au Conservatoire de Montréal. Auparavant, une séance de « Dialogues sur le Plateau » introduira ce concert le 2 décembre à 15 h pour contextualiser les morceaux et les auteurs choisis. Ces deux événements à ne pas manquer nous sont décrits par Olga Ranzenhofer, directrice artistique et premier violon du Quatuor Molinari!


Le Quatuor Molinari, composé d’Olga Ranzenhofer au premier violon, d'Antoine Bareil au second violon, de Frédéric Lambert à l'alto et de Pierre-Alain Bouvrette au violoncelle, entame cette année sa 22e saison d’activité. « Nous faisons de la musique des XXe et XXIe siècles, ce qui est loin de nous restreindre ! Il y a tellement de magnifiques quatuors qui ont été composés depuis 1900 que nous avons l'embarras du choix et, en plus, nous commandons de nouvelles oeuvres à des compositeurs de chez nous ! », nous explique Olga Ranzenhofer. Il faut savoir que l'ensemble organise depuis 2001 un Concours international de composition et qu'il a reçu dans ce cadre pas moins de 850 partitions inédites, venant de plus de 60 pays!

Un programme sous le signe des créateurs d'Europe de l'Est

Pour son concert du 7 décembre, le Quatuor Molinari a choisi des oeuvres très rythmiques et écrites par des compositeurs tchèques. Olga Ranzenhofer nous détaille le programme :

  • Le Quatuor No. 2 de Pavel Haas: « Chaque mouvement du quatuor est descriptif : un paysage, un tour de carriole, une nuit de pleine lune et enfin une danse effrénée. Pour cette dernière, le compositeur ajoute une petite batterie de percussions pour soutenir le rythme. C’est vraiment très folklorique, dansant, avec des airs de rumba. »
  • Le Quatuor No. 1 « La sonate à Kreutzer » de Leoš Janáček: « Le compositeur s'est inspiré du roman éponyme de Tolstoï. C’est presque un opéra pour quatuor à cordes, car chaque mouvement, suit la trame narrative de l'oeuvre de Tolstoï : l’amour, la jalousie, l’adultère et finalement, le meurtre. C’est une histoire dramatique avec des harmonies extraordinaires. »
  • Le Quatuor No. 2 de Bohuslav Martinů: « Une oeuvre pleine d'entrain avec un mouvement central très émouvant. »

Le 7 décembre, le Quatuor Molinari jouera ces oeuvres pour la première fois en public et souligne qu'elles sont toutes les trois très accessibles même pour un public néophyte.

Lumière sur leurs œuvres et dialogues avec les spectateurs

Les membres de l'ensemble présentent également des rencontres avec leurs spectateurs en amont du spectacle. Cette fois-ci, c’est le 2 décembre 2018 à 15 h qu’ils se réuniront pour analyser les trois quatuors qu'ils joueront au Conservatoire. Ces séances appelées « Dialogues sur le Plateau » auront lieu à la Maison de la Culture du Plateau Mont-Royal. Avec une entrée gratuite, atuvu.ca vous incite à aller les écouter expliquer les œuvres. Olga Ranzenhofer nous en dit davantage: « On contextualise historiquement les œuvres, on les analyse et on joue des exemples musicaux. On invite le public à nous poser des questions, sur les oeuvres, le travail de quatuor. Enfin, on veut établir un véritable dialogue avec le public et leur donner le goût de venir au concert. »

Nous encourageons donc les spectateurs à se déplacer à la Maison de la Culture du Plateau Mont-Royal pour ces discussions-clés qui donneront des points de repères. Olga précise d'ailleurs: « Souvent, nos concerts mettent en lumière des compositeurs inconnus du public, alors cette discussion donne une longueur d’avance aux spectateurs sur les œuvres. C’est stimulant pour tout le monde, à la fois pour eux, mais aussi pour nous ! »


Avant-garde picturale et « musique à voir »

Finalement, après cette rencontre du 2 décembre et le concert du 7 décembre, le Quatuor Molinari se produira également à Montréal le 15 décembre prochain à la Fondation Molinari. Notons que ce Quatuor doit son nom au peintre Guido Molinari, l’un des membres de l’avant-garde picturale canadienne. Ce concert s'inscrit dans leur démarche de « la musique à voir ». À ce sujet, Olga Ranzenhofer explique: « Nous serons entourés d'oeuvres du peintre Guido Molinari dans son ancien atelier. Là, nous choisirons notre répertoire en fonction de l’exposition qui est en cours. Nous allons créer des liens entre ce que l'on voit et ce que l'on entend. »

« Musique à voir » est l’une des trois séries annuelles que présente le Molinari à Montréal avec les « Dialogues sur le Plateau » et « Vingtième et plus ».


Alors, ne manquez pas les « Dialogues sur le Plateau » ainsi que le concert Musique tchèque qui auront lieu les 2 et 7 décembre 2018. Cet article promotionnel a été écrit en collaboration avec le Groupe Le Vivier. Si vous souhaitez vous procurer des places pour ce concert, cliquez ici. Enfin, si leur démarche artistique vous attire, leur série de « Musique à voir » présentée le 15 décembre à la Fondation Molinari pour la modeste somme de 10$ est un événement à mettre sans plus tarder à vos agendas! En attendant de les voir en décembre, voilà un petit aperçu de leur interprétation du Quartet No. 1 « Les métamorphoses nocturnes » de György Ligeti, un compositeur hongrois.