Consentement: hors de tout doute raisonnable
Consentement: hors de tout doute raisonnable

Publié par Élizabeth Bigras-Ouimet le Mer. 19 décembre 2018 à 7h00 - Contenu original
Théâtre, Anne-Élisabeth Bossé, David Savard, Duceppe, Fanny Britt, Frédéric Blanchette, Patrice Robitaille, Suggestion de sortie

Crédit photos: Caroline Laberge

Du 12 décembre 2018 au 2 février 2019, le Théâtre Jean Duceppe présente la pièce Consentement de l’auteure britannique Nina Raine. En quelques représentations seulement, Consentement a conquis le public québécois par son texte saisissant et plus que jamais actuel ainsi que par l'interprétation juste et authentique des acteurs sur scène. Cette pièce est indéniablement LA pièce à voir!

Née en 1975, Nina Raine est une dramaturge, metteure en scène et auteure britannique reconnue à Londres. Sa première pièce, Rabbit, lui a valu les Prix « Charles Wintour Evening Standard Award » et « Critics Circle Award for Most Promising Playwright » en 2006 et sa pièce Tribes a reçu le « Offie Award » et le « Drama Desk Award for Outstanding New Play », le « New York Drama Critics’ Circle Award » et le « Off-Broadway Alliance Award" en 2010. En 2014, la compagnie LAB87 présente Tribus sur scène au Théâtre La Licorne et le public québécois est déjà conquis par la plume délicate et assassine de Nina Raine.

Consent, la dernière pièce de Raine écrite en 2017, a été traduite par Fanny Britt et mise en scène par Frédéric Blanchette en 2018 pour les planches du Théâtre Jean Duceppe. Consentement met en lumière notre système judiciaire à son état brut, brutal, bruyant, et son traitement des cas d’agressions sexuelles.

Loin de pointer uniquement du doigt le monde judiciaire, l’auteure nous ramène à nous, simples citoyens, dans notre quotidien; n’avez-vous pas été, à plus petite échelle bien sûr, agresseur ou victime dans votre vie? Vous êtes-vous déjà fait justice en trompant l’autre pour lui faire payer le mal qu’il vous avait fait ? N’avez-vous jamais menti ? N’avez-vous jamais bafoué la vie des autres pour satisfaire votre égo?

La pièce Consentement présente, par une succession de scènes, la vie de couples « normaux », avocats pour la plupart, qui se rencontrent et discutent de leurs dossiers, de leur vie de famille, de couple, et d’un cas d’agression sexuel en cours.

On aurait pu s’attendre à une simple suite du mouvement #METOO, mais le texte de Nina Raine va beaucoup plus loin: il met en lumière les petites agressions au quotidien dont nous sommes parfois victimes et parfois bourreaux.


En quoi les lois protègent-elles les victimes?

“Êtes-vous capable de démontrer, hors de tout doute raisonnable, que vous n’étiez pas consentante à la relation sexuelle?”

Sur quoi repose la vérité? Et les lois? La vérité peut-elle se démontrer uniquement par des faits? En quoi la justice aseptisée peut-elle venir en aide aux victimes d’abus où souvent il n’y a aucun autre témoin que l’agresseur lui-même?

Faut-il s'étonner si certaines personnes se font justice elles-mêmes alors que les victimes n'ont pas tout le soutien que requiert leur situation? Et au-delà de ces cas ignobles d’agressions sexuelles, dans nos petites vies tranquilles de couple et de famille, sommes-nous aussi, parfois, des agresseurs, des victimes, capables de faire payer fort le prix d’une infidélité, d’un mensonge, quitte à tout perdre autour de soi, quitte à se perdre soi-même?

Consentement ne répond à aucune question, mais fournit quelques faits sur le traitement d'un cas de viol, présenté en cour, et qui se soldera par un échec pour la victime qui ne pourra prouver « hors de tout doute » que la relation sexuelle n’était pas consentie.

Nina Raine explore les relations et les valeurs humaines dans une situation extrême, le viol, et dans une situation moins dramatique, l’infidélité amoureuse. Elle met en relief la douleur qui peut rejaillir, à tout moment, du passé dans le présent, la fissure insidieuse qui se taille à l’intérieur du coeur, le doute constant, le sentiment d’injustice, la colère, le désir de vengeance qu’il faut calmer avant que tout s’enflamme.

Dans chaque scène, l’auteure donne l’occasion aux personnages de s’écouter, mais... ils ne s’entendent pas. Ni l’avocat envers la victime, ni la femme qui retourne avec son mari en tentant de recoller les morceaux, ni celle qui trompe son mari. Personne n’entend la cassure originelle qui crie à l’intérieur de chacun. Personne.

Ils sont tous et toutes blessés à différents niveaux, mais ont désir profond d’être entendu, d’avoir un écho compatissant, humain.


Accord qu’une personne donne à l’autre

Consentement ne parle pas uniquement du consentement sexuel, mais de toute forme de consentement. Consentez-vous à souffrir? À faire souffrir? Consentez-vous aux choix de l’autre? À vos propres décisions?

Le consentement est intimement relié aux valeurs, aux interprétations, aux situations, aux personnes, au respect, au jugement. En aucun cas, Nina Raine ne prend position dans sa pièce. Elle laisse astucieusement chaque spectateur ressortir avec son propre bagage, ses questions, ses affirmations.

L’actrice Anne-Élisabeth Bossé est remarquable dans le rôle de Kitty. Elle offre un personnage à la fois empathique et brisé qui désire faire comprendre à son mari Edward, interprété par David Savard, que les mensonges qu’il lui a infligés la font encore terriblement souffrir. Le jeu de Bossé et Savard est minutieux et tenace. Sur scène, ils forment un couple capable de déclencher de grandes émotions dans le public. Ouf! Bien des femmes dans la salle aurait voulu répliquer à David Savard tant son personnage était crédible.

Le second couple est joué par Véronique Côté et Patrice Robitaille. Côté, qui personnifie Rachel, possède une force tranquille déstabilisante et poignante. Robitaille, alias Jake, le mari de Rachel, est drôle, sensible et plus que sincère dans ses interventions. Chaque couple est le reflet de l’autre.

Pour compléter la distribution, citons la magnifique Marie Bernier, qui joue à la fois la victime Gayle et l’avocate Laura, engagée dans ses deux rôles comme une femme au combat ne reculant devant rien malgré ses tumultes intérieurs. Citons également Mani Soleymanlou dans le personnage de Tim, l’ami-hamster qu’on aime tellement pour sa répartie et son authenticité et Cynthia Wu-Maheux, la rafraîchissante Zara, qui se tient comme un pôle autour duquel les personnages gravitent jusqu’au jour où elle exprime haut et fort son propre mal être, sa déception, ses désillusions.

Non seulement le texte de la pièce, dans la somptueuse traduction de Fanny Britt, vaut à lui seul le déplacement, mais toute la distribution et la mise en scène méritent aussi votre présence à l’une des prochaines représentations.

Consentement - De Nina Raine
Avec Anne-Élisabeth Bossé, Patrice Robitaille, Marie Bernier, Véronique Côté, David Savard, Mani Soleymanlou, Cynthia Wu-Maheux
Du 12 décembre 2018 au 2 février 2019