Les Larmes d'Orlande Les Larmes d'Orlande  
Musique
Ven. 15 octobre 2010 à 20:00
Église Saint-Joachim de Pointe-Claire
2, av. Sainte-Anne, Pointe-Claire
  Carte
Gratuit ! (Régulier:14.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Une présentation du Studio de musique ancienne de Montréal

10 chanteurs, 1 narrateur, chef: Christopher Jackson

Roland de Lassus meurt en 1594 après avoir composé un ultime chef-d’œuvre, vingt-et-un madrigaux à sept voix qui constituent les Lagrime di San Pietro. Très souffrant dans son corps et dans son esprit, il s’identifie à l’apôtre Pierre après sa trahison et exprime dans son œuvre son désir de se repentir «pour la consolation et le salut de son âme». Un narrateur résumera les textes chantés par le chœur.

Cet événement a reçu le soutien financier du Conseil des Arts de Montréal en tournée.

www.ville.pointe-claire.qc.ca

  Les Larmes d'Orlande

Inscription
Fil culturel | Musique

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Un paysage choisi / A Chosen Landscape
  CHOPIN... sous les chandelles !
  Les meilleurs hits Soul, Motown et Disco
  FSM | Plusieurs voix, une seule voie
  Sing-Along Messiah / Le Messie d'Händel
  Colin Hunter
  Jean-Michel Morris
  Marie-Elaine Thibert | Joyeux Noël
  Ben Racine Blues Band
  Jim Zeller Acoustic Duo
  Guy Lépine
  L’orchestre d’hommes-orchestres
  Les Choralies
  Laudate! Concert de Noël
  Hommage à David Bowie



Vos commentaires

Bel ensemble et bel accoustique  
Le Studio de musique ancienne, nousa offert un concert a capella tout en douceur et finesse. Ils représenteront ce programme ailleurs sur l'ile de Montréal pendant la saison automnale. Nous avons eu la chance des les entendre à l'église St-Joachim à Pointe Claire dont l'accoustique nous permettait de se senbir enveloppé de cette musique. Spectacle à recommander!

Chantal S.
Lun. 18 octobre 2010



Mystique  
Des voix magnifiques qui nous plongent dans un univers presque monastique. Les voix sont puissantes mais celle du narateur ne portait pas autant, on en perdait des bouts. J'aurais tellement aimé que l'éclairage soit plus discret, question d'embarquer davantage dans le mysticisme.

Johanne M.
Sam. 16 octobre 2010