Montréal Complètement Cirque | En plein festival, la Finale...
Montréal Complètement Cirque | En plein festival, la Finale...

Publié par Maxime Hébert-Lévesque le Mer. 10 juillet 2019 à 14h00 - Contenu original
Cirque, Activités familiales, Analog, Festival, Finale, La Tohu, Montréal Complètement Cirque, Montréal, l'été..., Suggestions de sorties, Théâtre St-Denis


Dans la foulée du festival Montréal Complètement Cirque, notre collaborateur Maxime Hébert-Lévesque nous fait son compte rendu du spectacle Finale de la troupe Analog. Une prestation hybride entre le cirque et le concert de rock.

À l’instar du spectacle Scotch and Soda, présenté l’an passé au même festival, Finale d’Analog est l’une des importations circassiennes de la compagnie Juste pour Rire. La troupe allemande nous cache sur scène ses origines en dialoguant avec le public en anglais et principalement en français : un effort qui plaît toujours au public montréalais.


Un personnage attachant

Dès les premières minutes du spectacle, le ton est donné et l’humour est au rendez-vous. L’un des premiers protagonistes que l’on rencontre est un Américain, un jeune homme musclé poussé par le désir de ressembler à son idole Jean-Claude Van Damme ! S’enchaine un numéro de karaté avec des assaillants invisibles plutôt réussi et qui n’a pas manqué de faire rire la salle. Plus tard, ce Van Damme en devenir nous fait la démonstration d’un grand écart, les pieds posés sur deux objets qui s’éloignent sous la chanson Only Time d’Enya. Bien que la scène a créé l’hilarité au sein du public, la référence au spot publicitaire de l’acteur belge avec Volvo n’a pas été saisie. Une petite ratée qui au final passe inaperçue.


Des numéros intéressants

Dans le style d'acrobaties à couper le souffle et à vous rendre mort d’inquiétude pour les artistes, Finale n’est pas tout à fait là. Bien que les numéros soient diversifiés et impressionnants, nous sommes loin d’un spectacle de haute voltige qui repousse les lois de la physique. Toutefois, certains numéros brillent par leur synchronisme et leur créativité. Comme ceux à la corde et au mat qui sont très bien exécutés et qui sauront donner quelques gouttes de sueur à un public non initié.

J’ai particulièrement en tête le duo entre le joueur de batterie et le jongleur. Une exécution précise et complexe où les deux artistes ont construit un rythme, l’un sur sa batterie et l’autre en projetant des balles sur un morceau de bois sous lequel avait été placé un micro.

L’un des moments drôles de la soirée d’hier a été causé par un concours de circonstances. En effet, dans un numéro, les circassiens faisaient monter sur scène des gens du public. Parmi les invités, il y avait Martin Matte. Il était amusant de voir l’humoriste, si familier de l'art de la scène, dans un rôle où le public le voit rarement : celui de spectateur.


Un spectacle éclair

La dernière création d’Analog est un 1h45 qui passe à la vitesse d’un 5 minutes. C’est un spectacle incroyablement bien monté qui ne contient aucun temps mort ni aucune longueur. Que ça soit par la musique ou par les acrobaties, la troupe allemande réussit à nous capter du début à la fin. Finale aurait très bien pu être la finale du festival. C’est l’amalgame de tout ce qu’on aime avec le cirque : de l’originalité, de la fantaisie, du risque et une dose massive d’humour.


La troupe allemande n’a pas fini de surprendre puisqu’elle s’est installée dans la métropole québécoise jusqu’au 20 juillet ! Un spectacle autant pour l’amateur que pour le néophyte des arts circassiens que nous invitons fortement à aller voir ! Pour en connaître un peu plus sur la programmation du Montréal Complètement Cirque, c'est par ici. Et pour profiter de nos offres pour les différents spectacles du festival, c'est par !