Là où je vis Là où je vis  
Danse
Jeu. 7 octobre 2010 à 20:00
Maison de la culture Frontenac
2550, rue Ontario E., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:0.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Privilège pour les membres atuvu.ca : en réservant sur atuvu.ca vous n'êtes pas obligés de récupérer vos billets à l'avance, ils seront disponibles à la porte, le soir même.

Au croisement de la danse, de la musique expérimentale et des arts visuels, Là où je vis dévoile la troublante mécanique d’une orchestration méticuleuse des corps.

L’oeuvre traduit l’agitation qui habite les cinq interprètes, l’urgence et le désir qui les poussent à se mouvoir et à se rencontrer dans un espace qui se module, se transforme ou se colore au gré des actions posées par l’artiste en arts médiatiques Manon De Pauw. Celle-ci, installée sur scène à une table de travail lumineuse, développe en direct un parcours visuel et performatif en lien avec sa propre pratique artistique. Trompe-l’oeil, illusions d’optique et autres intrigues visuelles se succèdent et se désamorcent à partir d’éléments filmés et projetés sur scène.

Dans Là où je vis, la danse, expressive, émerge de l’histoire de chacun des corps des danseurs tel un héritage qui remonte à la surface de la peau. Empreinte tout autant de spontanéité, d’instinct, d’intuitions, elle surgit sous l’effet enveloppant d’une musique créée par l’artiste du son Nancy Tobin, la complice de trois oeuvres majeures de Danièle Desnoyers.

Une production du Carré des Lombes présentée grâce à la collaboration du Conseil des arts de Montréal.

www.lecarredeslombes.com

  Là où je vis

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  L’École buissonnière | Pierre-Paul Savoie
  Remix
  Corps Mort
  L'Envers de moi



Vos commentaires

Danse métissée  
Avec Là où je vis, Danièle Desnoyers dévoile une sensibilité nouvelle et montre une danse qui sème le désordre. Danse, sons, visuels, un subtile mélange très contemporain que j'ai moyennement aimé.

Sylvie D.
Mar. 12 octobre 2010