Caroline Savoie | Sous un halo de lumière
Caroline Savoie | Sous un halo de lumière

Publié par Marie-Ève Boisvert le Mer. 13 mars 2019 à 13h00 - Contenu original
Musique, Artiste acadienne, Auteure-compositrice-interprète, Caroline Savoie, Chanson francophone, Musique émergente, Portrait, Pourchasser l'aube, Sortie d'album, Zoom sur..., « Mille et un » 

Crédit photos: Marc-Étienne Mongrain

Si vous n’aviez pas encore découvert l’artiste acadienne Caroline Savoie, qui œuvre comme auteure-compositrice-interprète depuis 2011, il est désormais impossible de passer à côté de sa musique. C’est que son deuxième album Pourchasser l'aube, dans lequel on retrouve entre autres l’accrocheuse pièce « Mille et un », laisse difficilement indifférent. atuvu.ca vous propose une immersion dans son univers en cinq extraits vidéo.


Avant d’en arriver à la parution de ce second opus, lancé le 29 janvier dernier dans un Ministère bien fébrile, la jeune femme a déjà réalisé un parcours impressionnant et marqué par un désir d’authenticité.

« Le vent nous portera » (reprise de Noir Désir)


Caroline Savoie s’est d’abord rapidement imposée comme faisant partie des artistes de la relève à surveiller et ce, dès l’âge de 14 ans, après la parution entre 2011 et 2013 de deux EP remarqués. Puis, c’est grâce à son passage à l’émission The Voice (en France) que la jeune femme est parvenue à acquérir une notoriété auprès d’un plus grand public, en livrant dans le cadre de l’émission des prestations touchantes, portées par sa voix prenante et son style unique. C’est d’ailleurs par cette capacité à raconter de manière instinctive et humble les aléas de l’existence que Caroline Savoie est également parvenue à remporter l’édition 2015 du Festival international de la chanson de Granby. Lors de cette même période, l’artiste a effectué un passage à l’émission Méchante soirée (diffusée sur les ondes de Radio-Canada), lors de laquelle elle a présenté une reprise particulièrement désarmante du classique de Noir Désir, « Le vent nous portera ».

« Y’en aura » – Caroline Savoie



Forte de ce cheminement formateur, c’est à l’automne 2016 que l’auteure-compositrice-interprète a lancé un premier album éponyme, pour lequel elle aura pu compter sur la complicité d’excellents musiciens, notamment le réalisateur américain Jay Newland (Norah Jones, Eric Clapton). Un opus qui est venu confirmer le talent et la sensibilité de l’artiste, en prime salué par la critique. Sur les onze pièces de ce premier effort solo, on remarque surtout la voix franche et mature de Savoie, sublimée par des textes qui racontent ses états d’âme et des arrangements où la guitare folk est maître. Parmi les morceaux qu’on y retrouve, la pièce « Y’en aura », traitant de la rupture et de ses déchirures, aura donné lieu à la réalisation d’un vidéoclip rafraîchissant, mettant à l’honneur la beauté de la diversité féminine.

« Mille et un » Pourchasser l’aube


Sur Pourchasser l’aube, son nouvel opus paru début février, on retrouve une Caroline Savoie en pleine possession de ses moyens, bien qu’on la sente égratignée par le parcours qui aura précédé la création de cet album. C’est que le chemin s’est effectivement avéré plus tortueux, celui-ci ayant été marqué par la dépression, l’amour qui échoue et la peur qui sème le doute. Elle aura notamment eu envie d’arrêter la musique, idée fort heureusement balayée de la main assez rapidement. On sent pourtant sur Pourchasser l’aube la clarté qui perce, les forces qui se refont et, surtout, le pouvoir salvateur de la musique. L’auteure-compositrice y interprète avec aplomb ces mots et ces accords qui lui auront permis de se faire du bien, au travers de ses mélodies efficaces qui sont littéralement le lot de toutes les pièces de l’opus.

C’est particulièrement le cas sur la pièce « Mille et un », une chanson aux sonorités indie-rock et au refrain doucement entêtant, qui raconte le cœur qui s’affole à « mille et un battements » quand l’angoisse se fait trop oppressante.

« Le jeu » - Pourchasser l’aube


On apprécie également la magnifique chanson « Le jeu », une balade aux paroles douces-amères, que Caroline Savoie a présentée avec délicatesse lors de la session acoustique intimiste ci-dessus.

« Est-ce qu’on en revient? » - Pourchasser l’aube



Puis, pour revenir au point de départ de cet album qui flirte entre l’espoir et la mélancolie, il y a la pièce « Est-ce qu’on en revient ». C'est celle qui enveloppe, tout en évoquant récifs et crépuscules gris, avec ses guitares lancinantes, ses touches de piano en apesanteur et la voix étouffée de Caroline Savoie.


Pourchasser l’aube, un album empreint de poésie, qui s’écoute lentement et dans son ensemble. Un coup de cœur facile. Rendez-vous sur le site de l’artiste pour vous procurer son disque et obtenir de plus amples détails sur ses prochaines dates de spectacle. À Montréal, c’est le 3 octobre prochain au Lion d'Or qu'on pourra l’entendre et, à Québec, le 1er novembre au Théâtre Petit Champlain.