What's Up Vienna! avec Radian... What's Up Vienna! avec Radian... 
Musique
Mer. 9 juin 2010 à 20:30
La Sala Rossa
4848, boul. Saint-Laurent, Montréal
  Carte
12.00$ / 7 % de rabais! (Régulier:13.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Avec Radian, Christof Kurzmann et Michahala Grill, Didi Bruckmayr et Hyena Hive, Martin Brandlmayr

Quand vous écoutez de la musique, vous reconnaissez l’harmonie, ressentez le rythme, touchez à son humeur. Mais, parfois, vous faites aussi quelque chose de beaucoup plus primitif – comme quand vous entendez un hurlement aiguisé ou encore un crissement aigu de pneus ou la casse d’un verre. Vous pensez: Quel était ce son? Et à quelle distance est-il de moi?

Radian, trio de Vienne, crée de la musique qui joue avec votre sens d’identification auditive et votre distance auditive. Cela fait dur pour les petits sons que nous faisons quand nous "ne faisons pas encore tout à fait de la musique": le flop le plus minuscule, le bruissement de brosses métalliques sur une peau de tambour, le coup sec rapide d’une prise entrant dans une douille ou un circuit commuté. Sur "Chimeric", son cinquième album, ces petits bruits vont et viennent à travers les enceintes et créent un rythme composé, et arrangé par la post-édition en des syncopes élégantes et complexes, chaque part du cycle rythmique exprimé avec un volume différent ou une compression.

Depuis les débuts du groupe, le timbre, la forme et la résonance de la batterie de Martin Brandlmayr ont été sa marque déposée (véritable stupéfaction, batteur avec un son magnifique et un sentiment qui le pousse contre sa propre virtuosité). Ces contacts humains, ses attaques parfaitement prévues, et en pleine conscience du rythme et ses bruissements, sont entourés par toutes sortes d’autres bruits fortuits, créés à la fois à la main ou en numérique.

Il y a aussi des sons sur "Chimeric" qui impliquent grandeur et distance et vous repoussent. Où avant il n’y avait seulement que de la batterie, du synthétiseur et de la basse, maintenant Radian a soudainement un goût pour la guitare. Cet instrument, joué par Stefan Németh, peut produire un coup sec, et non amplifié, comme sur le morceau "Subcolors". Ou des nuages rabougris, gris ardoise de distortion, se soulevant à travers votre champ sonore, comme dans "Git Cut Noise" et se rapprochant de groupes ambient-doom scintillant comme Nadja ou Jesu.

La musique de Radian peut parfois ressembler à de l’improvisation libre, mais est composée à des niveaux microscopiques. Elle peut avoir une dynamique rock, construire un important crescendo émotionnel vers la fin "Feedbackmikro/City Lights", mais dans l’ensemble elle a peu en commun avec le rock. Il utilise des sons de foule et vous accorde un peu avec son processus, mais ce n’est pas vraiment de la musique concrète. C’est grouillant de clics et de bourdonnements qui s’approchent parfois d’un rythme dansant, mais sans le vrai côté funk.

Ben Ratliff - New York Times

www.myspace.com/radianvienna
www.villavillanola.com



  What's Up Vienna! avec Radian...

Inscription
Fil culturel | Musique

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Ligue d'improvisation LA LIB
  La LNI s'attaque aux classiques
  Sunday Night Improv
  Enchanté - Productions de L'Instable