FADOS | Visionnement de presse FADOS | Visionnement de presse   
Cinéma
Lun. 12 juillet 2010 à 10:00
Cinéma Beaubien
2396, rue Beaubien E., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

K-Films Amérique vous invite à une projection de presse gratuite et exclusive du film Fados, d'une durée de 88 minutes, en version originale portugaise sous-titrée français.

Carlos Saura, le réalisateur de Cria Cuervos, Bodas de sangre (Noces de sang), Carmen, El amor brujo (l’amour sorcier), Eldorado, Goya, etc… présente Fados mettant en scène les plus grands danseurs et chanteurs du fado tels la grande Mariza, Caetano Veloso et tous les autres.



Fados est le nouveau chef-d’oeuvre du réalisateur espagnol et le plus récent volet de son cycle musical commencé il y a plus de 15 ans avec Sevillanas (1992), Flamenco (1995), Tango (1998 – Nommé pour l’Oscar du meilleur film étranger), Salomé (2002) et Iberia (2005).

Fados amorce un nouveau chapitre et relève de nouveaux défis pour le réputé réalisateur en tentant de capturer la nature éphémère du « saudade » portugais et de peindre un portrait fidèle de l’âme portugaise à travers son style musical le plus emblématique.

Se servant de Lisbonne comme trame de fond, le film explore l’étroite relation entre la musique et la ville, ainsi que l’évolution du Fado à travers le temps à partir de ces origines africaines et brésiliennes jusqu’à la nouvelle vague de Fadistas contemporains.



Sous la supervision musicale de Carlos do Carmo, le film met en vedette l’une des meilleures trames sonores de « musique du monde » à ce jour, rassemblant la crème des nouveaux talents portugais tel Mariza ou Camané, avec les légendes Caetano Veloso et Chico Buarque ou encore les vedettes montantes Lila Downs et Lura.

Porté à l’écran par l’éblouissante photographie des renommés José Luis Lopez Linares (Gagnant du Prix Goya pour Iberia, Salomé) et Eduardo Serra (deux fois nommé aux Academy Awards) pour les images de Lisbonne, et par la chorégraphie acclamée par la critique de Patrick de Bana, la réalisation de maître et la mise en scène de Saura font de la caméra le vrai protagoniste, laissant le spectateur s’attarder à ce qui est le plus important: l’émotion.

  FADOS | Visionnement de presse

Inscription
Fil culturel | Cinéma

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  No strings (attached)
  Crudités
  Les habits de sa majesté
  Dans la tête de Proust
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  Le clan des divorcées
  Gloucester - Délire shakespearien
  Le Sapin de Noël
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Ai-je du sang de dictateur?
  Jeannot dans la tempête
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Cabaret Tollé
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  10 ans de mariage !



Vos commentaires

Moment de détente  
J'ai adoré ce film de Saura qui reprenait plusieurs éléments de son style habituel soient des mise en scène de chansons pontuéés de chorégraphies des plus fignolées. Les éclairages, décors, costumes, choix des interpètes, tout est excellent et nous donnent envie de revoir le film. Pour les connaisseurs de fado ainsi que les dilettantes dons je fais partie, ce film nous donne un aperçu des différentes influences et divers styles de fado. Contrairement à "tango" ou les divers numéros étaient entrelacés d'un histoire, "fados" est pour reprendre le commentaire de mon invité " un much music du fado". La profondeur des interprétations, notamment du "fado menor" ainsi que la douce nostalgie "saudade" qui se dégage du film vaut le déplacement.

Chantal S.
Lun. 12 juillet 2010



Fado+fado=fados  
Encore un film qui démontre sans l'ombre d'un doute le grand amour qu'a Carlos Saura pour la danse et la musique et quelle façon géniale de les mettre en scène. Les images quasi toutes tournées en studio sont de toutes beautés. Tu sors du cinéma avec une idée en tête soit de mettre Lisbonne dans ton agenda de voyage.

Yves P.
Lun. 12 juillet 2010



Bons interpètes musicaux  
Un beau moment de détente musical

Luc. G.
Jeu. 8 juillet 2010