John Wick : Parabellum | Un troisième opus plus musclé que jamais !
John Wick : Parabellum | Un troisième opus plus musclé que jamais !

Publié par Clara Bich le Mer. 15 mai 2019 à 15h00 - Contenu original
Cinéma, Films Séville, Halle Berry, John Wick, Keanu Reeves, La critique cinéma de Clara, Lawrence Fishburne, Parabellum, Saïd Taghmaoui, Suggestions de sorties, Thriller

Crédit photos: Page Facebook de John Wick


Dans ce nouvel opus, John Wick prépare la guerre (du latin parabellum). Excommunié, il va devoir combattre tous les tueurs en série de New York et de Casablanca. Avec des séquences d’actions plus incroyables les unes que les autres, c’est avec aisance que Keanu Reeves revêt la veste de John Wick pour une troisième (et dernière ?) fois. Avec Halle Berry et Laurence Fishburne au casting, John Wick : Parabellum est clairement le blockbuster le plus punché de l’année !


C’est au cinéma Banque Scotia de Montréal que nous découvrons en avant-première ce troisième opus : John Wick : Parabellum. À peine arrivés au cinéma qu’on nous offre un porte clé du Continental, le célèbre hôtel où John Wick et tous les meilleurs tueurs en séries de la ville se retrouvent. En parallèle, des activités en réalité virtuelle en lien avec le film sont proposées par MontVR et la société Surmesur promeut des complets « à la John Wick ». Il n’y a pas à dire, le marketing autour du film nous met déjà dans l’ambiance !

Dans la salle de cinéma, il est écrit sur le grand écran : « John Wick 1 : 77 morts / John Wick 2 : 128 morts / John Wick : Parabellum : ___ ». Nous ne savons pas encore de quel nombre cette case sera remplie, mais nous pouvons supposer qu’il dépassera les 128 ! C’est alors prévenus du but de John Wick que nous nous installons pour ces 2h20 de bombe d’action cinématographique.

Les premières images laissent apparaitre un John Wick blessé, errant dans les rues de Manhattan avec son chien. Il est 17h38. À 18h00, il sera excommunié et sa tête vaudra 14 millions de dollars. En effet, Wick a commis un crime irréparable : assassiner au sein de l’hôtel Continental. C’est dans une course contre la montre qu’il envoie son chien au Continental et se rend à la bibliothèque pour récupérer certaines affaires. Alors, le premier combat commence contre Ernest, interprété par le joueur de basket Boban Marjanovic mesurant 2,24m. C’est impressionnés que nous voyons de quoi est capable John Wick avec un simple livre contre un géant. À partir de cet instant, ça ne s’arrête plus. Du Chinatown newyorkais aux écuries de Manhattan, il se bat, encore et encore, et nous en prenons plein les yeux.

Il part ensuite à Casablanca pour retrouver Sofia, incarnée par l’actrice Halle Berry. Si vous pensiez que Wick était gaga de son chien au cours des précédents films, attendez de voir Sofia et ses deux bergers allemands entrainés pour tuer : vous ne pensiez pas ça réalisable, mais John Wick : Parabellum l’a fait ! Puis, de retour à New York, Wick se dirige vers l’hôtel Continental le temps d’une soirée…

Le réalisateur Chad Stahelski, déjà réalisateur des deux premiers opus, mène un film extrêmement soigné. Il réussit à mêler avec aisance différents mondes esthétiques tels que celui des opératrices très « rockabilly », puis de la mafia russe et leurs danseuses étoiles, en continuant avec les ruelles de Casablanca et, pour terminer, l’hôtel Continental qu’on (re)découvre avec plaisir. La réalisation est fluide et le travail du chef opérateur, le danois Dan Lautsen, est à souligner tellement chaque plan de combat est bien filmé. Bien que la majorité de ces séquences soient chargées, rapides et intenses, la justesse des plans et du montage vous fera apprécier le film.

Bien que toomuch soit tout de même le mot d’ordre de ce film, John Wick : Parabellum répond aux attentes de la communauté de fans, c’est-à-dire savoir si John Wick est invincible. Vous passerez un bon moment de divertissement devant ce film d’action extravagant. Petit bonus, avec Laurence Fishburne au casting, cela fera également plaisir aux cinéphiles qui retrouveront à l’écran de ce troisième opus le duo du film Matrix qui était déjà présent dans John Wick 2.


Si vous aimez les films d’action, courez voir John Wick : Parabellum qui saura ravir votre soirée cinéma improvisée. Bien que parfois rocambolesque dans sa narration, ce troisième opus vous fera sourire et même rire avec quelques répliques imparables. Petit défi pour la séance : essayez de compter le nombre de balles tirées par des pistolets durant le film !