Les castors se cachent pour mourir Les castors se cachent pour mourir 
Théâtre
Sam. 17 juillet 2010 à 20:00
Café Culturel de la Chasse-Galerie
1255, rue Notre-Dame, Lavaltrie
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:20.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Un homme riche enferme quatre femmes dans une cabane à jardin. Elles ne se connaissent pas. Leur vie est en danger. Elles devront trouver un moyen de sortir. Survivront-elles à cette aventure? Si oui, qui survivra? Sont-elles candidates à une téléréalité? Y a t-il une caméra dans le castor? Suzanne est-elle célibataire? Une comédie d'été qui parle des vraies choses, des affaires de femmes. Cette pièce jouée par la troupe du "Théâtre de la madame dodue" et créée spécialement pour le Café culturel de la Chasse-galerie vous promet des heures de rire et de plaisir!

www.chasse-galerie.ca

  Les castors se cachent pour mourir

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  11e Combat contre la langue de bois
  Cocktail dînatoire Fondation Saumon
  Art Machine, le meilleur cabaret en ville
  Modèle-vivant avec musique live
  Cours de Modèle-vivant
  Tour guidé du quartier Bonsecours
  Soirée poésie Vincent Collard
  Atelier danse Bollywood pour tous!
  Soirée de performances slam-poésie
  Atelier pour aider au sommeil et mieux rêver
  Potluck Littéraire avec Chloé Sainte-Marie
  Rafting à Montreal les rapides de Lachine
  Soirée de poésie avec Pascale Cormier
  Journée Mondiale du livre



Vos commentaires

Pour passer une soirée relaxe  
Bien sûr, ce n'est pas du grand théâtre... mais cette pièce remplit bien sa fonction première qui est de faire passer un bon moment durant une soirée d'été où l'on n'a pas envi d'écouter une histoire trop complexe. C'est un humour assez simple et léger qui s'adresse à un public de tous les âges. J'aurais préféré tout de même à certains moments que les blagues soient un peu plus recherchées.

Mathieu S.
Sam. 2 octobre 2010



Très drôle  
J'ai beaucoup aimé. On ne passe pas une minute sans rire.

Karine L.
Lun. 19 juillet 2010