Nos morts ont besoin de nous; une nouvelle façon de considérer notre relation avec nos êtres décédés
Nos morts ont besoin de nous; une nouvelle façon de considérer notre relation avec nos êtres décédés

Publié par Élizabeth Bigras-Ouimet le Mer. 5 juillet 2017 à 16h15 - Contenu original
Lecture, Littérature, Marylène Coulombe, Nos morts ont besoin de nous, Spiritualité, Suggestions de lecture

Crédit photos: Les éditions La semaine

En quoi croyez-vous? Comment vous représentez-vous l’au-delà? Vous arrive-t-il de demander l’aide d’un proche décédé, de prier pour avoir un signe de sa part? Et si les morts avaient besoin de nous également, que nous pouvions nous aussi les aider à cheminer? Marylène Coulombe, médium-auteure-conférencière, nous invite à prendre conscience du grand pouvoir que nous avons sur le cheminement des êtres décédés. Dans son livre Nos morts ont besoin de nous, Marylène Coulombe donne la parole… aux âmes elles-mêmes.


Parler de la mort demeure encore tabou en 2017 malgré l’éclosion de recherches, de témoignages et de livres relatant tous les aspects inimaginables de la mort. Des spécialistes osent parler de leur expérience, des médiums se prononcent, monsieur-madame-tout-le-monde prend position. Mais peu de gens se sont posé la question de savoir ce que nous, êtres vivants, pouvions faire pour soutenir nos proches décédés.
Dans le livre Nos morts ont besoin de nous, Marylène Coulombe nous guide à travers nos croyances, notre évolution et surtout, notre ouverture sur un monde encore bien méconnu et pourtant si près de nous. Les âmes se prononcent et Marylène Coulombe se fait la voix de l’au-delà, la « médiatrice » entre les âmes décédées et nous.


Au bout du tunnel

Les sujets reliés à la vie après la mort peuvent sembler difficiles à assimiler lorsqu’on n’a jamais lu là-dessus, mais dans le livre Nos morts ont besoin de nous, Marylène Coulombe utilise un langage à la fois simple et professionnel.
L’auteure est avant tout une grande âme humaine, sa compassion envers les êtres vivants et décédés est admirable et il est très touchant de lire ses témoignages.
« Les esprits nous demandent, pour nous-mêmes et pour notre âme, de croire en quelque chose. Peu importe cette croyance, pourvu qu’elle soit belle et qu’avec elle nous nous sentions à l’aise et en harmonie. »

Marylène Coulombe aborde, de manière novatrice, la relation qui demeure entre nos proches et nous une fois que leur âme a quitté leur corps. Ce qui distingue Nos morts ont besoin de nous des autres livres spirituels, c’est que l’auteure nous démontre que nos défunts ont besoin de nous pour progresser. Jamais un livre n’avait encore abordé la relation « vivant-décédé » dans ce sens, se limitant souvent à ce que nous pouvions attendre, nous, de nos êtres trépassés.
Une relation de partage se dessine donc à travers les chapitres de Nos morts ont besoin de nous, un partage d’énergie, d’amour et de pardon.


Différents plans de l’au-delà

Si vous vous demandez ce que sera votre vie après la mort, la réponse est simple; elle sera créée selon vos croyances. Il en est de même pour tous vos proches. Si vous croyez qu’il n’y a rien, vous risquez de demeurer à un niveau vibratoire d’attente, dans un plan transitoire où la conscience vit une dualité entre se réveiller dans un autre monde ou rester endormie pour tout oublier.

Vous pouvez, de votre vivant, visualiser votre « après », créer ce que vous désirez de l’au-delà. Il est donc important de respecter les dernières volontés de la personne décédée afin que son âme soit en harmonie avec son départ. Il est du devoir des vivants de rassurer l’âme nouvellement décédée, de prier pour qu’elle aille vers la lumière, sa pleine conscience.

Pour franchir l’au-delà, trois grandes étapes doivent être complétées; l’acceptation, la reconnaissance et la lecture du livre de leur vie.

« Facile, vous direz? Oui, pour celui qui était fatigué de vivre ou pour celui qui voulait cesser de souffrir. Mais pas facile pour la mère de famille qui laisse sur le plan terrestre de jeunes enfants. »

Cette étape n’est pas facile et c’est pourquoi nos morts ont tant besoin de nous les premiers mois qui suivent leur décès. Certaines âmes n’arrivent pas à se détacher de leurs proches, de peur de ne plus pouvoir être près d’eux si elles avancent vers la lumière. Avec amour, nous pouvons leur envoyer de belles énergies afin que ces êtres franchissent la deuxième étape; la reconnaissance.

« Lorsque vous êtes déprimé et que vos batteries sont à plat, la visite ou le simple coup de téléphone d’un parent ou d’un ami peut vous aider à reprendre vos énergies rapidement. […] C’est sensiblement la même chose qui se passe dans l’au-delà. »

Finalement, l’âme devra lire son « livre de vie ». Cette lecture se fait selon le rythme et la capacité de l’âme à comprendre les choses.

« Maintenant, regardez-vous. Quand il est temps de faire face aux conséquences de vos décisions, bonnes ou mauvaises, comment réagissez-vous? Est-ce que vous affrontez peu importe les résultats ou cherchez-vous à vous éclipser? Car c’est exactement de cette manière que vous allez réagir devant votre livre dans l’au-delà. »

En plus d’expliquer clairement les étapes et les plans de l’au-delà, Marylène Coulombe partage des cas vécus en consultation. Chaque histoire nous permet de mieux assimiler l’enseignement de la médium et de passer par-dessus nos idées préconçues, nos barrières psychologiques de « vivants ».


D’autres sujets tels « qu’arrive-t-il aux âmes suicidées », « les âmes animales », « les rituels et les funérailles » sont également abordés dans le livre Nos morts ont besoin de nous. L’auteure Marylène Coulombe a écrit de nombreux livres et accorde plusieurs conférences depuis quelques années. Vous pouvez la découvrir sur son site internet et découvrir l’autre côté du miroir!