La Nef | Notes de chevet La Nef | Notes de chevet  
Musique
Dim. 19 septembre 2010 à 20:00
Maison de la culture Maisonneuve
4200, rue Ontario E., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:0.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Privilège pour les membres atuvu.ca : en réservant sur atuvu.ca vous n'êtes pas obligés de récupérer vos billets à l'avance, ils seront disponibles à la porte, le soir même.

La Nef s'associe pour la première fois avec la jeune chorégraphe et danseuse Tomomi Morimoto pour la création d'un spectacle pluridisciplinaire. Le language chorégraphique est complexe et imprégné de nombreuses influences, tant japonaises qu'occidentales, notamment certaines issues des avants-gardes du XXe siècle.
Inspiré librement du livre Makura no soshi de Dame Sei Shonagon (Japon vers l'an 1000), le spectacle propose une véritable interaction entre musique, danse et poésie.

www.la-nef.com

  La Nef | Notes de chevet

Inscription
Fil culturel | Musique

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Mythomania
  Black Boys
  Ru : Bienvenue dans l’univers de Kim Thúy
  Le Conte de Noël de Dickens
  Les hommes viennent de Mars les femmes de...
  La cartomancie du territoire | Espace Libre
  Le rire de la mer
  Starshit
  Temps Universel +1 [Laboratoire Intermédial]
  Vic And Flo Saw A Bear
  La dette de Dieu
  10 ans de mariage !
  Équilibre | Spectacle équestre
  Chanson Gitane
  Le clan des divorcées



Vos commentaires

Une découverte  
Une découverte pour moi que d'entendre ces compositions alliant musique et sons d'objets tels que des coquillages, de petits cailloux, de mouvements d'éventails, etc. Une sonorité d'influence japonaise complétée par la danse et la poésie. La danseuse est exceptionnelle. Une belle découverte

Gab N.
Lun. 20 septembre 2010



Notes du chevet  
Ces femmes et ces hommes que nous sommes en ce début de 21ème siècle au cœur de cet Occident parfois intransigeant, nous demande de tout comprendre, de tout analyser. Mais tout doit-il forcément être compris ? Ces notes de chevet sont restées en suspension en quelque sorte. Évoquant ou non le connu, déroutant, parfois évident. Ce sont les saisons qui ont frôlé mon cœur dans les méandres de ces gestes, musiques et paroles. Le Japon était bien là certes, pour le reste, je ne sais toujours pas mais c'est aussi cela la découverte, quelque chose qui n'en finit pas de planer sans jamais se déposer.

Sylvie D.
Lun. 20 septembre 2010