Le baiser de la Veuve Le baiser de la Veuve 
Théâtre
Ven. 2 novembre 2007 à 20:00
Espace 4001
4001, rue Berri, Montréal
  Carte
20.00$ (Régulier:25.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

RIVAGE, en collaboration avec Théâtre À Qui Mieux Mieux, présente à la demande générale, la reprise de la pièce Le baiser de la Veuve de l’auteur américain Israël Horovitz, dans une mise en scène de Mario Borges.

La pièce:
Dans un petit bled perdu, deux copains d’enfance se retrouvent dans une usine où ils travaillent à recycler le papier. Benoit (Antoine Bertrand) dit « le taureau » et Kevin (Marc-François Blondin) dit « le grand fouette » passent beaucoup plus de temps à se remémorer leur turbulente adolescence qu’à fabriquer des ballots de papier. Élisabeth (Julie Beauchemin), une ancienne camarade de classe, est de retour au village après sept ans d’absence où elle rend une dernière visite à son frère agonisant. Rassembler par le hasard de la vie, ces trois anciens amis font face à leurs vieux souvenirs et aux traumatismes laissés par une lointaine soirée bien arrosée.

« Le jeu des comédiens était rodé et respirait une aisance plutôt rare » - Ève Dumas / La Presse
« Un drame solide et sans retenue » - Sylvain Schryburt / Jeu
« Les comédiens s’y meuvent avec une justesse par moments insoutenable » - Josée Bilodeau / Ici

Distribution : Julie Beauchemin (Les poupées russes), Antoine Bertrand (Les Bougon, C.A.) et Marc-François Blondin (Annie et ses hommes).

www.lebaiserdelaveuve.com

  Le baiser de la Veuve

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Sing | Première MTL VOA
  Ciné-Conférence de voyage : LA RÉUNION
  L'ONF à la maison: Le neuvième étage
  Ciné-Conférence de voyage : PORTUGAL
  LION | Première Gatineau
  LION | Première Trois-Rivières
  Ciné-Conférence de voyage : ISLANDE
  Ciné-Conférence de voyage : PROVENCE
  Lion | Première Chicoutimi
  Ville-Marie | Un film de Guy Édoin
  Truman de Cesc Gay
  Votez Bougon | Première Québec
  Ciné-Conférence de voyage : COLOMBIE
  Ciné-Conférence de voyage : POLOGNE
  Lion - Première de Sherbrooke



Vos commentaires

Wow!  
c,etrait trop bon..j,ai adorer !!

Cookgirl
Lun. 7 juillet 2008



Ça décoiffe  
L'auteur et la pièce m'étant inconnu, je n'avais aucune attente. C'est une histoire qui surprend, malgré quelques longueurs au départ, (mais ce n'est pas dû au jeu des comédiens dont notammant Patrick Bertrand nous rend cette introduction très dynamique et captivante), on place le contexte de la dramatique et ensuite ça commence à débouler. La tournure que prend l'histoire, nous étonne, rien ne la présupposait. On est bouleversé, étonné, attendri, choqué, touché, etc... Malgré un petit doute sur l'interprétation de la mise en scène, les comédiens sont très bons. Leur jeu est crédible, quoique j'aurais cru à une plus grande crise finale de la part du personnage de Julie Beauchemin. Personnage à mon avis, extrêmement difficile à interpréter et auquelle elle soutien avec force jusqu'à la fin. Bravo !

Esther
Mer. 28 novembre 2007



Intense!  
Quel jeu des acteurs dans cette pièce qui commence légèrement pour mieux devenir des plus intenses. Pas pour les coeurs sensibles. La proximité de la scène et la violence surprenante du jeu frappe fort.

Regis A.
Jeu. 8 novembre 2007



Ouf!  
Cette pièce offrait un étrange mélange d'émotions. Le jeu excellent des acteurs faisait bien ressortir la violence et la souffrance qui émanaient de chacun des personages. Une pièce qui nous fait réfléchir!

Sarah Lorent
Lun. 5 novembre 2007



Moments intenses  
Samedi soir je suis allée voir la dernière représentation de cette pièce. Nul doute qu'elle laissera dans mon esprit une empreinte profonde. Au début l'atmosphère légère et enjouée ne laisse supposer toute la tension qui bientôt envahira la salle. Dès l'entrée en scène d'Élisabeth, la tension ne cessera d'augmenter ....pour finir en apothéose, nous laissant nous aussi meurtris. Un grand merci à Antoine Bertrand(particulièrement émouvant), julie beauchemin, et Marc-François Blondin pour ce moment intense.

Florence bonnaud
Lun. 5 novembre 2007



Dur!  
Quelle excellente pièce! Le malaise est palpable et omniprésent. Même au début les apparences sont trompeuses, on sent qu'il y a un je-ne-sais-quoi de faux, un fond de non-dits et lorsque tout éclate, c'est affolant, violent. Le jeu des acteurs est émouvant et captivant et la petitesse de la salle nous projette très près du drame. Ils sont tous les trois exceptionnels. Très belle soirée.

Louise O.
Dim. 4 novembre 2007



J'ai beaucoup aimé  
Quel excellent hasard, s'il en est un, que de nous faire parcourir la scène pour se rendre à notre siège. Dès l'entrée, nous nous sommes senties dans l'intimité de la pièce, de leur jeu, de l'histoire. Et par ce fait, nous contraint à retraverser la pièce, intégrant encore plus ce qu'on vient d'y « vivre » avant de retourner à nos vies maintenant touchées par cette réflexion. Je partage bien ce commentaire «une justesse par moment insoutenable », de petits moments mais on nous laisse retrouver une zone de confort entre eux.

Annie L.
Sam. 3 novembre 2007



Baiser fatal!  
Je préfère le théâtre dans les petites salles, encore plus quand c'est une pièce comme Le baiser de la veuve. Dès le début de la pièce, on ressent déjà une violence dans les propos et qui va dégénérer en drame bouleversant. Le mal être des personnages était palpable et le jeu des acteurs étaient plus que convaincants. Antoine Bertrand m'a mise k.o. C'est à voir.

Diane Mallette
Lun. 29 octobre 2007



Sujet difficile mais interprétation juste  
Je suis allée voir Le baiser de la Veuve hier soir. C'est une pièce très intense avec un sujet difficile, soit le viol collectif, mais l'interprétation des trois protagonistes est excellente. Antoine Bertrand est touchant dans son rôle. J'en suis sortie bouleversée et il semble que les autres spectateurs aussi, car à la sortie, plusieurs essayaient d'exorciser ce qu'ils venaient de voir. Une pièce qui ne pourra pas vous laissez indifférent, mais attention aux coeurs sensibles.

Indigo
Dim. 28 octobre 2007