Aimer, encore et toujours : l’amour est-il toujours d’actualité?
Aimer, encore et toujours : l’amour est-il toujours d’actualité?

Publié par Élizabeth Bigras-Ouimet le Dim. 4 décembre 2016 à 9h00 - Contenu original
Claire Bergeron, Éditions Druide, Littérature

Crédit photos: Éditions Druide

Ah non, pas encore un recueil de textes sur l’amour! Mais qu’a-t-on encore à dire sur ce sujet qui perdure depuis des siècles? Franchement, est-ce que les auteurs du collectif Aimer, encore et toujours avaient réellement quelque chose à rajouter à tout ce qu’on a pu dire sur l’amour sous toutes ses coutures? Il faut croire que oui puisque… ce recueil est un pure ravissement, pour les yeux et pour le cœur!

La romancière Claire Bergeron songeait depuis quelques années à ces gens qui croient toujours en l’amour, en leur quête d’absolu, au souhait de partager leur bonheur avec l’autre et ce, malgré les statistiques qui affirment qu’en 2016, la majorité célibataires vivent très bien sans relation amoureuse.

« C’est en songeant à ces personnes en quête du partenaire idéal que m’est venue l’idée de ce recueil. En invitant quatorze auteurs à se pencher sur ce thème d’actualité, il ne pouvait en résulter qu’un bouquin rempli d’émotions, de tendresse et d’humour. Pour un romancier, écrire sur un thème imposé est un agréable défi. »

Quelle agréable de surprise que la lecture du recueil Aimer, encore et toujours! Invitée au lancement par l’une des auteurs du collectif, j’avoue que l’idée de couvrir ce livre me laissait passablement… froide. L’amour? Encore? N’a-t-on pas fait le tour du sujet?

Malgré mon scepticisme, ce collectif a réussi à me séduire et à me prouver, hors de tout doute, que tant que les êtres vivront sur Terre, l’amour sera là pour les inspirer…

L’amour existe encore

Aussi quétaine que cela puisse paraître, force est de constater que l’amour existe encore malgré le nombre de séparations, d’infidélités et de drames conjugaux qui peuplent nos existences.

Chaque texte du recueil Aimer, encore et toujours est une ode toute intime, toute unique à chaque auteur et la diversité des textes saura plaire à tout lecteur ou lectrice, toutes générations confondues.

Loin de tomber dans un romantisme redondant ou aseptisé, chaque texte se découvre comme un chapitre d’images et de mots soufflés à l’oreille du lecteur. L’amour ici ne concerne pas uniquement la relation entre deux amoureux, mais retourne à la source même de ce sentiment qui prend naissance d’abord et avant tout avec nos parents, notre environnement, notre legs générationnel, notre passé.

« Poussé par l’amour que j’éprouvais pour lui, dans un geste d’enfant affectueux, je me suis approché de sa chaise et j’ai frotté sa joue avec ma petite main, impressionné par sa barbe noire. D’un mouvement violent et imprévisible, il m’a asséné une claque sur la joue en me criant de ne plus jamais toucher son visage avec mes mains sales. »

On découvre la peine enfouie d’un enfant qui n’a pas trouvé d’écho à son besoin d’amour paternel, de l’amour maternel qui a tenté de combler ce vide, mais qui n’a pu panser les blessures de cet amour réprimé. La quête du père. La recherche d’un amour jamais comblé. La reproduction de ce schéma créé dès ses premières années de vie dans toute relation future.

« Déménager, c’est épuisant. Partager une maison en deux, c’est épuisant. Annoncer la séparation à tout le monde, c’est épuisant(…) Regarder les enfants et sentir qu’on a tout chié, c’est épuisant. »

Sentir qu’on a échoué, qu’on a merdé. C’est aussi ça qu’inspire l’amour. Le temps qui passe. Les séparations, les pages qui tournent, les chapitres qui finissent.

« Je ne reconnais plus mon foyer qui, pendant des décennies, m’habillait de duvet, aussitôt le pied posé dans l’entrée. Mon antre. Mon velours. Mon refuge. Cette maison est ma biographie. Et soudainement, je la hais. Sa chronologie, ses histoires, ses anecdotes, ses évocations, ses confessions… Je la hais. Elle est finie. Sèche.»

L’amour n’a pas d’âge

D’une simplicité pure et bouleversante, le collectif Aimer, encore et toujours aborde également des amours trop souvent oubliées; celles que l’on vit à un âge avancé. Car oui, l’amour n’a pas d’âge et peut se produire à tout moment, même lorsqu’on ne l’espère plus.

« Debout l’un contre l’autre au milieu de la place, chacun soutenu par sa marchette, ils laissèrent leurs lèvres se joindre dans le plus doux et le plus tendre des baisers, un baiser mouillé de larmes et agité de tremblement, un baiser qu’ils auraient voulu voir se prolonger jusqu’à l’éternité. »

Gros coup de cœur pour les histoires d’amour des personnes de plus de 70 ans qu’on oublie trop souvent entre deux mots croisés. Comme il est doux de découvrir que l’amour ne prend aucune ride, qu’il est toujours intact, au fond, dans le creux de notre poitrine, prêt à bondir lorsqu’il est partagé!

Il y a aussi cet amour partagé qui ne peut être, car l’autre appartient à une autre histoire.

« Mon amour pour Johan m’a fait perdre mes repères. C’est à lui, à son choix, que j’ai abandonné ce difficile dilemme. Je ne pensais jamais qu’un jour je remettrais mon destin entre les mains d’un homme. »

L’espoir est ce qui rend l’amour à la fois enivrant et souffrant.

« L’amour est en vous et mon souhait le plus cher est de le conquérir. N’ayez pas peur de nous. Offrons-nous la chance d’apprendre à nous connaître. »

Combien de fois la peur de souffrir est venu à bout de l’amour?

L’amour se crée de lui-même

Mérite-t-on d’être aimé ? Mérite-t-on d’aimer? Mais qui a soumis cette idée que l’amour se méritait? Tout le monde mérite d’être aimé et d’aimer à sa juste valeur. Tout le monde a le droit de créer cet amour désiré, aussi idéal puisse-t-il être.

À la suite de chacun des textes, le lecteur pourra lire une courte biographie de l’auteur, de ce qui a inspiré son texte et de ce qui a animé ses mots. Il est impossible de ne pas se reconnaître dans l’un des chapitres tant la variété des textes est large.

L’amour ressort toujours entre les lignes, peu importe le vécu, les désillusions, les grands remous qu’il apporte parfois.

« Et on est devenus ensemble. On est devenus nous. À s’aider à devenir plus encore. (…) On s’est enfin aimés comme on rêvait d’être aimés. On s’est aimés pour vrai. Parce que c’était vrai ce qu’il y avait entre nous. »

Je suis extrêmement reconnaissante à Claire Bergeron, l’initiatrice de ce collectif, et à tous les auteurs qui y ont participé pour ces écrits remplis de passion. Le recueil Aimer, encore et toujours est un excellent cadeau à offrir pour les fêtes.

Aimer, encore et toujours
Collectif sous la direction de Claire Bergeron
Éditions Druide