« Showman - Il était une fois Anthony Kavanagh » à l’Odyscène de Sainte-Thérèse
« Showman - Il était une fois Anthony Kavanagh » à l’Odyscène de Sainte-Thérèse

Publié par Élizabeth Bigras-Ouimet le Sam. 2 mars 2019 à 19h00 - Contenu original
Humour, Anthony Kavanagh, Odyscène, One man show, Sainte-Thérèse, Showman - Il était une fois Anthony Kavanagh, Sortie culturelle, Spectacle multidisciplinaire, Suggestions de sorties

Crédit photos: Tous droits réservés

Anthony Kavanagh a commencé sa carrière au Québec il y a environ 26 ans. Animateur, humoriste, chanteur et imitateur, ce touche-à-tout artistique est en tournée depuis 2017 avec son dernier spectacle, Showman - Il était une fois Anthony Kavanagh, dans lequel il partage une profonde et touchante réflexion sur la vie, la mort, les relations de couple, son rôle de père, bref, sur son passage sur terre. Entre humour et introspection, Showman - Il était une fois Anthony Kavanagh est un hommage à la vie, avec tout ce qu’elle apporte de défis, de joies et de deuils.


C’est à 14 ans qu’Anthony Kavanagh monte pour la première fois sur scène. Dès ce moment, il sait qu’il veut être sur les planches toute sa vie. À 23 ans, il fait la première partie des spectacles canadiens de Céline Dion et des spectacles montréalais de Julio Iglesias et de Nathalie Cole. Le public est conquis.

Toujours à 23 ans, il anime son propre show télévisé et deux ans plus tard, il fait son premier one-man show. À 30 ans, il offre quatre représentations à l’Olympia de Paris. Une carrière internationale se dessine devant lui et plus rien ne l’arrête; Anthony séduit les spectateurs de tout continent!

Pendant six ans, Anthony Kavanagh anime alors la cérémonie des prestigieux NRJ Music Awards sur TF1. En Europe, il connaît une carrière autant comme acteur qu’humoriste. Anthony Kavanagh n’a jamais renié ses racines québécoises, se moquant parfois du Québec dans ses numéros, mais toujours avec un profond respect pour sa patrie. Il est d’ailleurs revenu dans la Belle Province il y a quelques années avec sa femme et leurs deux enfants.

L’année 2017 a été très difficile pour l’homme de carrière: après une blessure au bras qui l'a obligé à annuler des spectacles,il a été victime d’une terrible embolie pulmonaire et d’un infarctus pulmonaire. Ces dernières épreuves l’ont conscientisé à l'importance de respecter ses limites et de profiter au maximum de chaque moment vécu. Il est depuis le porte-parole officiel de l’Association pulmonaire du Québec.

Anthony Kavanagh s’est inspiré de ses expériences professionnelles et personnelles pour créer son spectacle Showman, et c’est sur une scène où l’interprète simule sa mort qu’il amène les spectateurs à réfléchir dès le départ sur le jeu de la vie.


Le jeu de la vie

« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. » - Nelson Mandala

Il faut savoir jouer avec la vie, comprendre les leçons qu’elle nous apporte, profiter de chaque moment comme si c’était le dernier! À l’intérieur de Showman, Anthony Kavanagh a inséré plusieurs citations d’auteurs pour appuyer sa vision des faits vécus sur Terre lors de sa dernière vie. Mêlant humour et philosophie, l’artiste nous apparaît en début de spectacle comme un guide qui vient de quitter son corps sur Terre, une main tendue, un support moral pour notre grand voyage dans notre prochaine vie.

Nous sommes spectateurs transformés en âmes qui descendront bientôt sur Terre. Qu’allons-nous vivre, que faut-il faire, quelles sont les règles du jeu?

Anthony Kavanagh se raconte, se dévoile, partage des moments de sa vie et nous explique à travers ses confidences les quelques règles à suivre pour profiter pleinement de notre expérience sur Terre.

« On a deux vies; la deuxième commence quand on s’aperçoit qu’on en a qu’une. » - Confusius

Durant deux heures sans entracte, Anthony Kavanagh maintient l’attention de son public par des numéros adaptés au Québec, faisant référence à de nombreuses personnalités publiques, émissions de télé et habitudes typiquement québécoises. Le charme d’Anthony est indéniable; il nous fait sourire, pleurer, réfléchir. Nous traversons avec lui chaque étape de la vie; l’enfance, l’adolescence et la vie adulte.

Loin d’être moralisateur, Anthony utilise beaucoup l’autodérision pour expliquer les prochaines situations qui risquent de nous arriver lorsque nous irons sur Terre. Showman aborde une quantité impressionnante de thèmes dont l’importance de prendre soin de son corps, de respecter nos limites, de nous aimer, des relations de couple, familiales et amicales, de son rôle de parent, du deuil; car oui, la vie a une fin et il nous faudra faire plusieurs deuils avant ce grand départ.

L’artiste allie ses multiples talents pour l’imitation, le chant, l’humour et l’interprétation théâtrale dans chacun de ses numéros et déploie une énergie inépuisable sur scène. Animateur à ses heures, Anthony échange également avec le public et improvise quelques répliques pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Vers la fin de Showman, Anthony nous parle du décès de sa mère alors qu’il n’avait que 26 ans: à partir de ce jour, sa vie n’allait plus être la même.

« On dit souvent qu’on a perdu un être cher, mais si on se disait qu’on avait eu la chance de l’avoir durant toutes ces années?! J’ai eu la chance de l’avoir durant 26 ans dans ma vie… »

L'écho des confidences de l'artiste a su toucher tous les spectateurs présents à l’Odyscène de Ste-Thérèse ce soir-là. Il nous a fait l’honneur de nous interpréter la chanson qu’il a offerte lors des funérailles de sa mère, et ce moment est de loin le plus puissant et touchant de tous.

Bien que certains numéros pourraient être enlevés afin d’alléger la représentation, Showman s’accueille comme un cadeau qu’on déballe tout doucement. Le public est ressorti de la salle le cœur rempli d’amour, d’espoir, de vie!

Un très grand merci à Anthony et son équipe pour ce moment unique. Merci également à l’équipe extraordinaire de l’Odysène de Ste-Thérèse pour leur accueil chaleureux.


Pour connaître les prochains spectacles d’Anthony Kavanagh, suivez le lien suivant et, pour découvrir la programmation de l’Odyscène, cliquez ici.