FTA - Pôle Sud...Inspirant!
FTA - Pôle Sud...Inspirant!

Publié par Esther Hardy le Dim. 28 mai 2017 à 14h00 - Contenu original
Théâtre, Anaïs Barbeau-Lavalette, Émile Proulx-Cloutier, Espace Libre, Esther aux premières loges, Geoffrey Gaguère

Crédit photos: Pedro Ruiz

Pour ma première sortie au FTA 2017 (Festival TransAmérique), j'ai vu la pièce Pôle sud : documentaire scénique présentée en reprise à l’Espace Libre. Au théâtre, lorsqu’on parle de reprise, on parle d’un spectacle qui a naturellement eu un grand succès et que le public demande à voir ou à revoir. C’est dans cet esprit que je me suis présentée pour assister à ma première œuvre du tandem Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier.


Pôle sud: documentaire scénique est une fenêtre ouverte sur l’intimité et sur l’histoire de personnes choisies du quartier Centre-Sud où se situe l'Espace Libre. D’abord interviewés par la lumineuse Anaïs, nos personnages se sont révélés tranquillement sous sa délicatesse et de confidence en confidence, leurs histoires plus grandes que nature se sont dévoilées. Émile, qui s’est occupé de la mise en scène et du montage audio, qualifie certains de ces récits vraiment d'hallucinants. Il a aussi ajouté que ces vrais personnages, avec leurs gestes naturels, ne pourraient être incarnés avec une telle perfection par des comédiens.



Jacqueline Vigneault



Anaïs Barbeau-Lavalette souligne : «J'ai fouillé le quartier Centre-Sud comme une archéologue visuelle, à la recherche de personnages. »


«C'est comme si on allait dans la bulle de quelqu'un pendant quelques instants. J'ai une profonde admiration pour les personnes dont on parle dans le spectacle. Je ne suis pas sûre que j'aurais pu passer au travers de ce qu'ils ont vécu » ajoute Émile Proulx-Cloutier.


«On est dans la curiosité et l'amour de ces personnes, confirme Anaïs Barbeau-Lavalette. C'est sûr que certains ont eu des vies incroyables. On ne les regarde pas de haut. C'est fait avec humilité. Je crois que le spectacle est à l'image du quartier.»



Serge Blais



L’Espace libre n’a pas été choisi de façon anodine pour présenter ce spectacle. En fait, c’est même son directeur artistique Geoffrey Gaguère qui en a fait la demande aux deux artistes. Situé dans le Centre-Sud où les revenus modestes et les petits budgets sont rassemblés, on a voulu faire le lien entre le théâtre et les résidents du quartier, puis relever les grandes qualités du quotidien de ces gens trop souvent qualifiés «d'ordinaires».


C’est ainsi que chemin faisant, ces personnes rencontrées par Anaïs ont été invitées à incarner leur propre vie sur scène. Et c’est avec notre regard sur eux, néanmoins libres, loin des cellulaires et occupations diverses qui éloignent les gens les uns des autres, que nos interprètes se présentent sans artifice sur scène.


Accompagnés par Anaïs et la trame sonore de leur entrevue, ces personnages plus grands que nature nous ouvrent leur vie de tous les jours et nous laissent découvrir le charme de leurs gestes quotidiens. Nous entrons donc dans leur univers personnel et vraiment particulier dans lequel ils évoluent. Leur histoire nous est racontée par leur propre voix, ce qui affûte notre regard vers des détails fascinants et rend l’exercice d’autant plus touchant.



Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier



Avec quelques projections d’extraits filmés de la vie du quartier, des événements historiques marquants et des voix d’enfants coquins, nous découvrons la beauté et le charme de leur résilience et de leur originalité…certains avec humour d’autres avec naïveté, mais toujours avec un intérêt soutenu.

Le défi lancé par Geoffrey Gaguère est réussi, les gens du quartier se déplacent pour voir leurs amis, leur famille, leur voisin sur scène et découvrir le théâtre… Le public du FTA est d’autant plus touché par autant de vérité. Car le résultat marche! Dans la salle, les gens sont étonnés, touchés et bouleversés.


CRÉDITS

Un spectacle de Anaïs Barbeau-Lavalette + Émile Proulx-Cloutier
Recherche et entrevues: Anaïs Barbeau-Lavalette
Mise en scène, conception, montage: Émile Proulx-Cloutier
Sur scène: Serge Blais + François Julien + Johanne Larose + Mélissa Michaud + Vanessa Michaud + Cybèle Pilon + Marc Ouimet + Jacqueline Vigneault



* * *



L'Antoine et Cléopâtre de Tiago Rodrigues


Sofia Diaz et Victor Roriz
© Christophe Raynaud de Lage


Inspiré de la pièce «Antoine et Cléopâtre» de Shakespeare, le spectacle de Tiago Rodrigues de danse-théâtre portuguais est présenté à la 5e salle de la Place des Arts jusqu'au 29 mai et produit par Teatro National D. Maria N. de Lisbone. Son créateur, Tiago Rodrigues a l'habitude de bouleverser des textes ancestraux. Il le dit lui-même: «Lire avec les yeux du présent m'oblige à ne pas respecter l'original, à trahir, à inventer.»


Le résultat de ce parlé chorégraphié est entre la danse et le théâtre. Interprété par Sofia Diaz et Victor Roriz, tous deux chronographes, leur oeuvre devient plus neutre et cérébrale que ce que nous avons l'habitude de voir au théâtre car les émotions et les grande envolées s'effacent derrière une simple narration de l'action. Les interprètes nous racontent le récit de la pièce et la vivent qu'à quelques rares moments.

Dès le départ du processus de création, ils se sont engagés à ne pas interpréter les personnages de Cléopâtre et Antoine. Seul un texte dit demeure ainsi que des déplacements créant parfois des quiproquos avec quelques moments cocasses.


Pour les amateurs de sobriété et de danse parlée! Àla 5e salle jusqu'au 29 mai, dans le cadre du FTA.