Gargantua et autres fantaisies au Théâtre du Vieux-Terrebonne | I Musici célèbre l'art français
Gargantua et autres fantaisies au Théâtre du Vieux-Terrebonne | I Musici célèbre l'art français

Publié par Mathilde Recly le Jeu. 7 mars 2019 à 17h00 - Contenu original
Musique, Claude Prégent, Entrevue, Françaix, Gargantua et autres fantaisies, I musici, Jean-Marie Zeitouni, Littérature française, Musique classique, musique francaise, Orchestre de chambre, Rabelais, Suggestions de sorties, Théâtre du Vieux-Terrebonne

Crédit photos: Tous droits réservés

Ce dimanche 17 mars à 15 h, l’orchestre de chambre montréalais I Musici présentera Gargantua et autres fantaisies à la Salle Desjardins du Théâtre du Vieux-Terrebonne. Au programme, Les inestimables chroniques du bon géant Gargantua pour récitant et cordes de Jean Françaix (1912-1997), accompagnées d’œuvres de Victor Hugo, Gabriel Fauré et Camille Saint-Saëns. atuvu.ca a eu la chance de s’entretenir avec Simon Gamache, directeur général de l’orchestre, afin d’en savoir plus sur ce spectacle dont la narration sera assurée par Claude Prégent.


I Musici, qui existe depuis 1983, rassemble 15 instruments à cordes dont violons, violoncelles, altos et contrebasse. Avec un répertoire essentiellement constitué d’œuvres du XVIIe siècle à aujourd’hui, sa mission consiste à présenter au public une « programmation originale misant sur la découverte, la tradition et l’innovation en musique classique ». Depuis plus de 35 ans, l’orchestre s’est constitué une discographie de plus de 40 enregistrements et s’est produit dans une vingtaine de pays!

Dans Gargantua et autres fantaisies, le but est d'offrir une expérience en mots et en musique pour mettre en valeur la richesse de la littérature et de la musique françaises. Le comédien Claude Prégent, présent avec les musiciens sur scène, va donc ouvrir le bal en narrant « L’onde et l’ombre » extrait des Misérables de Victor Hugo. Par la suite, les spectateurs auront la chance d’entendre la Nocturne de Shylock, op. 57 de Gabriel Fauré, puis le Prélude du déluge de Camille Saint-Saëns, avant le clou du spectacle qui unira les musiciens et le comédien autour des Inestimables chroniques du bon géant Gargantua de Jean Françaix.

Dans cette œuvre unique d’une durée de 45 minutes, « Françaix choisit de revisiter l’œuvre de Rabelais, de l’adapter, de l’adopter, d’en extraire sa quintessence. Chaque mot de Rabelais est ainsi illustré musicalement. Le compositeur a créé sa version personnelle des messages humanistes de ce grand auteur de la Renaissance, qui sont toujours d'actualité. Sa musique instrumentale comprend de nombreux exemples de figuralisme (le galop des chevaux, le crépitement de la pluie, le chaos d'un champ de bataille, des poings qui frappent) où se faufilent occasionnellement des interludes purement instrumentaux. »




C’est le chef d’orchestre et directeur artistique d’I Musici, Jean-Marie Zeitouni, qui dirigera l’ensemble sur scène. Reconnu pour son style « expressif et convaincant », celui-ci est à l’aise avec de nombreux répertoires. En effet, il navigue aussi bien à travers la musique baroque que contemporaine, et ses qualités et sa polyvalence seront d’autant plus appréciées et mises en valeur dans Gargantua et autres fantaisies : « Jean-Marie Zeitouni adore les projets qui marient différentes disciplines artistiques. Ainsi, ce projet alliant récit du XVIe siècle, musique du XXe siècle et un comédien génial est du pur bonbon. Grâce à un matériel foisonnant et des interprètes exceptionnels, Jean-Marie peut pousser très loin l’interprétation de l’œuvre de Françaix. »

En plus d’être sollicitées par les notes, les oreilles des spectateurs devraient sans aucun doute être charmées par la voix limpide et les mots du comédien Claude Prégent.




D’ailleurs, l’orchestre I Musici a pris beaucoup de plaisir à préparer le spectacle avec lui: « Les sessions de travail avec Claude Prégent ont été du pur bonheur. Bien que très accessible, l’œuvre est excessivement riche, remplie de détails qui peuvent être ardus à mettre en place. Les musiciens de l’orchestre sont constamment sollicités et le narrateur est toujours sur la corde raide! Malgré cela, Claude est arrivé dès la première répétition en possession totale du texte. Bien qu’il ne lise pas la musique, il a préparé ses partitions en y ajoutant une foule d’indications lui permettant de toujours suivre. Bref, Claude est un interprète et collaborateur exceptionnel! », conclut notre interlocuteur.


Pour plus d’information sur le spectacle et l’achat de billets, visitez sans plus tarder le site du Théâtre du Vieux-Terrebonne en cliquant ici.