Jana Stuart : portrait d’une pianiste romantique au grand coeur
Jana Stuart : portrait d’une pianiste romantique au grand coeur

Publié par Bérénice Gauthier le Dim. 12 juin 2016 à 11h00 - Contenu original
Musique, Entrevue, Jana Stuart, Musique classique, Musique de films, Piano, Suggestions de sorties

Crédit photos: Elisa Elliot Photography

Jana Stuart, pianiste sensible de grand talent et cinéphile affirmée, se produira sur la scène de la salle Pollack de l’Université McGill le 20 juin prochain. Alliant la musique de ses films coups de cœur et la musique classique de grands compositeurs qui l’inspirent lors de son concert au profit du programme de bourses du Conservatoire de l’Université McGill, la douce Jana Stuart saura vous charmer avec ses mélodies.


Dès son premier contact avec un piano, Jana Stuart a su que cet instrument dégageait quelque chose de particulier, d’unique. C’est en rendant régulièrement visite à ses grands-parents, qui en possédaient un, que son intérêt pour l’instrument à cordes grandit. «Je jouais d’abord pour le plaisir, mais ma mère m’a demandé si je voulais apprendre le piano de façon plus sérieuse, car j’avais visiblement de la facilité. Puis elle m’a offert des cours. Quel beau cadeau!» Jana entrait dans l’adolescence à ce moment et qui dit adolescence, dit période de questionnement. Bien qu’elle ait toujours eu un amour inlassable pour son instrument, ce moment de sa vie l’en a éloignée. Elle confie qu’à cette époque, elle avait beaucoup de difficultés à l’école et qu’elle ne savait réellement que faire.

À l’âge de 16 ans, elle vécut un moment charnière, un moment qui allait changer le cours de sa vie. «Je suis allée dans un camp en Ontario avec plusieurs jeunes venant d’écoles privées. Ils avaient tous énormément d’ambition et ils savaient où ils s’en allaient, et ça m’a frappée. Je me suis dit qu’il ne me restait qu’un an avant de choisir ma carrière et que je n’avais aucune idée de ce que j’allais faire de ma vie.» Jana repensa alors à son premier amour, le piano, et prit la décision de s’y remettre sérieusement à raison de trois heures par jour. Quelle bonne décision!

Après avoir étudié au Centre des Beaux-arts de Preville, où elle a remporté le concours de concerto en 1988, elle poursuivit ses études au Conservatoire de l’Université McGill, où elle obtient son baccalauréat en musique. En 1999, elle reçoit une subvention du Conseil des Arts et Lettres du Québec pour étudier à la Schola Cantorum de Paris. Elle revint à Montréal en 2002 pour poursuivre ses études de second cycle en études avancées de musique à l’Université Concordia. En 2009, Jana participa au "Ibla Grand Prize", le concours musical international de la Sicile, en Italie, et y reçu le prix «Distinguished Pianist».

Elle a beaucoup voyagé pour son art, notamment en Italie, en France et en Israël. «Côtoyer des professeurs de partout, de toutes le nations, fut très enrichissant. Ça offre une perspective différente, c’est fascinant.»

Jana Stuart est aujourd’hui professeure au Conservatoire de musique de l’Université McGill et le concert du 20 juin, au profit du programme de bourses du Conservatoire de l’Université McGill, représente pour elle une occasion unique. « Ce spectacle rallie mes trois grandes passions: la musique romantique, la musique de films et redonner à mes élèves. C’est important de partager à mon tour les connaissances qu’on m’a apprises. J’agis à titre de mentor pour mes étudiants et c’est agréable d’avoir la chance de jouer pour eux après les avoir entendus jouer à de nombreuses reprises», confie-t-elle.

Son concert est un fin amalgame de la musique de ses compositeurs classiques favoris et de celle de grands films que Jana Stuart affectionne particulièrement. Lorsqu’on aborde le sujet de sa passion pour les musiques de films, Jana déclare avec sa voix teintée de gentillesse: «j’aime écouter de la musique, mais je préfère aller voir des films! Quand j'écoute une film, je suis souvent plus intéressée par la musique qui l'accompagne que par l'histoire elle-même. On peut ressentir ce que le personnage ressent, simplement grâce à la musique.» La pianiste se dit passionnée par le cinéma plus artistique, celui qui véhicule des émotions plus fortes. «Pour moi, la musique est une histoire incomplète que je peux tenter de continuer», dit-elle tout naturellement.

La concertiste a en effet joué les trames de grands films tels que Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, Le Pianiste, Fascination et Le scaphandre et le papillon, pour ne nommer que ceux-là. Jana est également passionnée par la musique romantique. «J’aime l’émotion, le contraste dynamique entre le fort et le doux. C’est une musique avec beaucoup de souplesse dans les phrasés.»

Jana Stuart est une femme très active dans son domaine avec beaucoup d’ambition. Elle n’hésite pas à aller de l’avant. Lorsque je l’ai questionnée sur ses projets futurs, elle m’a répondu, en riant : «Je tourne quatre vidéos caricaturaux avec une ancienne enseignante soviétique! Elle dit de moi que je suis trop sensible, trop émotive. Elle est venue au Québec, car c’est la société la plus socialiste après la Russie!», affirme-t-elle en rigolant. «Je suis très enthousiaste de travailler avec elle». Jana produit également une série de spectacles appelée «Jana et son piano» à la Greenfield Park United Church, l’église de ses parents.

Ne manquez pas cette belle occasion de découvrir une pianiste aussi talentueuse que généreuse, le temps d’un concert. Des billets à tarifs préférentiels sont disponibles pour les membres atuvu.ca.