Vibrante Zaz au Centre Bell
Vibrante Zaz au Centre Bell

Publié par Esther Hardy le Lun. 1 mai 2017 à 18h45 - Contenu original
Musique, Centre Bell, Esther aux premières loges, Isabelle Geffroy, Zaz

Crédit photos: Archives

C’est avec la fougue et le dynamisme qu’on lui connaît que Zaz a fait danser une foule de 8000 fans au Centre Bell samedi dernier. Elle a présenté un spectacle digne de sa renommée: l’intensité de son enthousiasme était égale à son énergique joie de vivre! Fougueuse, elle n'a ralenti que le temps de saluer la foule, et l'a bombardée à nouveau de son enthousiasme avec des paroles significatives et des mélodies qui nous fredonnerons pendant des jours...

Zaz, sobriquet d’Isabelle Geffroy, a d’abord ouvert la soirée avec ses titres : « La fée », « Comme ci comme ça », « Paris sera toujours Paris »… Généreuse, elle a offert un concert de vingt-trois chansons allant de la mélancolie au rock, avec quelques paroles enflammées et deux trois steppettes de son cru en guise de transition.



Un moment très fort, lorsque de sa voix douce et chaude elle a entonné « Si » avec puissance, faisant écho dans le gigantesque amphithéâtre illuminé par les multiples petites lumières des cellulaires de ses fans…


Sur « Les passants », son exceptionnel trompettiste a éveillé une foule très concentrée. Puis, on a eu droit à sa belle « Légende des colibris », suivie de « Éblouie par la nuit », un autre moment fort où le public a pu goûter à toute la puissance évocatrice de sa voix chaude qu’elle lance avec force, comme un cri provenant des profondeurs de son cœur. Zaz a non seulement des textes percutants et des mélodies touchantes ou enjouées, mais elle possède aussi une grande capacité vocale et elle donne tout, allant au-delà de ce qu’on lui connaît!!!




Elle a été accompagnée soit d’une simple guitare sèche, soit de près de dix musiciens qui ont joué de la contrebasse, de la basse électrique, de la trompette, des claviers, de la batterie, de la guitare électrique, de l'accordéon, etc. au gré de ses mélodies plus rock ou plus douces… Complice, pour elle toutes les occasions ont été bonnes pour taquiner ses musiciens. Tantôt admirative, elle s’est assise aux pieds de son guitariste pour un solo de guitare, quelques minutes plus tard elle a imité son batteur et l'a défié au jeu. Isabelle est une fille de gang et reste très admirative du talent de chacun de ses musiciens.


Elle est un cadeau de la vie pour ses fans!!! Sans artifice, sans grand costume impressionnant, sans maquillage fulgurant… elle est simple, vraie et directe, c’est ainsi que tous l’adorent! Et c’est dans cette simplicité engagée qu’elle transmet ses souhaits à son public que nous paraphrasons ici : « Avant d’être une chanteuse, je suis d’abord humaine et j’ai la chance d’avoir une tribune pour pouvoir vous parler! Et vous dire de reprendre votre pouvoir! Arrêtez de croire que quelqu’un va venir vous le donner. Vous êtes la personne la plus importante au monde!!! N’attendez plus, allez-y!!!! Soyez créatif! Inventez une société à votre image, dans tout ce que vous faites de bien!!! ».


Elle a poursuivi avec des succès d’Édith Piaf « Dans ma rue », Francis Cabrel « Petite Marie » et Daniel Balavoine avec « Tous les cris les SOS » popularisés par Marie-Denise Pelletier dans les années 1980.




Plus tard dans le spectacle, elle a souligné son attachement aux artistes d’ici. Dans cette lancée, Lisa Leblanc avec sa guitare est venue la rejoindre, puis ensemble, elles ont fait vibrer la foule de leur duo inédit, sur les airs de « J’pas un cowboy » de Lisa. Soulignant à quel point elle aime venir au Québec où elle trouve ce je-ne-sais-quoi qui la fait se sentir si bien, elle a confié avoir beaucoup écouté de musique québécoise et avoir eu un coup de cœur pour « Revivre » de Daniel Bélanger. D’emblée, elle l’a interprété avec puissance.


Pour la 3e année, ZAZ est venue au Québec pour célébrer son anniversaire qui est demain, le 1er Mai. Elle a dit être convaincue que tôt ou tard, elle allait perdre son accent et adopter le nôtre!





Puis, elle a transmis son désir d’être utile pour agir et contribuer à un monde plus juste et plus épanouissant, et ce, dans chaque lieu où elle passe. Elle a fait le tour de la terre et a fondé Zazimut, sa fondation qui chapeaute pas moins d’une centaine d’organismes à but non lucratif dans vingt pays différents autour du monde pour parler d’un nouveau modèle de société. Elle utilise ouvertement sa notoriété pour promouvoir des projets locaux, là où elle passe. Au Québec, c’est un organisme d’éducation pour des relations saines parents-enfants qui a reçu les dons de ses produits dérivés.


Soulignons une scénographie d’éclairages exceptionnels, un mur de lumières Del vibrants au rythme et aux humeurs de ses chansons, et des projections bien conçues qui ont accompagné et renforcé chacun de ses titres.


Zaz, c’est l’enfant terrible des Français, c’est la fille moderne qui connaît ses valeurs et les diffuse avec une joie sans limites. Son enthousiasme est communicatif, de la joie de vivre pure!!! Elle a confié à son public qu’elle se sent libre au Québec… Et tout cet amour, le public au Centre Bell lui a bien rendu!!




Montréal est l'une des dernières villes de sa longue tournée de huit ans qui se terminera au Japon. Ensuite, elle se posera définitivement en France pour plusieurs mois afin de revenir à l’écriture, activité à laquelle elle n'a pas pu vraiment se consacrer depuis trois ans.

Espérons que son amour pour le Québec la ramènera chez nous rapidement!