Quand la magie du hautbois épouse celle du piano: Un dernier spectacle riche en émotions
Quand la magie du hautbois épouse celle du piano: Un dernier spectacle riche en émotions

Publié par Anny Savard le Mar. 3 mai 2016 à 9h00 - Contenu original
Musique, Hautbois, Laurentides, Musique classique, Piano

Crédit photos: Diffusions Amal'Gamme

Le 30 avril dernier, Vincent Boilard, Hautboïste, et Olivier Hébert-Bouchard, pianiste, nous conviaient à un ultime «Coup de Cœur» pour le hautbois à Prévost, dans les Laurentides.

Nous sommes à la Salle Saint-François-Xavier de Prévost, dans les Laurentides. C’est la dernière représentation du spectacle «Coup de Cœur pour le Hautbois», et cette dernière chance se compare aux dernières lueurs du jour, que renvoient les vitraux de la petite église à vocation artistique en ce beau samedi soir. Quelques spectateurs échangent la remarque que les rideaux des murs latéraux, lesquels dissimulent normalement la nature ecclésiastique des lieux, n’ont pas été tirés. En effet, ce sera sous le regard attendri de quelques saints qu’aura lieu l’ultime rencontre entre piano et hautbois.

Dans une atmosphère mystique, à la lumière de deux candélabres, tout s’apprête à commencer. Des gammes envoûtantes déferlent, tandis que le hautbois s’échauffe, caché quelque part, comme un avant-goût de l’univers suave dans lequel nous seront bientôt plongés. À peine la placière (d’une gentillesse peu commune!) a-t-elle achevé d’orienter quelques derniers arrivés, qu’on nous convie enfin à savourer ce que le programme nous réserve. Puis, sur scène, le fameux duo apparaît.

On comprend rapidement que le spectateur n’est pas en présence de n’importe qui. À l’issu d’une présentation mutuelle entre les deux artistes, on apprend que Vincent Boilard vient tout juste d’obtenir un poste permanent à l’OSM (hautbois solo), et que son compatriote et pianiste Olivier Hébert-Bouchard, n’en est pas non plus à ses premières armes (deux artistes accomplis dont la carrière reste à suivre de près). Pourtant, malgré leurs nombreux accomplissements, les deux hommes sur scène sont d’un naturel sympathique et sans prétention, et il en sera ainsi tout au long du spectacle, qu’ils agrémenteront de leurs commentaires à la fois instructifs et humoristiques.

On découvre particulièrement leur potentiel artistique incroyable notamment lorsqu’Olivier entame seul au piano un extrait de Gaspard de la Nuit de Maurice Ravel, œuvre d’une complexité tout de même remarquable, et qui aura su nous surprendre de par sa thématique lugubre et fantaisiste. Son interprétation, toute en virtuosité, aura suscité une ovation debout de la part de quelques spectateurs impressionnés et sous le charme. Il en sera de même pour l’interprétation de Vincent Boilard, notamment lors de la pièce «Suite from an Imaginary Opera» de John Steinmetz, d’une sensibilité que seul un virtuose parvient à exprimer avec sincérité.

Certes, les Laurentides auront accueilli une dernière fois ce spectacle riche en émotions et d’une sensibilité toute particulière. Mais l’expérience ne saurait s’achever elle aussi, puisqu’elle laisse longtemps résonner en nous la magie du hautbois et du piano combinées. Ne reste plus qu’à espérer l’éventuel retour sur scène de Vincent Boilard et Oliver Hébert-Bouchard, un événement à ne pas manquer.

Le concert «Coup de coeur pour le hautbois» est une production de Diffusions Amal'Gamme dans le cadre des concerts des Jeunesses Musicales du Canada. Pour découvrir le reste de leur programmation, visitez le www.diffusionsamalgamme.com.