« La mémoire du temps » d’Alain Choquette, un show de proximité!
« La mémoire du temps » d’Alain Choquette, un show de proximité!

Publié par Daniel Raymond le Mer. 3 avril 2019 à 14h15 - Contenu original
Magie, Alain Choquette, Entertainment, Illusionniste, La mémoire du temps, Place des Arts, Prestidigitateur, Sortie culturelle, Suggestions de sorties, Théâtre Maisonneuve

Crédit photos: Site internet du Groupe Entourage

En ce lundi 1er avril, soir de première montréalaise au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, l’illusionniste Alain Choquette, riche de plus de 35 ans de carrière, a éloquemment démontré qu’il n’a pas perdu sa touche magique. Devant une salle comble, il a livré son nouveau spectacle qu’il affirme être le dernier avant de se retirer. Mais peut-être s’illusionne-t-il lui-même sur le caractère définitif de ce dernier tour de piste, qu’il compte tout de même faire durer encore quelques années...


Sur le thème de la « mémoire du temps », le prestidigitateur nous a fait voyager dans ses souvenirs d’enfance et de carrière grâce à la vidéo, et nous a démontré à maintes reprises sa capacité à lire dans le futur par ses multiples prédictions. Il a jonglé avec les notions de passé, présent et avenir qui, selon lui, se confondent et se conjuguent pour former une trame temporelle cyclique qu’il propose d’explorer avec nous. La poésie et la science se marient donc au mystère.

Mise en scène

La scène était flanquée de deux écrans de chaque côté, assurant ainsi une bonne visibilité à tous lors de la présentation de tours de nature plus close-up (de proximité) que scénique.

Les décors se résumaient surtout à de grands panneaux blancs coulissants ajourés de motifs évoquant la dentelle et le feuillage. C’est du moins ainsi qu’ils me sont apparus.

Un spectacle riche… de sobriété

Le spectacle d’Alain ne donne pas dans le grand déploiement et le tape-à-l’œil. Je dirais même qu’il donne visuellement dans la sobriété, la modestie et la simplicité volontaire. On n’y retrouve pas une scène surchargée de matériel clinquant. Nulle belle assistante sexy ne foule les planches aux côtés du magicien. On n’y présente pas de grandes illusions à la David Copperfield, ni de comédie qui nous ferait rire à en avoir mal aux côtes ou à se rouler par terre. En analysant superficiellement la situation, on pourrait même se demander si ce n’est pas là un spectacle qui souffre cruellement d’un manque de moyens financiers ou d’imagination...

De plus, pour tout vous dire, pour des magiciens – ou pour un ex-magicien comme moi qui ai exercé le métier semi professionnellement durant 10 ans –, les trucs d’Alain ne sont bien sûr pas si mystérieux. Aux initiés, le modus operandi apparaît donc clairement. Dans certains cas, « le truc a même de la barbe » parce qu’il utilise une méthode ou un principe connus depuis belle lurette. Mais alors, quel est l’intérêt d’aller voir « ça »?

La recette Choquette

« Ça » vaut grandement la peine d’être vu, parce que c’est tout un exploit que d’exceller ainsi dans la sobriété! Tous ces pseudos « moins » sont en fait d’incontestables « plus »! C’est que, voyez-vous, Alain n’est pas « ce » genre de magicien. Il est tout autre. Il privilégie visiblement – d’abord et avant tout – le contact avec son public. Presque tous ses numéros nécessitent un ou plusieurs assistants recrutés parmi les spectateurs qui, tout au long de la soirée, sont fortement mis à contribution. Ce happening est de l’interactivité à l’état pur. Alain est un entertainer qui mise sur la proximité avec son public, d’où le titre de cet article.

Grâce à sa méthode singulière de recrutement de volontaires – et avec un peu de chance –, vous pourriez, vous aussi, fort bien vous retrouver sur scène et ainsi vivre une expérience inoubliable.

C’est du Alain « tout craché », comme on l’aime, comme on l’a toujours connu : affable, à la répartie facile, à l’humour naturel et désarmant, improvisateur quand il le faut, animateur de foule, maître de la piste enchantée sur laquelle il nous emmène. Quand il performe, la salle devient son salon (ou le vôtre) où l’artiste s’exécute sans façon, sans prétention, sans « flafla » ni écran de fumée, ni trappe dans le plancher, miroir ou panneau coulissant. Sa force, sa très grande force, c’est son style particulier, sa personnalité attachante, son charisme, son sens du spectacle et de la mise en scène. Bref, il l’a… l’affaire! L’équation mathématique suivante résume parfaitement bien ma pensée: Alain Choquette = Showmanship!

Dans le domaine de la magie, ce n’est pas tant le truc, l’astuce ou la gimmick qui compte mais l’originalité de la présentation. Le médiocre magicien va prendre un truc sensationnel qui semble miraculeux, et le présenter sans créativité, d’une manière convenue qui ne vous laissera pas de souvenir impérissable. Tandis que le grand magicien peut s’approprier un tour même mineur, le transcender, l’enrober de mystère, en broder une histoire fascinante et vous présenter le tout de manière unique, fort originale. C’est là, le secret de la « recette Choquette »!

Abstinence volontaire

Je m’interdis de vous dévoiler ne serait-ce qu’un seul des numéros que vous pourrez voir en assistant à son spectacle, parce que, de toute façon, il y aura inévitablement fuites et indiscrétions auxquelles je préfère ne pas contribuer. Après tout, la magie est un art éminemment visuel dont la valeur de divertissement repose beaucoup sur l’inattendu et l’effet de surprise.

Après une heure et quarante-cinq minutes bien comptées, la salle bondée y est allée d’une ovation debout spontanée, accompagnée de chaleureux applaudissements précurseurs de bien d’autres à venir. J’ai adoré ce spectacle et je le recommande vivement.


Vous pouvez consulter le site internet d’Alain pour consulter le calendrier de ses prochains spectacles et pour vous procurer vos billets.