Buffet chinois (All you can eat) Buffet chinois (All you can eat)  
Théâtre
Sam. 22 mai 2010 à 20:00
Espace Go
4890, boul. Saint-Laurent, Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:31.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Une famille vaguement américaine, qui a acheté un forfait vacances, se rend sur une plage à bord de son VUS pour attendre la fin du monde. D'ici à ce que la grande vague fatale arrive – Oh! Elle viendra, mais quand? –, il faut bien vivre, c'est-à-dire profiter, engloutir et avaler. Ce soir, c'est d'ailleurs le soir du buffet chinois...

www.theatremomentum.ca

  Buffet chinois (All you can eat)

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Joyeuse Matinée de Noel
  Ai-je du sang de dictateur?
  Cabaret Tollé
  La singularité est proche
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Histoires de Fins
  Dans la tête de Proust
  Crudités
  No strings (attached)
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Macbeth de William Shakespeare
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  Les monologues du vagin
  Gloucester - Délire shakespearien
  Le Sapin de Noël



Vos commentaires

À l'orée de l'enfance  
Ou donc est l'assistance? Il n'y a pas de hockey ce soir pourtant! Allez savoir... Sur les tables de l'Espace Go, un napperon particuliers attire mon attention. Le programme de la soirée y est inscrit. Original. J'aime bien ce côté ludique qui s'énonce. Le théâtre qui dérive vers la vie quotidienne. Le décor de la pièce est simple. Quatre chaises. Tantôt une toilette, tantôt un Vus. Des personnages atypiques avec lesquels je revisite mon enfance. Si les situations ludiques me font penser à l'inventivité de Sol et Gobelet, le propos de la pièce, quant à lui, est subtilement revendicateur par son ironie. L'écriture de Nathalie Boisvert me fait songer à celle de Jarry pour le grostesque et à celle de Évelyne de la Chenelière par son approche mythique du langage. Jean-Frédéric Messier dépeint ses personnages comme dans une bande dessinée et c'est parfaitement réussi pour Benoît Dagenais, surtout lors de la scène dans l'auto; Dominique Leduc et Stéphane Demers se transforment soudainement en prenant presque un aspect de deuxième dimension. Quant à Nathalie Claude, elle est remarquablement impressionnante dans le rôle de l'adolescente; quoique le personnage soit peu plausible, au-delà de la caricature oserais-je dire, la comédienne nous y fait croire. Par son jeu', nous émerveille. Aussi bêtement que cela, on y croit. Cette pièce n'est probablement pas pour tout les publics. D'abord, elle a quelques longueurs que le personnage symbolique interprété par Émilie St-Germain ne parvient pas à atténuer. Voir ce personnage les accentue car sa présence crée une confusion, le spectateur ne parvenant pas à déterminer sa véritable utilité si ce n'est morale. Puis, il faut un minimum d'ouverture, vouloir se laisser berner, s'abandonner au surréalisme des situations. Bref, il faut reconnaître l'enfant en soi et le laisser se gaver par la féérie tragique de ce Buffet chinois. Sur les tables du théâtre, le napperon de la pièce git. Un rêveur est parti.

Alain F.
Mar. 11 mai 2010