Un voyage inattendu aux pays des objets avec ce cabaret-théâtre audacieux !
Un voyage inattendu aux pays des objets avec ce cabaret-théâtre audacieux !

Publié par Clara Bich le Jeu. 23 mai 2019 à 15h00 - Contenu original
Théâtre, Compagnie de la Pire Espèce, Francis Monty, L’ANATOMIE DE L’OBJET TRAITÉ N°5 : L’ÉTAT DES CHOSES, Mathieu Gosselin, Olivier Ducas, Suggestions de sorties, Théâtre aux Écuries, Théâtre d'objets, théâtre de la Pire Espèce

Crédit photos: Clémence Doray


Du 21 au 25 mai 2019 se joue une nouvelle création du Théâtre de la Pire Espèce. Intitulé L’anatomie de l’objet, traité n°5 : L’état des choses, ce cabaret-théâtre nous transporte dans un univers d’objets. Plus qu’esthétique, cette mise en scène est assez vertigineuse dans ses trucs et astuces. Accompagnés d’un trio musical live, les comédiens interchangent magistralement différents rôles. Tout au long de la pièce, ils nous font parfois philosopher, parfois croire en leurs propos. Mais une chose est sûre : nous rions ! Une pièce incroyable comme on ne les voit que trop rarement : à ne pas manquer !


Les lumières s’éteignent, un jingle de musique mi-vintage mi-kitsch se lance et nos deux animateurs de la soirée, Monsieur Poulpe et Marcus, arrivent sur scène. L’un est docteur en manipulation comparée et en anatomie de l’objet, l’autre l’accompagne. Ensemble, ils font partie de l’Académie de l’objet et cherchent à vulgariser leurs théories avec l’aide de différents intervenants. Ils nous font surtout beaucoup rire, dès leur entrée en scène ! Tel Laurel et Hardy, ils se complètent en terminant les syllabes des mots de l’autre et en dansant avec la même hargne que pour un numéro de natation synchronisée.

Pendant les 2h30 de ce cabaret-théâtre, nous sommes transportés d’anecdote en anecdotes plus imagées les unes que les autres. C’est avec des petites scènes jouées par différentes équipes en avant-scène qu’ils essayent de décrire – et de trouver – les limites de l’objet. Finalement, du théâtre d’objet nous passons au « théâtre anatomique », comme le décrit la compagnie de la Pire Espèce. Les capsules s’enchainent en alternant avec les analyses de nos animateurs. Sans toutes les dévoiler, celle sur l’ASMR en performance filmique avec une banane est à mourir de rire autant par son réalisme que grâce à son interprète Karine St-Arnaud. Notons également la capsule finale sur le cinéma, mais aussi celle du samouraï et des trois Rōnins.

Ces capsules nous transportent dans des univers différents et très travaillés. Malheureusement, c’est peut-être là qu’est le problème : le travail se voit beaucoup. Comme il s’agit d’un cabaret, cela induit de base l’idée d’une suite de plusieurs numéros, et il y en a beaucoup, tous très fournis et très bien réalisés. Des performances filmiques à la mise en scène de vies miniatures (qui peut parfois faire écho au travail du Collectif belge Kiss and Cry), nous sommes en tout cas transportés. D’autant plus, avec un superbe trio de musique live présent sur scène.

Les jeux de tous les comédiens sont superbes. Notons un gros coup de cœur pour Mathieu Gosselin et Alexandre Leroux dans les rôles titres des animateurs. Leur complicité sur scène nous transporte dans cet univers de l’anatomie des objets, issu quasiment d’un programme télévisuel des années 80’. De très belles performances également à souligner chez Karine St-Arnaud et Marie-Ève Trudel qui interprètent plusieurs rôles très différents. Enfin, on adore la présence – quasi ludique – des deux fondateurs du Théâtre de La Pire Espèce, Olivier Ducas et Francis Monty, qui interprètent plusieurs rôles dont un spécialiste des objets rabotés et le samouraï.

Ce cinquième traité de l’objet nous en met plein les yeux, telles les guirlandes dorées et rouges brillantes du fond de scène ! Nous sommes petit à petit transportés dans un théâtre de matière qui est original, singulier et assez extraordinaire.


Hâtez-vous de voir le cabaret-théâtre L’anatomie de l’objet, traité n°5 : L’état des choses au Théâtre aux Écuries d’ici le 25 mai. Cette pièce vous promet un aller simple dans un autre univers complètement abracadabrantesque ! Fêtant cette année leurs 20 ans, le Théâtre de la Pire Espèce est aussi présent au Théâtre aux Écuries pour une formation pour amateurs donnée jusqu’en juin. Ils seront ensuite au Parc Laurier de Montréal le 15 juin pour leur annuel tournoi de pétanque !


Crédit photo : Clémence Doray