Les Bancs d'Essai Internationaux Les Bancs d'Essai Internationaux  
Danse
Sam. 15 mai 2010 à 19:30
Espace Tangente
840, rue Cherrier, Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:17.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

La tournée biennale des 9ème Bancs d'Essai Internationaux commence à Tangente jeudi le 14 mai. Cet événement, dédié à appuyer des nouveaux, innovants et jeunes artistes, a été fondé en 1990 par Tangente et un groupe de diffuseurs européens en danse. Un programme passionnant de nouvelles pièces est réalisé et proposé par cinq diffuseurs cette année afin de présenter au public une soirée à saveur internationale. L'Italie, les Pays-Bas, le Danemark et les Pays de Galles s’ajoutent au Québec pour composer l’édition 2010 des Bancs d’Essai Internationaux. Suite aux représentations à Tangente du 14 au 16 mai, les artistes s'envoleront vers l'Europe pour poursuivre la tournée.

BATTRE LE FER - Arnhem, Pays-Bas
Chorégraphie = Jens van Daele
Interprètes = Estelle Delcambre & Patricia van Deutekom
+
CALON - Cardiff, Pays de Galles
Chorégraphie et interprétation = Cai Tomos
+
RUNNING SCULPTURE - Århus, Danemark
Chorégraphie = Lars Dahl Pedersen
Interprètes = Katri Siipola & Taneli Törma
+
PASSO - Turin, Italie
Chorégraphie = Ambra Senatore
Interprètes = Caterina Basso &Ambra Senatore
+
COMPLEXE DES GENRES - Montréal, Québec
Chorégraphie = Virginie Brunelle
Interprétation = Claudine Hébert & Luc Bouchard Boissonneault

www.tangente.qc.ca; www.danceroads.com

  Les Bancs d'Essai Internationaux

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Les mardis pm: Le Noël de Quartom
  Jim Zeller Acoustic Duo
  The Musical Box
  Fuat Tuaç Quartet
  Colin Hunter
  Pierre Calvé – Tout est vrai
  Samuel Bonnet Solo Project + guests
  Jason Rosenblatt–Série de l’avenue Outremont
  Un Piano romantique... pour la St-Valentin!
  Pierrot Fournier chante Brel
  Olivier Babaz en duo avec Raphaël Tristan
  5539 Blues Avenue
  Hommage à Nirvana
  Hommage aux Colocs
  Pierre Flynn – Sur la terre



Vos commentaires

Après l'entracte...  
Si le début de spectacle est austère pour les néophytes en danse contemporaine, il n'en demeure pas moins qu'après l'entracte alors c'est le ludisme des italiennes Ambra Senatore qui a animé et décrispé la foule suivie par Virginie Brunelle et sa pièce Complexe des genres juchée sur une musique classique prenante. Mêlant la danse classique aux mouvements de danse contemporaine, ce fut émotivement l'apogée de la soirée.

Alain F.
Lun. 17 mai 2010



Danse contemporaine, plus pour moi!  
La performance des danseurs n'est aucunement mise en cause pour ma note d'appréciation. Je les ai trouvés remarquables. Ils étaient synchronisés et harmonieux, si le mot peut convenir mais l'ensemble ne me permettait pas de savourer ces talents. Donc, je n'ai pas apprécié le spectacle puisque la danse sans décor, ni costume ne correspond pas à mes intérêts et ne peut me divertir. Il faut dire que l'ambiance était assez funeste. Musique sans âme... quand il y en avait. Rythme saccadé, hâché, très impersonnel laissant à l'imaginaire de chaque spectateur le soin de tisser la toile de fond. La mienne était celle du désespoir, de la solitude, de la froideur... J'ai quitté à l'entracte, je sentais la déprime m'envahir. Parfois, même si la performance des danseurs n'est pas des plus adéquate l'histoire, le décor et les choix musicaux parviennent à nous les faire oublier. Ici, si on a misé exclusivement sur les danseurs, mais cela ne suffit malheureusement pas. Du moins, dans mon cas. Je vous laisse le soin de vous faire votre propre opinion. Plusieurs d'entre vous y trouverons sans doute leur compte.

Elise P.
Ven. 14 mai 2010



Les 9ième bancs de réussite!  
Quelle magnifique soirée. Découvrir à travers cinq pays que la danse est un langage universel! Point de mots, les gestes suffisent amplement pour énoncer que l'on peut haïr d'amour, prendre soin de notre coeur ou de notre âme soeur. Point de mots pour exprimer l'inattendu ou la douleur de se taire. Une soirée magnifique, vraiment, au cours de laquelle on est assurée, d'être ému et l'émule d'un chorégraphe (re)découvert.

Alain F.
Ven. 14 mai 2010