Vingt ans de vocation musicale | Cet été, on danse sur « Le fruit du hasard » de Stefie Shock
Vingt ans de vocation musicale | Cet été, on danse sur « Le fruit du hasard » de Stefie Shock

Publié par Judith Bonnard le Jeu. 13 juin 2019 à 16h00 - Contenu original
Musique, Chanson francophone, Chanson québécoise, Entrevue, Francos de Montréal, Le fruit du hasard, Musique pop, Stefie Shock

Crédit photos: LePetitRusse

Sorti ce printemps, Le fruit du hasard est, selon Stefie, son deuxième meilleur album, après Le décor, qui compte entre autres la très connue « Un homme à la mer ». Si on est ailleurs, on en est pourtant si proche ! On y retrouve le meilleur de Stefie Shock : des rythmes et des chansons qui vont nous rester en tête.

En entrevue avec lui, on parle du premier spectacle de sa tournée, prévu sur la scène Loto-Québec des Francos de Montréal, le mardi 18 juin. Stefie reste saisi un instant : c’est la semaine prochaine, et ce sera son premier spectacle après une pause de la scène de deux ans. (Presque… il passe au Gainsbourg de Gatineau le 15 juin.)

Ce nouvel album a débuté l’été dernier. Stefie avait des bouts de chanson qui trainaient, dont une, « Le fruit du hasard ». Des bouts de chansons comme autant de réflexions ou de questions sans réponses, parmi lesquelles il a gardé les meilleures.

Le fil conducteur de cet album, de tous ses albums, c’est le rôle entier que Stefie y tiens, de l’écriture à l’harmonisation, puis à la réalisation des chansons (orchestrations, arrangements, rythmique, choix des percussions et de toute l’esthétique sonore). C’est pour ça qu’il réalise ses albums, parce qu’il n’a pas envie de faire un seul style de musique. « J’ai le droit de tout faire ! J’ai envie de toucher à tout ce qui me parle. Il y a autant de façon de réaliser une chanson que de réalisateurs. »

Batteur de formation qui se commet à la guitare, il peut considérer qu’après 20 ans de carrière, il est un réalisateur efficace, qui carbure encore à l’instinct. Néanmoins, sur Le fruit du hasard, on retrouve quatre morceaux en co-réalisation. Dont « De l’aube à la nuit », une des très belle chanson partie d’un motif de guitare composé par Stefie et élaboré ensuite par son collègue guitariste, joué en « fingerpicking » sur une douze-cordes électrique.


Des chansons qui s’illustrent

Pour la pochette de l’album, Stefie a choisi une illustratrice dont il aime le travail, Mélodie Vachon-Boucher, qui, à partir des musiques, a composé l’image un peu abstraite et très personnelle pour Le fruit du hasard.

Je demande à Stefie si composer une chanson lui prend du temps : « C’est différent pour chaque chanson. Certaines sont très rapides, d’autres prennent un peu d’acharnement. C’est comme pour les paroles, des fois ça tombe du ciel, d’autres fois il faut les forger. C’est un travail d’inspiration et d’idées et le flux créatif est imprévisible. Il n’y a pas de routine. Il y a seulement notre propre langage musical qu’on essaie d’élargir tout le temps. »

Un bon exemple, c’est « Freak d’amour », qui part d’un riff de guitare composé avant même son premier disque. À l’époque, Stefie l’enregistre sur un rudimentaire K7 multipiste. « À chaque album, j’ai tenté de composer une chanson avec ce riff-là, et j’avais jamais réussi. » Il faudra attendre une retraite d’écriture à New York, en février, il y a trois ans, pour qu’une chanson prenne forme. Celle-ci sortira en single à l’été 2018. Mais Stefie n’est pas satisfait. Il trouve que c’est un mauvais mix, un mauvais texte, bref qu’elle est mal foutue. « J’aime revisiter certaines créations. J’ai toujours des idées ! » Pour Le fruit du hasard, il travaille donc à « Freak d’amour II ». Il réécrit le texte au complet, il refait la rythmique. « Je l’aime cette fois ! Elle est mieux mixée, mieux balancée. »


Du Shock encore longtemps

Après 20 ans de métier, est-ce qu’on aime encore faire des chansons et des spectacles? « C’est une vocation ! Ça dure. C’est ce que je sais faire, ce que j’aime faire, y’a pas de fin, c’est fort et on y revient tout le temps. »

Stefie est attiré par les musiques percussives et qui se dansent. Si le porte-parole de Revivre, un organisme qui s’affaire entre autres auprès des personnes souffrant d’un trouble anxieux, ne cache pas qu’il en vit lui-même, il explique cependant que, sur scène, il est à l’abri des attaques de panique. Parce que « en concert, c’est dansant, c’est puissant, c’est lumineux ! C’est pas ordinaire. »


Pour suivre le calendrier de tournée de Stefie Shock, rendez-vous sur sa page Facebook officielle, à la section événements. D’autres dates sont à prévoir jusqu’en 2020 !