Cinemania ou l'Humanité égarée
Cinemania ou l'Humanité égarée

Publié par Alexandre Jutras le Lun. 16 novembre 2015 à 11h40 - Contenu original
Cinéma, Cinemania, Festival, Suggestions de sorties

Crédit photos: Cinemania

Valley of Love

Véritable pèlerinage mystique sous la chaleur torride du désert de l’Ouest américain, le film est une expérience cinématographique difficilement identifiable qui en laissera plusieurs perplexes. On retrouve un père et une mère réunis pour la première fois depuis leur divorce à la demande de leur fils qui s’est suicidé six mois auparavant.

Gérard, un acteur qu’une vie parsemée d’échecs a rendu particulièrement cynique accepte de suivre son ex-femme anxieuse à travers un voyage exalté auquel ils ont été conviés posthumément par leur fils qui a même promis une apparition.

Tout le côté contemplatif de l’œuvre est traité avec plus ou moins d’efficacité et nuit quelque peu à l'appréciation générale de ce projet ambitieux

Toutefois, ce paradoxal récit de voyage stagnant est profondément humain et la performance irréprochable d’un duo d’acteur auxquels on a donné beaucoup de marge de manœuvre laisse une place importante à la réflexion.

L’œuvre est inégale, mais le tout est mis en place finement de façon à ce que tout cinéphile curieux puisse y trouver son compte.


Une histoire de fou

Haine, tristesse, violence et incompréhension. Des sentiments que tous connaissent trop bien quelque soit l’époque ou le lieu.

Ce qui distingue le sage du rustre, c’est que le premier a développé la capacité d’apprendre de ces erreurs alors que le second n’y parvient pas. On aurait tendance à penser que la balance de l’humanité aurait tendance à pencher du côté de la connaissance et de la sagesse si l’on considère que notre histoire commune s’étale sur des centaines de milliers d’années. Malheureusement, on peut plutôt observer l’inverse et c’est Platon qui se retournerait dans sa tombe, lui qui faisait observer à ses disciples à quel point il serait profitable pour une société d’avoir le sage pour guide.

La fragilité d’une vie, sa précarité pousse l’humain à l’humain et laisse peu de place à la réflexion ce qui fait que les mêmes scénarios ont tendance à se répéter à travers l’histoire alors que les solutions s’y trouveraient aussi.

Le film Une histoire de fou est une œuvre formidable qui illustre ce paradoxe profondément triste à travers un récit historique auquel on incorpore brillamment un côté humain.

C’est un projet qui permet de voir les deux côtés de la médaille, mais qui démontre brutalement aussi à quel point la violence et la haine sont des concepts qui s’engendrent perpétuellement.

C’est un film bien construit que je recommande à tous compte tenu de la réflexion sociétale profonde qu’il véhicule.