FTA | Nearly 90 2 FTA | Nearly 90 2  
Danse
Jeu. 27 mai 2010 à 20:00
Place des Arts | Théâtre Maisonneuve
175, rue Sainte-Catherine O., Montréal
  Carte
39.00$ / 25 % de rabais! (Régulier:52.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Présenté dans le cadre du Festival TransAmériques

Chorégraphe visionnaire, Merce Cunningham a inlassablement réinventé les codes de la danse contemporaine pendant plus d’un demi-siècle. Son importance dans l’horizon chorégraphique est comparable à celle d’un Samuel Beckett en théâtre, d’un James Joyce en littérature, d’un Marcel Duchamp en arts visuels. Avec le temps, ses chorégraphies font figure d’un nouveau classicisme tant la clarté et la précision de l’architecture des corps rendues par la virtuosité prodigieuse mais modeste des danseurs, imposent leur beauté.



Trois mois avant son décès en juillet dernier, il signait, à 90 ans, sa dernière œuvre. Pièce héritage où culmine toute une vie de création, Nearly 90² est interprétée par treize danseurs aguerris à ses exigences de rigueur, de lucidité et de raffinement. Solos, duos, trios et quatuors s’y déploient en un réagencement kaléidoscopique incessant, un fourmillement de vies ouvert sur l’imaginaire. En ouverture du festival, le public montréalais aura une dernière occasion d’être ébloui par la Merce Cunningham dance company.

En exclusivité canadienne!

www.fta.qc.ca

  FTA | Nearly 90 2

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  10 ans de mariage !
  Les habits de sa majesté
  Le Cœur en hiver
  Jeannot dans la tempête
  Troupe principale du Collège de Valleyfield
  Guerre et Paix
  Botox & Silicone
  Splendeur du mobilier russe
  No strings (attached)
  Z comme Zadig | Voltaire adapté au théâtre
  Les monologues du vagin
  La femme comme champ de Bataille
  L'Éveil
  Burn Out Total
  Quand vient le soir



Vos commentaires

Spectacle d'une grande beauté  
La beauté des corps en mouvement, soulignée par les costumes. L'image en fond de scène, qui me rappelait l'exposition sur la couleur de 2008 au MOMA - peinture métallique dont on perçoit la texture. La succession des ocres, le mariage de la couleur des costumes et de l'écran en fond de scène. Une chorégraphie époustouflante d'un rythme qui maintient l'attention, les difficiles mouvements des corps soulignant chacun des muscles - encore là quelle contribution des costumes... Le son - difficile de parler de musique durant de longs moments/ sons de ville, d'usines, de tuyauterie, craquements...- pour moi créant un amalgame étonnant avec la chorégraphie. Du début à la fin j'ai été éblouie par la beauté de l'ensemble.

Claire B.
Ven. 28 mai 2010